AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 why so sirius ? (queudver & patmol)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: why so sirius ? (queudver & patmol)    Mar 30 Aoû - 17:20

why so sirious ?
Queudver & Patmol
Une migraine atroce lui prenait la tête et le faisait grimacer à chaque pas qu'il pouvait faire. Il n'avait pas beaucoup dormi, et la pleine lune du soir-même n'arrangerait sans doute rien à son état. Mais il n'en avait cure - si c'était pour passé des nuits comme celle de la veille il était prêt à subir toutes les nuits de pleine lune qui soit. Et son insatiabilité envers Remus n'en était qu'exacerbé quand le Loup prenait le dessus sur la retenu naturel de son petit ami - il avait encore du mal à avec ce terme si « officiel » mais chaque fois qu'il en usait le visage de Lunard se barrait d'un sourire franc qui le ravissait. Ils avaient passé la nuit dans la Salle des Maraudeurs, et Sirius avait subit - si tant est que le terme soit le plus juste - les assauts répétés de son amant tout au long de la nuit. Ses pupilles mordorées brillant dans l'obscurité, preuve que le loup était proche de la surface, et qu'il entendait montrer à Sirius combien il lui appartenait. Le Sang pur n'avait rien vu à y redire, bien au contraire, et faisait preuve d'autant de passion si possible. Mais de fait il n'avait pas beaucoup dormi, et avait une journée de cours à passer avec une migraine atroce. Pourtant - et c'était une chose rare - cela n'entaillait pas sa bonne humeur et sa jovialité. Il passa la journée auprès des Maraudeurs qui partageaient ses cours, faisant quelques farces sans grande gravité aux élèves qui passaient sur son chemin, et écoutant les cours comme il le pouvait - à moitié allongé sur son bureau, sa plume ensorcelée prenant des notes pour lui.
Il en était à son dernier cours, assis auprès de Peter, et fixait l'horloge inlassablement comme si cela allait lui permettre d'aller plus vite. Avec l'aide de Peter - il s'agissait même de son idée - ils entaillèrent la robe du préfet des Serdaigle pour y inscrire quelques noms d'oiseaux bien trouvés. Le terme « nom d'oiseaux » avait ici toute son importance, et causa l'hilarité des deux Maraudeurs qui - fort heureusement - étaient assis au fond de la classe. Alors que les dernières minutes du cours avaient lieux, Sirius se tourna vers son meilleur ami, et lui accorda un clin d'oeil. « Pete', allons marcher dans le Parc en attendant que les autres aient terminé leurs cours. On doit avoir deux heures de libre, et je tiens pas vraiment à les passer à travailler... » Dit-il, avec une moue capricieuse, et son regard de chien battu. Pas que Peter aurait été capable de le lui refuser, mais il savait que - parfois - son ami avait en tête d'être aussi studieux que Remus. Et si Sirius avait les capacités de détourner l'attention de son amant de ses livres, il doutait que se mettre à lécher l'oreille de Peter aurait le même effet. Pas qu'il n'irait pas tester, juste pour le jeu, pour rire.

La cloche sonna, preuve que le cours était terminé, et les deux maraudeurs purent sortir de la salle. Sirius prenant le bras de Peter pour s'assurer qu'il n'irait pas changer d'avis - comme si c'était possible - et lui fit atteindre le Parc, marchant dans la neige encore bien présente. Le froid lui mordit les joues, mais il n'en avait cure. Sirius aimait l'hiver, la neige, et surtout l'atmosphère apaisante qui avait endormi le château. Il y avait plusieurs élèves qui semblaient avoir eut la même idée qu'eux, et parmi ceux-là plusieurs groupes de filles qui regardaient passer les deux Maraudeurs avant de murmurer quelques choses entre elles. Sirius les regardait faire, un sourire charmeur aux lèvres - ancienne habitude. « Peter ? Pourquoi on te voit jamais avec une fille ? » demanda-t-il finalement en sortant un paquet de cigarettes moldues de sa poche, et en en tendant une à son ami par habitude - au cas où l'un des trois autres se décidaient à prendre cette fichue habitude avec lui. « Tu devrais tenter ta chance; ca t'évitera de tenir la chandelle à l'avenir. » Lança-t-il avec un sourire moqueur, tirant la langue à son ami.

_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 167
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: why so sirius ? (queudver & patmol)    Dim 4 Sep - 19:32


    

❝why so sirius?❞
Patmol & queudver

Assis au fond de la classe, la joue posée dans le creux de ma main, je tente tant bien que mal de ne pas m’endormir. Par Merlin, que ce cours est chiant. Je m’ennuie tellement en cet instant même. Clairement. Je pique du nez, je le sens. J’essaye de garder mes yeux ouverts mais j’ai tellement envie de dormir. Ce cours m’endort. La professeur part dans d’autres univers quand elle parle, si bien que je n’arrive plus à la suivre. J’ai même arrêté ma plume ensorcelée qui prenait les cours à ma place. Ça ne sert à rien de toute façon. Ceci est le dernier cours de la journée et après, j’ai enfin terminé. Les élèves au premier rang ont l’air d’être à fond dedans, comme si cette femme aux allures de folle à lier leur disait le secret pour fabriquer de l’or. Pour moi, tout ceci n’est qu’un charabia incompréhensible. Je suis assez studieux pourtant, d’habitude. Mais avec ce cours là, j’ai lâchais l’affaire dès la première heure. C’est pour dire, je ne me souviens même plus de l’utilité. Je souffle. Je me redresse au fond de ma chaise et je croise les bras sur ma poitrine. Je jette u regard désespéré à mon meilleur ami à côté de moi, Sirius. Lui, est moitié allongé sur sa table, sa plume notant tous ce que cette folle est en train de raconter. Puis je regarde l’horloge. Encore une demi-heure. Alors pour passer le temps, je propose à Sirius d’embêter quelqu’un. Au hasard, pas du tout, le préfet des Serdaigle qui ne cesse de nous reprendre. ‘Ne courrez pas’, ‘n’arrivez pas en retard’, nianiania. Alors on lui entaille sa robe à tour de rôle sous les rires étouffés d’autres élèves. S’il savait ce qu’il a écrit dans le dos, il ferait moins le fier. Sale gnome. Fiers de notre travail, on se tourne l’un vers l’autre et Patmol me propose alors d’aller dans le parc en attendant les deux autres. Il me fait ses yeux de chien battu et j’arque un sourcil.

« Sérieusement ? Pas besoin de me faire ce regard-là, après une heure comme celle-ci, je n’ai vraiment pas envie d’étudier. Allons dehors, alors. Rien que toi et moi »

J’hausse les sourcils de haut en bas avant de rire doucement, essayant de dissimuler ce rire en enfouissant ma tête dans mes bras. La délivrance sonne enfin et pressés, nous sommes les deux premiers à sortir de cette salle. Alors que nous sommes déjà loin, j’entends le préfet des Serdaigle hurler après nous, nous dire qu’il finira par nous avoir et blablabla. Cours toujours le gnome. Sirius me prend le bras pour me trainer à l’extérieur, comme si j’avais d’avis. Je lève les yeux au ciel mais je le suis, alors qu’il me tient toujours le bras. Le froid me frappe directement au visage et j’enfonce ma tête dans mon écharpe. Bordel j’aime pas l’hiver. Je préfère à cent fois l’automne. L’été n’est pas tout à fait terminé, l’hiver n’est pas encore là, c’est la saison parfaite. On marche alors dans le parc, on passe à côté d’un groupe de filles qui gloussent lorsqu’on passe. Sirius se retourne avec un sourire mais moi je me retourne juste en arquant un sourcil. On dirait des pintades. Sirius me demande alors pourquoi on me voyait jamais avec une fille. Je lui réponds alors :

« Parce que … j’en ai aucune idée. Parce que personne ne m’intéresse ? Ou que je n’intéresse personne ? »

J’hausse les épaules. C’est vrai, jamais je n’avais eu de vraies relations amoureuses ou de relation tout court. A chaque fois qu’une fille me parlait, c’était pour pouvoir atteindre les autres Maraudeurs. Alors maintenant, je m’en fous. Je me fous des filles, des gars, des autres. Je suis bien tout seul après tout. Je suis libre, indépendant. Il me tend son paquet de ‘cigarettes’ et, pour la première fois, j’en prends une. Mais je ne l’allume pas tout de suite. Moqueur, en me tirant la langue, il me dit qu’au moins je n’aurais plus à tenir la chandelle. Je rétorque aussitôt :

« C’est même plus la chandelle là, c’est carrément le lustre hein. »

Sirius avec Remus, James avec Lily, et Peter avec son lustre et sa nourriture. J’allume alors la cigarette, comme dit Sirius, d’un claquement de doigt, comme je l’ai vu si souvent faire et je commence à l’imiter. Mais la fumée passe mal. Et je m’étouffe. Je tousse à la limite de cracher mes poumons et une fois de nouveau en vie, je lui lance :

« Par Merlin ! Mais comment tu fais toi ? J’ai failli mourir ! »

Je tente de reprendre ma respiration, l’objet maléfique entre mes deux doigts. JE regarde autour de nous et là où nous sommes, il n’y a plus personne. Merci Merlin, au moins je n’aurai eu la honte que devant Sirius.


    
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: why so sirius ? (queudver & patmol)    Dim 4 Sep - 22:03

why so sirious ?
Queudver & Patmol
C'est Remus qui avait intégré Peter à ce qui deviendra plus tard les Maraudeurs. James et Sirius s'étaient rencontrés dans le train, et leur amitié était née dans quelques piques savamment envoyés l'un vers l'autre, un rire échangé, et une déclaration acerbe faite à Severus Rogue. Quelques minutes plus tard, alors qu'ils ne restaient qu'eux deux dans le wagon, Remus était arrivé, perdu et seul, demandant timidement s'il pouvait prendre place auprès d'eux. Quelques jours plus tard, Remus avait prit le partie de parler à ce quatrième garçon qui partageait leur dortoir, rappelant son existence aux deux autres Sangs purs qui avaient tendance à ne voir qu'eux et leurs farces - qui déjà les faisaient remarquer par les professeurs. Et si à deux James et Sirius savaient faire des ravages, c'était bien pire lorsqu'ils étaient quatre dans le coup. Une chose qu'ils avaient tous pu constater. Et les Maraudeurs étaient presque devenus une légende vivante, faisait frémir de crainte les professeurs, et d'envie les demoiselles qui croisaient leur chemin. Dire qu'ils avaient du succès serait loin de la vérité, c'était presque au-delà de ça. Il suffisait parfois d'un regard pour que Sirius se trouve une partenaire pour quelques heures. Mais rien n'importait plus que ses amis, malgré tout. Et il savait profiter de chaque instant passé avec eux. Chacun d'eux.

Il était toujours ravi de pouvoir passer un moment avec un de ses meilleurs amis. Peter était d'une compagnie toujours agréable, bien qu'il semble être le plus effacé et insignifiant des quatre. Sirius savait qu'il n'en était rien, ne comprenant pas pourquoi son ami laissait cette réputation le précéder. « Sérieusement ? Pas besoin de me faire ce regard-là, après une heure comme celle-ci, je n’ai vraiment pas envie d’étudier. Allons dehors, alors. Rien que toi et moi » Evidemment, et rapidement ils quittent la classe pour se rendre dans le parc, Sirius tenant le bras de son ami plus pour la force que par réelle nécessité. Après tout Peter était plus que d'accord pour cette sortie imprévue. Arrivée dans le froid, Sirius inspire profondément, savourant le sentiment de pouvoir être libre. Il n'était pas fait pour resté enfermé dans des salles de classe durant des heures, ca risquait toujours de le rendre hargneux.
Et alors qu'ils marchent, un groupe de filles leur passe à côté. Sirius leur souriant comme il le faisait toujours, par pur habitude, et il a le plaisir d'en voir deux rougir avant de détourner le regard, et de glousser auprès de leurs amies. Il se met alors à parler de relation avec Peter, parce qu'il est presque triste que son ami soit encore seul. « Parce que … j’en ai aucune idée. Parce que personne ne m’intéresse ? Ou que je n’intéresse personne ? » « T'es un Maraudeur, Pete. T'es pas un foutu mec insignifiant. » Répond Sirius avec agacement, parce qu'il ne peut pas croire que personne ne remarque Peter. Ou plutôt si, il peut bien le croire, parce que son ami s'est laissé manger par sa réputation de suiveur. Même Lily Evans ne comprenait pas comment il pouvait être l'ami de James, Sirius et Remus - si adulé, si apprécié, si brillants. Peter était brillant, quand il s'en donnait la peine. Il était rusé, et loyal. Il avait des qualités évidentes que personne ne remarquer, et Sirius trouvait cela presque injuste.

Surtout alors qu'à présent Peter était le dernier des Maraudeurs à se retrouver seul, et c'était presque cruel pour lui de devoir tenir la chandelle pour ses amis - « C’est même plus la chandelle là, c’est carrément le lustre hein. » Sirius lâche un rire canin, donnant un coup amical sur l'épaule de son meilleur ami. Il lui tend une cigarette, en prend une et commence à fumer en se moquant que cela soit autorisé ou non par le règlement. Il se demande si ca l'est - du reste - mais comme toujours il ne s'en formalise pas. Et Peter se met à cracher et tousser à côté de lui, le faisant se retourner, sceptique. Il semble ne pas vraiment supporter l'effet de la fumée dans sa gorge, et Sirius se met à rire à gorge déployée. « Par Merlin ! Mais comment tu fais toi ? J’ai failli mourir ! » Peter regarde autour d'eux comme pour s'assurer que son humiliation n'est pas si publique, et Sirius ricane à cette habitude. Secouant la tête il reprend la cigarette entre ses lèvres et inhale la fumée, calmement. L'habitude, sans doute. Après tout lui aussi avec cracher et tousser au début - deux ans auparavant. « L'habitude mon cher Peter. Il parait que ca rend cool, que ca plait aux filles, et que c'est à la mode chez les Moldus. » Dit-il avec un clin d'oeil, comme pour pousser Peter à recommencer, à retenter, et à y prendre gout. « N'inspire pas trop de fumée, tu risques de devenir vert, Queudver. Vas-y doucement. Ca viendra avec le temps. » Assure-t-il.

Ils se trouvent à présent dans un coin reculé du Parc de Poudlard, et prenant la cigarette entre ses lèvres, Sirius la laisse, et étend ses muscles pour se faire craquer le dos, lâchant un gémissement de bienêtre. Définitivement, resté assis sur une chaise ce n'est pas fait pour lui. Il se retourne vers Peter, et l'observe de haut en bas, perplexe. Définitivement, le comportement presque efface de son ami l'agace ces derniers temps, et comme pour tout quand ça concerne un Maraudeur, Sirius n'est pas du genre à garder ses pensés prou lui. « Peter, sérieusement, ça ne t'embête jamais d'être vu comme le dernier des Maraudeurs, le suiveur un peu niais et perdu qui se pâme d'admiration pour James Potter ? » Demande-t-il sans prendre de détour - enfin peut être un peu - regardant son ami droit dans les yeux, sourcils froncés.

_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 167
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: why so sirius ? (queudver & patmol)    Dim 11 Sep - 14:28


    

❝why so sirius?❞
Patmol & queudver

Je ne suis pas du tout du genre à avoir une fille différente chaque soir. Ou même une seule fille. Enfin l’amour, si on peut appeler ça comme ça, et moi ça fait environ quatre-vingt-seize. Je ne m’intéresse pas à ça, je m’en moque un peu en réalité. Enfin, disons que je n’en ai pas besoin. Je n’ai pas besoin d’amour ou de quelqu’un à mes côtés. Je suis assez indépendant et j’ai du mal à m’attacher à quelqu’un. Bien évidemment j’ai déjà eu des aventures d’un soir, des relations sans lendemain. Mais justement, cela ne dure qu’un soir. Parce qu’après je redeviens sobre et je fuis. Parce que de toute façon, ça ne sert à rien les sentiments et autres bêtises du genre. Personne n’a besoin de ça, on est tellement mieux seuls. Alors bien évidemment, je tente de l’expliquer à Sirius lorsqu’il me pose la question que tout le monde se pose. Enfin les Maraudeurs surtout, en réalité. Je suis toujours la cinquième roue du carrosse, littéralement, puisqu’ils sont tous en couple. Après cela me convient. Je bois. Je mange. Et je finis ivre dans le couloir, réveillé par Rusard le lendemain. Agacé, Patmol répond que je ne suis pas un ‘mec insignifiant’. Je roule des yeux avant de répondre :

« Arrête de tenter de me rassurer Sir’. Je vis très bien comme ça, vraiment. Ne joue pas les entremetteuses »

Je ris doucement. Je conçois très bien qu’il aimerait me voir avec quelqu’un et le reste mais bon, pour l’instant ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus, comme je l’ai déjà dit, et redit, et re-redit. Alors oui, j’étais le seul du groupe qui n’était pas casé mais alors ? Certaines personnes vivent très bien comme ça. Comme Rusard, par exemple. Bon certes, je le soupçonne d’avoir des activités louches avec sa chatte mais bon après, il mène sa vie comme bon lui semble. Je ne suis pas au point d’avoir une relation avec un animal quelconque, j’en suis même loin. Alors je ne comprends pas pourquoi Sirius tient tant à me caser, le trouver quelqu’un. Mais bon après, si ça peut l’amuser. J’évoque quand même, en riant, qu’à ce point, je ne tiens plus la chandelle mais carrément le lustre. Sirius rit de bon cœur et je ris aussi. Je préfère ça. Puis je commence à fumer. Par envie. Pour tester. Et bien évidemment, j’ai failli mourir. Je sens mes poumons mourir petit à petit et je demande alors à mon meilleur ami comment il fait, lui. C’est vrai quoi, j’ai vraiment failli y passer. Sirius ricane, comme à son habitude en même temps. Il reprend l’objet maudit de mes mains et inhale la fumée avec une facilité déconcertante. Il faut que je m’entraine. Il me dit alors que c’est à la mode chez les Moldus et que ça intéresse les filles, et je rétorque, taquin :

« Enfin toi, maintenant, c’est plus les filles qui t’intéressent »

Je lève les yeux d’un air innocent, avec un sourire en coin. Puis il en vient à m’expliquer comment ‘fumer’. Il me conseille d’y aller doucement. Bien. Je reprends à mon tour la cigarette et je fais comme il me l’a expliqué. Doucement. Je recrache la fumée mais je toussote légèrement. Moi que la première fois d’il y a quelques minutes, mais tout de même. Ça viendra. Avec le temps. Sirius reprend sa cigarette et je le vois se détendre au fur et à mesure qu’il inspire et expire la fumée. Je m’adosse bien au fond du banc et je regarde autour de moi. Il n’y a personne où nous sommes et tant mieux. Je n’aime pas avoir les yeux posés sur moi. Sirius tourne la tête vers moi et je le regarde en arquant un sourcil interrogateur. Il va me dire un truc, j’en suis sûr. Voilà. Qu’est-ce que je disais. Il me demande si ça ne me dérange pas d’être vu comme le dernier des Maraudeurs, le suiveur, celui qui admire James. Je ricane et lève les yeux au ciel avant de dire :

« Tu sais, je me fous éperdument de ce que pensent les autres. J’ai appris à passer au-dessus des critiques et des on-dit. Du moment que vous, vous ne me voyez pas comme ça. »

Je ne me préoccupe guère de ce que peuvent penser les autres, ça ne m’intéresse pas. Les seuls qui comptent pour moi, véritablement, sont les Maraudeurs. Et je sais qu’ils ne me voient pas comme un suiveur mais comme un être à part entière, un membre à part entière du groupe. Puis je rajoute :

« Et je n’admire pas Potter, c’est quoi ces rumeurs. En revanche, toi… »

Je remue mes sourcils de bas en haut avant d’éclater de rire. Je le taquine. J’aime bien. Et il sait que ce n’est pas sérieux. Au fond, ça me faisait un peu mal que l’on me voit comme ça, à part des Maraudeurs, pas un membre à part entière. Juste, un mec perdu qui s’est rattaché à un groupe. Je reprends la cigarette et j’en viens à aimer la sensation que la fumée provoque en moi. C’est plaisant de sentir ses muscles se détendre. Vraiment plaisant. Je la tends de nouveau à mon meilleur ami puis je lui dis:

« Tu sais Sir’, le jour où je ferais quelque chose de géant, de génial, les autres tomberont tous à la renverse. Et là, ça sera jouissif de les voir avouer qu’au fond, je ne suis pas qu’un suiveur »

Effectivement, cela fait plusieurs jours que je travaille sur quelque chose, quelque chose de géant, de grandiose, quelque chose qui va retourner Poudlard. Et lorsque je les verrais tous, choqués et abasourdis, je savourerai ma victoire.

    
© Pando

_________________



nous vivions ensemble, dans une photographie du temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: why so sirius ? (queudver & patmol)    Mar 13 Sep - 1:07

why so sirious ?
Queudver & Patmol
En ce qui concernait les filles, Sirius n'avait pas beaucoup de moral. Pas qu'il en eut en temps normal, sauf avec ses amis pour qui il était d'une loyauté sans faille. Quand il avait découvert les choses de l'amour il était en quatrième année, et une fille de septième année de Serdaigle avait jeté son dévolu sur lui. Il avait déjà une musculature ferme, parce qu'il avait grandit durant l'été, et avait le corps d'un jeune homme alors que les autres avaient encore des visages ronds juvéniles. Il portait cette assurance dût à son rang, et à son éducation dont il ne s'était jamais séparé. Et il avait un regard ténébreux, qui s'arrêtait sur les filles parce qu'il ressentait les premiers émois, et les premiers intérêts pour l'autre sexe. Elle avait fait les premiers pas - la premier conversation, le premier baiser, et la première fois de Sirius en fin d'année, comme pour lui offrir cela avant qu'elle ne parte dans le grand monde. Elle lui avait assuré qu'il aurait du succès. Elle ne s'était pas trompé, mais son intérêt pour la chasse n'avait prit place qu'après Noël l'année suivante. Après avoir embrassé Remus. Après avoir ressenti un tressaillement dans sa poitrine, et une excitation terrible en posant ses lèvres sur celles de Lunard. Durant un jeu d'alcool, et on pouvait difficilement considérer que cela voulait signifier quelque chose. Le lendemain Sirius mettait une première fille dans son lit. Il y en avait eut d'autres, beaucoup, toujours différentes. Rarement une fille gardait l'attention de Sirius plus que quelques heures - Marlène McKinnon était une exception. Il avait même eut peu de scrupule de draguer des filles qui intéressaient Peter, ou faisaient mine de s'y intéresser pour approcher l'un des trois autres. Il avait été un véritable Véracrasse, mais s'en moquait pas mal. Parce que lorsqu'il retournait au Dortoir, il trouvait Remus qui l'attendait avec le sourire, et moquait sa propension à ne pas pouvoir rester avec la même fille, ou qui se moquait de leurs habitudes étranges d'appeler Sirius « mon ange » ou de lui laisser des marques de suçons que le Maraudeur exécrait. Remus seul avait le droit à sa tendresse, à ses marques d'affection, et à ses étreintes. Une proximité physique qui avait toujours eut court naturellement entre eux;

Aujourd'hui parler de filles l'amusait assez. Parce qu'il en parlait avec Peter, l'éternel célibataire, et parce que lui ne s'y amusait plus à les rendre folle. Puisque leur envoyer des oeillades et les voir rougir le faisait ricaner. C'était un jeu qu'il trouvait assez divertissant, et il ne comprenait pas pourquoi Peter ne se verrait pas jouer ce rôle de tombeur. « Arrête de tenter de me rassurer Sir’. Je vis très bien comme ça, vraiment. Ne joue pas les entremetteuses » Levant les yeux au ciel, et reprenant sa cigarette entre ses lèvres, Sirius regarde un peu plus loin des silhouettes qui passent dans les couloirs du château. « C'est quand même étrange, que tu ne sois pas plus intéressé que cela. A moins que tu n'ai caché un côté fleur bleue, romantique. Du genre le grand amour me tombera dessus soudainement , ou j'attends la bonne. » Lance-t-il, moqueur. Il ne pouvait pas croire que Peter puisse se contenter de si peu. Quelques passades, peut être, en tout cas il n'en avait pas parlé. Ou Sirius ne s'en souvenait pas. Et lui se pavanait avec les noms de ses conquêtes. Fut un temps il avait même fait une liste avec James - pour voir s'il serait capable d'avoir une fille par lettre de l'alphabet. Un jeu stupide, comme beaucoup d'autres. « Enfin toi, maintenant, c’est plus les filles qui t’intéressent » Et un sourire victorieux se peint sur le visage de Sirius. Il ne pouvait pas le contredire sur ce point, bien qu'il n'était pas non plus spécialement intéressé par les garçons. Un seul lui suffisait amplement. « Assurément, aucune des courbes de ces jeunes filles ne sauraient prévaloir sur les coups de hanches de Lunard. » Dit-il avec une grimace perverse, et il ne peut pas s'en empêcher, sachant comme l'image de ses ébats avec Remus pouvaient être perturbantes pour leurs deux amis. Il ne pouvait pas s'empêcher de faire ce genre de sous-entendu - une habitude que Remus réfréné à coup derrière la tête.

Mais en ce qui concernait Peter, c'était cette réputation qui le précédait et qui agaçait Sirius. Mais Peter ne semblait pas s'en offusquer, il vivait son existence sans se soucier des autres. En apparence, mais quelque part Sirius doutait qu'il puisse être aussi détaché. Peter devrait avoir le droit à son heure de gloire, et montrer à tout Poudlard qu'il méritait le respect au même titre que les autres Maraudeurs. Sirius et James inquiétaient, de part leur réputation de farceurs - capable de tout, surtout du pire, tout en gardant les meilleurs notes de l'école. Remus était naturellement inquiétant, mais son rôle de préfet, et son air affable lui permettait d'être apprécié par la majorité des élèves de Gryffondors, qui lui parlaient avec timidité mais sans trop d'hésitation. Quant à Peter, il semblait bien trop « normal » et de fait il n'était ni craint, ni admiré. « Tu sais, je me fous éperdument de ce que pensent les autres. J’ai appris à passer au-dessus des critiques et des on-dit. Du moment que vous, vous ne me voyez pas comme ça. » Sirius hausse les épaules, de mauvaise foi pour toute répondre. « On sait que tu vaux mieux que ce que tu montres aux autres. » Lâche-t-il avec nonchalance et désinvolture. Sans grande conviction, mais plus parce qu'il était frustré des réponses de Peter, que parce qu'il ne croyait pas en ce qu'il disait. « Et je n’admire pas Potter, c’est quoi ces rumeurs. En revanche, toi… » Levant les yeux au ciel face à ce genre de sous-entendus, Sirius se contente de tirer encore une bouffé de nicotine, et de le recracher quelques instants après. Il constate que Peter s'y remet aussi, tousse moins, et recommence, ce qui le fait sourire. Peut être qu'il pourrait arriver à faire de lui un Maraudeur - véritablement - aux yeux du reste de Poudlard. « Tu sais Sir’, le jour où je ferais quelque chose de géant, de génial, les autres tomberont tous à la renverse. Et là, ça sera jouissif de les voir avouer qu’au fond, je ne suis pas qu’un suiveur » « Il ne te reste que quelques mois, Pete, pour flamboyer aux yeux de Poudlard. » Dit-il, avant de se rendre compte que le sourire de Peter n'est pas si innocent ou rêveur.

Son ami a le même sourire quand ils jouent aux échecs, et qu'il a plusieurs coups d'avance. Il a ce sourire quand il sait qu'il va gagner, que l'autre en fasse est coincé mais qu'il n'en a pas encore conscience. Parfois, Sirius l'appelle « Le sourire du serpent » parce qu'il a le même que ces fourbes verts et argents, et qu'il n'en a pas conscience. Alors il comprend une chose, qui le pousse à se redresser et à se pencher vers son ami. « Dis moi ce que tu prépares Queudver. » Demanda-t-il avec un regard brillant de curiosité. « Tu m'intrigues. Je connais ce regard, tu as une idée derrière la tête. Dis moi. »

_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 167
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: why so sirius ? (queudver & patmol)    Lun 26 Sep - 12:48


    

❝why so sirius?❞
Patmol & queudver

Sirius est le genre d'ami protecteur, grand-frère, le genre qui veut à tous prix caser ses amis. Je ne suis pas le genre à vouloir me poser, à aimer tout simplement. Je ne suis pas le genre à vouloir une grande relation, le genre qui bouleverse une vie. Je ne m'attache pas, jamais. Pour l'instant, je ne pense qu'aux Maraudeurs, ils sont ma famille, mes frères. Mais je sais qu'eux, veulent me voir en couple, dans une relation stable et fixe. Enfin, surtout Sirius, en fait. Je sais que tout ça part d'une bonne intention mais je suis bien, seul. Mon meilleur ami lève les yeux au ciel lorsque je lui dis de ne pas jouer les entremetteuses. Il me dit alors que c'est étrange et que je dois cacher un côté fleur bleue. J'explose de rire avant de répondre:

"Non mais Sirius, vraiment. Moi? Fleur bleue? Non c'est juste que... pour l'instant j'en ai pas envie, vraiment. Les nanas, c'est chiants"

Je continue de rire, profitant de ce moment avec Sirius. J'en viens à subtilement évoquer Remus et aussitôt, son visage s'illumine. Bon ok, je dois avouer que les deux là se sont bien trouvés et leur relation, bien que spéciale, a quelque chose de magique. Mais pervers, mon ami les coups de rein de Remus et je me cache les visages dans mes mains en marmonnant:

"Pitié épargne moi les détails"

Je ne voulais pas imaginer deux de mes meilleurs amis faire l'amour, baiser ou je ne sais pas quel autre terme. Par Merlin, je ne veux vraiment pas les imaginer. Mais les sous-entendus de Sirius à longueur de journée n'arrange rien à mon bon vouloir. On en vient à parler de ma réputation, ou de ma non réputation et je sais que ça agace Sirius que je sois vu comme le suiveur, le toutou des autres maraudeurs. Mais il sait aussi que je ne préoccupe pas du tout des autres. Je me fiche tellement de ce que pensent les autres, les on-dits, les rumeurs. Je le dis alors à Sirius, tentant d'être convaincant puis il me dit que je dois montrer aux autres ce que je leur montre à eux, à mes meilleurs amis. Je secoue la tête de gauche à droite en disant:

"Mais vu que je ne préoccupe pas d'eux, ça ne sert à rien de leur montrer ce que je vaux. Ils ne sont rien pour rien."

J'hausse les épaules en guise d'excuse, parce que je sais que ça énerve Sirius. alors je tente de détendre un peu en lui faisant un sous entendu et il se contente de lever les yeux au ciel. Ça l'agace, je le sais. Mais ce n'est que la vérité. Je ne vais me montrer aux yeux de tous, m'exhiber pour qu'ils me voient comme un véritable Maraudeur. Je me vois comme tel, mes meilleurs amis me voient comme tel alors je ne vois pas où est le problème. Je mène ma vie comme je le souhaite. Alors je tente de rassurer Patmol en lui disant que je prépare quelque de géant, de génial. Il m'averti en me disant qu'il ne me reste que quelques mois. Je souris en recracher de la fumée et j'ajoute, d'une voix joueuse:

"Je n'aurais pas besoin de plus, ne t'en fais pas pour ça"

Je souris malicieusement en pensant à ce que je prépare depuis quelques mois. Je suis un joueur d'échec, surement l'un des meilleurs de l'école, sans me vanter, et je sais aussi que j'ai plusieurs coups d'avance. J'ai prévu quelque chose de géant, de grandiose, le genre de chose qui restera dans les mémoires. Bien évidemment je vais avoir besoin des Maraudeurs. Parce qu'on est une équipe, on est soudés. Sirius remarque surement mon sourire et me demande ce que je prépare, qu'il connait ce regard, qu'il sait que j'ai une idée derrière la tête. Je sourire d'avantage puis je lui réponds:

"Je prépare quelque chose de géant. Image juste des bombes de couleurs par centaines, des feux d'artifices par milliers, des lutins de Cornouailles, des vagues qui déferlent dans les Salles Communes."

Poudlard, la vieille et le vieux, se rappelleront des Maraudeurs. Ils verront qu'au fond je ne suis pas un suiveur. Je réfléchis, je pense, je sais aussi emmerder le monde. Je veux finir ces sept années sur un coup de grâce, juste pour qu'ils se souviennent de moi. Je poursuis alors:

"Mais je veux que l'on fasse en équipe. Je veux que nos noms restent sur toutes les lèvres pendant des siècles. On se souviendra des Maraudeurs pour longtemps."

Je termine la cigarette et je jette le mégots à terre, toujours ce sourire sur mon visage. Je me tourne vers mon meilleur ami et je lui dis alors:

"Mais en attendant, il faut faire monter la pression. Des idées de petits trucs innocents?"

Il faut faire montrer la pression. Leur faire croire que ces petites farces seront la fin. Et quand ils s'y attendront le moins, on va exploser.

    
© Pando

_________________



nous vivions ensemble, dans une photographie du temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: why so sirius ? (queudver & patmol)    Jeu 29 Sep - 0:05

why so sirious ?
Queudver & Patmol
« Non mais Sirius, vraiment. Moi? Fleur bleue? Non c'est juste que... pour l'instant j'en ai pas envie, vraiment. Les nanas, c'est chiants » « J'irai pas te contredire sur ce point. » Lâche Sirius, en pensant à sa propre expérience avec la gente féminine. Il ne pouvait pas dire qu'il n'avait pas aimé cela, de voir les filles lui courir après, et de pouvoir les choisir comme s'il était à Honeyduck à décider quelle sucette il préfèrerait pour cette fois. Mais ses folies était éphémère, et cela il en avait pleinement conscience. Chaque fois qu'une fille l'approchait, elle espérait être « celle » qui le ferait changer, qui serait unique, et qui ferait battre le coeur du Black. Et quelle désillusion lorsqu'elles se retrouvaient à devoir se rhabiller rapidement parce que Sirius ne pouvait souffrir de leur présence envahissante. Tout comme il ne supportait que très mal leurs marques d'appartenance - suçons et autre griffure qu'elles laissaient parfois sur la peau du Black et qu'il avait tôt fait de faire disparaitre par quelques coups de baume et de baguette magique. Il n'aimait pas avoir le sentiment d'appartenir à qui que ce soit - sauf depuis qu'il jouissait de la présence de Remus. Etrangement, en ce qui concernait le Loup-Garou, il prenait chaque marque d'appartenance comme un cadeau, les quémandant parfois avec véhémence, et passion. « Pitié épargne moi les détails. » Il lâche un ricanement, avec de se rapprocher de Peter et de le bousculer fraternellement avec son épaule. « Tu as peur d'aimer ce que tu pourrais entendre, Pettigrow ? » Un jeu de sourcil aguicheur pour accompagner ses paroles avant que finalement ils ne reprennent le court de leur conversation. Et Sirius s'amuse de cette état de fait, de son couple avec Remus qui impose dans les Maraudeurs la tension palpable et érotique entre les deux canidés - chien en chaleur diraient certains hum.

Et Peter s'évertue à déclarer qu'il se fiche du regard que les autres peuvent porter sur lui, bien que ce genre de remarque fassent lever les yeux au ciel à Sirius. S'il y a bien une chose qui était amusante dans le fait d'être Les Maraudeurs c'était leur réputation. James, le capitaine de Quidditch si populaire et séduisant, dont le rire, le sourire, et les farces le rendaient sympathiques aux yeux de tous. Remus, le préfet à priori bien timide, dont l'aire rêveur et les silences tendre donnent le sentiment d'un mystère enfouie si attirant. Et Sirius, le rebelle si froid et impétueux, dont le physique avantageuse et la prestance attiré tous les filles qui passaient à sa porté. Et Peter gardait pour lui les noms de suiveurs et d'ombre - rien de plus, passant à côté de possibilités étonnantes. Alors quand il annonce qu'il se fera bientôt reconnaitre comme un membre à part entière des Maraudeurs, Sirius ne peut qu'espérer qu'il se dépêche, la fin de l'année approchant inexorablement. « Je n'aurais pas besoin de plus, ne t'en fais pas pour ça. » Sans doute. Et une pointe de nostalgie se glisse dans la gorge de Sirius à l'idée que tout cela prendra fin bien trop vite à son gout. Qu'importe - il repousse ette pensée en demandant à Peter ce qu'il prépare. Il voit briller dans ses yeux cette flamme maraudienne et entend en apprendre d'avantage. « Je prépare quelque chose de géant. Image juste des bombes de couleurs par centaines, des feux d'artifices par milliers, des lutins de Cornouailles, des vagues qui déferlent dans les Salles Communes. » Souriant, Sirius imagine sans grande difficulté ce qu'une telle idée pourrait donner. Un feu d'artifice final en somme, peut être pour une fête mémorable emportant toute l'école dans une danse grandiose. Un sort pour obliger tout le monde à danser - voila ce qui devrait accompagner cela. Et les Blizzampires - le groupe de Rock commençait à avoir un franc succès chez les adolescents. « Mais je veux que l'on fasse en équipe. Je veux que nos noms restent sur toutes les lèvres pendant des siècles. On se souviendra des Maraudeurs pour longtemps. » « On te laissera pas t'en sortir avec tous les lauriers, Pete, tu l'sais bien. » Lâche Sirius en ébouriffant les cheveux de son ami, moquant sa tendre innocence. Depuis quand les Maraudeurs font-ils des coups aussi gros en solo ? Peter était sûr de se faire prendre, et peut être même n'arrivera-t-il pas à tout mettre en oeuvre. Il lui faudra d'autres paires de bras. Et d'autres idées - pour donner à son idée une apothéose magistrale. L'idée faisait sourire Sirius - les maraudeurs entrant dans l'histoire de Poudlard. Il s'imaginait déjà un chapitre dans le manuel relatant de l'histoire de l'école, au chapitre « farceurs légendaires » - leurs images souriant à tous les lecteurs avec cette malice qui leur était propre. Grandiose.

Alors que Sirius est perdu dans ses fantasmes, Peter termine sa cigarette, et la jette au sol. « Mais en attendant, il faut faire monter la pression. Des idées de petits trucs innocents ? » Arquant un sourcil, le Maraudeur fixe le second avec un air narquois. « Innocent ? Ca se mange ? » Demanda-t-il en roulant des yeux. Depuis quand Sirius faisait-il des choses « petits trucs innocents » ? Il avait dépassé ce stade depuis la seconde année - voir même avant. Et il n'était ni petit, ni innocent dans ses farces, ce qui lui avait valu de recevoir les foudres de Lily plus d'une fois - et en particulier lors de leur dernière farce contre les Serpentards. Qui tenait plus pour une vengeance personnelle après qu'Evan Rosier s'en soit pris à Remus, l'envoyant à l'infirmerie. Il y avait été aussi, grâce aux bons soins de Sirius - évidemment. Mais un Maraudeur ne pouvait pas laisser un Serpentard impuni, et c'est toute la salle commune qui avait fini dans le chaos. Alors l'innocence, Sirius la laissait aux autres. « Quelques explosions, des inondations par-ci, par-là. Mais avec Lily qui est plus proche de James que jamais, ça devient compliqué d'être productif. Pas que je n'en sois pas ravi pour lui, mais tout de même ! » Affligé, le Maraudeur trouva judicieux de se plaindre de cela à Peter. Lily avait peut être raison dans le fond, mais il n'en avait cure. A ses yeux, elle réfrénait les envies narquoises de James, et - indirectement - les siennes, ce qui ne pouvait que l'agacer prodigieusement. « Oh ! Et je travaille sur une métamorphose de couteau. Je devrais avoir terminé d'ici demain. » Dit-il en sortant le couteau en question de son sac pour le présenter à Peter, très fier de lui. « Devine à quoi il servira. » Lança-t-il avec défis.


_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 167
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: why so sirius ? (queudver & patmol)    Mer 23 Nov - 15:17

Je l'avoue, je ne suis pas doué pour avoir des idées de farces, de blagues. Les meilleures idées, c'est Sirius et James qui les ont. Remus aussi, mais lui veille toujours à ne blesser personne. Moi, je me contente d'appliquer ce que l'on me dit, d'obéir. D'où mon surnom de lâche ou de faible. Surement. Mais bon, je m'en fous, j'aime vivre ainsi. Et puis je n'ai pas d'imagination de toute façon, alors bon. Cependant, pour ma dernière année, je compte bien faire quelque chose par moi-même. Enfin essayer du moins. Bien évidemment, mes amis seront là pour m'aider, je l'espère en tous cas. Mais je veux qu'on se souvienne de moi en tant que moi. Pas en tant que suiveur, que toutou de Sirius (ahah) et de James. Alors je parle de mon projet à Sirius, évitant de répondre à ses sous-entendus salaces. Non je ne veux pas savoir. Je ne veux vraiment. Pas. Savoir. Il sait que ce genre de chose me gêne et il n'hésite pas à en jouer d'ailleurs. Il m’ébouriffe les cheveux en me disant que je ne m’en sortirai pas avec tous les lauriers. Je ris doucement face à ce geste fraternel. C’est comme ça que je me sens bien. Entouré, aimé. Et jamais je ne pourrais les remercier pour ce qu’ils font pour moi.

« Je ne comptais pas le faire en solo hein. Ensemble jusqu’à la fin. A la vie, à la mort. Même si on va éviter la mort, j’suis trop jeune »

Je suggère ensuite à Sirius de commencer à faire monter la pression, de commencer par des trucs innocents. Il roule des yeux demandant si ça se manger et je lève les yeux au ciel à mon tour avant d’ajouter :

« On ne va pas envoyer Rosier à l’infirmerie tous les jours »

Tout ça pour une question de vengeance. Je ne suis pas adepte de ce procédé. Enfin oui je sais, dès qu’on touche à Remus, Sirius montre les crocs. Mais pour le coup, il n’y avait pas été de main morte. Je ne plains pas Rosier, certainement pas, au fond je sais qu’il le mérite, mais …. Je sais pas. Le procédé ne me convient juste pas. Enfin, c’est Sirius. Et on ne peut pas le changer. Et puis je crois que Lily est assez d’accord avec moi, puisqu’elle a réprimandé Sirius et James. Et en plus de cela, je la soupçonne de garder James loin de nous. Pas loin mais disons qu’elle le surveille assez et elle est de plus en plus présente. Comme une mère surveillant ses enfants. Comme si on avait besoin d’un chaperon. Foutaises. Et Sirius en vient d’ailleurs à mettre le sujet sur la table, disant que ça devient compliqué avec elle de mettre des plans géniaux en œuvre.

« Va pour les explosions et inondations alors. Mais sans envoyer des gens à l’infirmerie, ça serait vraiment con de se faire renvoyer avant le coup final. Et concernant Lily, je suis d’accord. On ne peut rien faire quand elle est là »

Je fais une moue boudeuse, remontant mes genoux et croisant mes bras sur eux.  Comme un enfant à qui on aurait refusé une chocogrenouille. En parlant de ça, j’ai faim. Et le diner est dans bien trop longtemps. Pauvre de moi. Sirius poursuit en me disant qu’il prépare un nouveau tour, une métamorphose sur un couteau. Je relève les yeux vers lui, arque un sourcil interrogateur et il sort l’objet en me demande à quoi il va bien pouvoir servir.

« Je n’en ai franchement aucune idée. Eclaire ma lanterne Black, qu’est-ce que t’as derrière la tête ? »

Je me redresse, montant sur le dossier du banc à côté de lui afin d’être à sa hauteur, avide de savoir ce qu’il prépare. Mon ventre se met à gargouiller et je place aussitôt mes mains dessus afin de le calmer. Je demande alors à mon meilleur ami :

« En plus de ton couteau, t’aurais pas genre du fromage ? Je meurs de faim »

J’accompagne ma supplique d’une moue suppliante, faisant des yeux de chat battu. J’ai conscience que ça ne marchera pas mais sait-on jamais, je peux toujours essayer




HJ: je sais, c'est pas terrible :snif: Je fais la mise en page ce soir :love:

_________________



nous vivions ensemble, dans une photographie du temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: why so sirius ? (queudver & patmol)    Jeu 24 Nov - 22:44

why so sirious ?
Queudver & Patmol
Farceurs, les Maraudeurs étaient avant tout reconnus dans Poudlard pour leurs farces qui étaient légendaires. Depuis la première année, les quatre inséparables n'y étaient pas allés de main morte, ne laissant de répit à personne dans le Château. Que ce soit faire peur aux premières années dans le train, ensorceler les armures pour les faire danser, ou courir après la chatte du concierge, il n'y avait pas de limite à leur imagination. Bien que souvent les deux leaders restent James et Sirius, sans doute parce que le premier avait toujours été un farceur et que l'autre avait été trop longtemps bridé. Remus n'était pas en reste, bien qu'il donne l'impression d'être le plus calme, le plus sage, et le plus avisé du groupe. Avisé il l'était sans doute, assez pour ne pas se faire prendre lorsqu'il était en faute - après tout il avait un statu de préfet à faire respecter, et ne voulait pas donner l'impression à Dumbledore qu'il avait eut tord de lui accorder sa confiance. Et Peter, bien qu'il donnait parfois quelques idées en plus - après tout c'était lui qui avait initié l'idée de pouvoir identifier n'importe qui sur la Carte du Maraudeurs - n'était en général pas le premier investigateur de ce genre de blague. Cette année James avait voulu changer les règles du jeu, et Sirius avait le sentiment que cela pourrait être intéressant à voir. « Je ne comptais pas le faire en solo hein. Ensemble jusqu’à la fin. A la vie, à la mort. Même si on va éviter la mort, j’suis trop jeune » Levant les yeux au ciel devant une telle évidence - clairement il ne pourrait rien faire en solo - Sirius donne quand même une tape amicale sur l'épaule de son ami avec un sourire de connivence. « J'suis trop beau pour mourir. » - stupidité orgueilleuse, mais clairement la mort n'était pas dans les prévisions du jeune Black. A ses yeux tant que les Maraudeurs resteraient unis il ne pourrait rien leur arriver, et certainement pas de mourir. Il se sentait invincible aux côtés de ses amis, sans que rien ne puisse mettre à mal sa confiance. Si même la farce faite à Rogue n'avait pas pu détruire les Maraudeurs il ne voyait pas ce qui pourrait bien le faire.
Surtout s'ils gardaient cet esprit farceur et moqueur - bien qu'après Poudlard il doute que cela puisse durer, préférait ne pas y penser et se concentrer sur le moment présent. « On ne va pas envoyer Rosier à l’infirmerie tous les jours » « C'est pas comme s'il ne le méritait pas. » Haussement d'épaules peu touché par les propos de Peter. Sirius n'aimait pas Evan Rosier, et cette agressivité ne datait pas de Poudlard. Il y avait toujours eut une sorte de rivalité entre les Black et les Rosier, sans doute parce qu'il s'agissait de deux anciennes familles, et qu'elles se disputaient l'hégémonie sur les Sangs pus anglais depuis des siècles. Les Black étant devenus rapidement la famille à suivre, mise à mal par l'arriver de Sirius et son caractère impétueux. Face à lui, un Evan Rosier aristocratique et hypocrite qu'il a tôt fait de détester autant qu'il le pouvait. Bien qu'enfants ils aient passé beaucoup de temps ensemble. Evan était exactement ce qu'il serait devenu en allant à Serpentard, et ils le savaient tous les deux, le serpent avait profité de la place vacante pour s'y glisser et y régner en prince.

Pour l'heure, ils discutaient simplement de leurs farces, avançant le fait que le rapprochement entre Lily et James n'était pas en leur faveur dans cette industrie. Sirius avait encore une rancune envers la Préfète, la gardant muette pour préserver son amitié avec James. Il vivait assez mal l'arrivée de la jeune Lily dans leur cercle restreint mais se gardait bien d'en faire la remarque. Après tout, elle était la petite amie de James (pour ne pas dire la femme de sa vie), la meilleure amie de Remus, et Peter n'avait rien à lui reprocher. Il était en minorité contre elle. « Va pour les explosions et inondations alors. Mais sans envoyer des gens à l’infirmerie, ça serait vraiment con de se faire renvoyer avant le coup final. Et concernant Lily, je suis d’accord. On ne peut rien faire quand elle est là » Au moins Peter était d'accord avec lui sur ce point, il haussa les épaules, et décréta que même si certains finissaient à l'infirmerie ils ne pourraient pas en mourir.

Préférant ne pas s'étendre sur le sujet « Lily Evans » - qui revenait bien trop souvent à son gout, il préféra continuer sur une autre de ses inventions. Sirius avait un amour inconditionnel pour le cours de Métamorphose et de sortilèges. Plus pour le premier dans lequel il excellait depuis la première année. Il avait métamorphosé bon nombres d'objets dont la plupart avaient été perdus, ou avaient fini par fondre d'être trop utilisés. Mais cette fois l'idée qu'il avait pouvait tout simplement tenir du génie. « Je n’en ai franchement aucune idée. Eclaire ma lanterne Black, qu’est-ce que t’as derrière la tête ? » Il présenta alors le couteau, d'un geste théâtrale avant d'être interrompu par le bruit - familier - intempestif du ventre de Peter. « En plus de ton couteau, t’aurais pas genre du fromage ? Je meurs de faim » Roulant des yeux, il se pencha vers son ami, et lui lança un clin d'oeil. « Ce couteau, mon cher Wormtail, sera bientôt capable d'ouvrir n'importe quelle serrure et de n'importe quelle porte. » Dit-il avec une fierté évidente, gardant la voix basse pour rester dans la confidence de son meilleur ami. Avant de finalement lui donner une tape sur l'épaule. « Allons dans les cuisines, on sait tous comment tu es quand tu as faim : incapable de te concentrer sur autre chose. Et il reste encore un moment avant le dîner, je m'en voudrais de te torturer. »


_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: why so sirius ? (queudver & patmol)    

Revenir en haut Aller en bas
 
why so sirius ? (queudver & patmol)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sirius Black : le parrain
» Presentation de James Sirius Potter,Fils de Harry Potter
» Peter Pettigrow dit queudver pour les intimes ;) - OK
» (M) Ben Barnes - Sirius Black
» Sirius Black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace spécial Sirius-
Sauter vers: