AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andromeda Tonks
poudlard & ordre du phénix

poudlard & ordre du phénix


Messages : 2418
Date d'inscription : 06/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 Empty
MessageSujet: No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977   No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 EmptyMar 2 Juil - 1:12



No title, no brain, and more
Soupir. A quoi bon faire des cours construits si c'est pour que rien ne soit retenu par les élèves ? Cette question, Andromeda se la pose vraiment à force de voir des idioties pareilles inscrites sur des copies qu'elle se trouve tout de même obligée de corriger, comme noter à la tête de l'élève n'est à ses yeux pas une option acceptable. Nouveau soupir, non la Tour Eiffel n'est pas à New York – cette fois-ci c'est trop. Premier coup de baguette : les copies forment un tas net qui d'un deuxième coup de baguette rejoignent le sac de la professeur d'étude des moldus. Elle finira un autre soir, ou elle deviendra folle plus jeune que prévu et étranglera certains de ses élèves dès son prochain cours. Mauvaise option, il vaut mieux se détendre. D'autant plus qu'elle a prévu de faire une surprise à un ami aujourd'hui. Enfin, elle devrait plutôt dire à un revenant, sans doute. Mais Charles semblait si heureux lorsqu'Arès est revenu dans leur vie qu'Andromeda ne pouvait l'être qu'à son tour, qu'importe les idéaux stupides auxquels il croyait avant son coma. A une époque elle y croyait elle aussi, alors comment lui reprocher cela sans mauvaise fois ?

Son sac sur l'épaule, la jeune femme rejoint ses appartements rapidement pour y déposer ses copies partiellement corrigées et y récupérer de quoi fêter le retour d'Arès et son arrivée dans le château. Quelques minutes et un coup d’œil dans le miroir plus tard, elle attend que les escaliers de l'école cessent leur caprice pour le bureau d'Adonis. Elle suppose que son jumeau s'y trouve, et son hypothèse est confirmée lorsqu'elle en pousse la porte et découvre un visage qui lui était à une époque si familier. « Arès, comment vas-tu ? » qu'elle demande avec un sourire sincère, avant de sortir de son sac une bouteille de purfeu. « Je me suis dit qu'on pourrait fêter ton retour parmi nous et ton arrivée à Poudlard, qu'en dis-tu ? » Elle n'a pas besoin de réponse pour entrer et déposer son sac sur une chaise. Elle en sort deux verres qu'elle remplit, avant d'en tendre un à Arès. « Santé. » Les verres se cognent puis la première gorgée est prise, comme une bonne entrée en matière. « Alors, que peux-tu me raconter de beau ? » qu'elle demande en reposant son verre pour retirer sa veste. A y réfléchir, ils n'ont quasiment pas parlé depuis qu'Arès est sorti du coma, ou alors pas plus de quelques instants au détour d'un couloir. C'est l'occasion de rattraper le temps perdu avec un vieil ami, comme il y a dix ans ils étaient proches parce qu'ils avaient les mêmes idéaux, et qu'aujourd'hui il faut croire que c'est à nouveau le cas. Et puis, si besoin, l'alcool aidera à calmer le jeu, alors il n'y a pas de raison de s'en faire.
code by bat'phanie



_________________

You got that look in your eyes. I can tell you had bad dreams last night. Let me take you in my arms; you can cry. Let me love you 'til you feel alright. Cause I am yours; you are mine. Not going anywhere, oh, I am standing by your side.
I will love you 'til the end of time
.

I will love you 'til the day we die. Don't fear, baby, cause you and me are golden. When you can't breathe, it's you that I'll be holdin'. Yes, I'm all in, through thick and thin. This is good loving.
you and me are golden
.

MEwards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Arès A. Travers
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 405
Date d'inscription : 20/04/2019

Voir le profil de l'utilisateur

No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 Empty
MessageSujet: Re: No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977   No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 EmptyMar 2 Juil - 1:58



No title, no brain, and more
Arès avait débuté en septembre aux côtés de son frère, en tant qu'apprenti. Adonis était lui, professeur de Défense contre les Force du mal et Arès l'enviait un peu, ça semblait pas mal. Mais pour l'heure, c'était bien trop de responsabilité et lui, voulait travailler mais être peinard à la fois. Un boulot sans trop de tâche, sans trop en baver. Histoire de s'y remettre tranquillement. Alors il avait accepté la proposition de son frère par envie et par soutien surtout. L'épauler dans ce dur travail professoral était un début. D'autant que bosser aidait le Travers à penser à autre chose que les douloureux événements qui étaient venus le frapper. Il avait cherché mais enfin, il essayait d'aller de l'avant.

Installé dans le bureau d'Adonis, seul à cause d'un rendez-vous auquel il ne participait pas, Arès remplissait de la paperasse. Il détestait ça mais enfin, il fallait remplir quelques convocations pour des colles. Il en avait déjà vue des élèves pénibles mais alors avec l'approche de noël, ils étaient pires que tout à faire les quatre cent coups en permanence, rabâcher des conneries et faire des bêtises. Le sorcier prenait cependant du recul sur la situation, lui-même avait été une sacrée fesse de griffon en son temps. Par el fait, même s'il ne regrettait pas ce qu'il avait été ou ce qu'il avait pu faire jadis, il plaignait tout de même ses professeurs. Puis la porte grinça et il releva le nez, plume à la main. Encre partout les doigts et la table. C'est qu'il avait été surpris. Pas seulement de recevoir de la visite mais plutôt parce qu'Andromera était perturbante. Il avait bien tenté de l'éviter un peu dans le château, l'air de rien. C'était que depuis tout petit, il l'aimait beauoup, cette demoiselle. Et à présent, adulte, il était mal à l'aise. Il se souvenait de la petite amourette partagées à leur onze ans. En premier année, ils avaient eu une petite relation. Une première relation. Simple petite bisou sur la joue et c'était déjà le bout du monde pour des gosses de leurs âges. « Arès, comment vas-tu ? » Se relevant dans un raclement de chaise, Arès esquissa un sourire chaleureux. Si c'est elle qui venait à lui, après tant de temps après la rentrée, c'est qu'elle lui voulait sûrement quelque chose en particulier et il avait bien hâte de savoir quoi. « Andromeda, c'est un plaisir de te voir là. Je me porte comme un charme et toi, donc ? Tout en beauté, je vois. Comme le bon vin, tu te bonifies encore plus avec l'âge. » Aie. De base, il souhaitait la complimenté pas signifiait qu'elle vieillissait. Mais enfin, c'était son cas à lui aussi. « Je me suis dit qu'on pourrait fêter ton retour parmi nous et ton arrivée à Poudlard, qu'en dis-tu ? » L'idée était brillante, hochant la tête, Arès débarrassa le bureau en la laissant approcher à sa guise et prendre deux verres pour les servir. « C'est vraiment sympa de pas me laisser dans mon coin. J'ai conscience que... nos idéaux non plus été les même pendant quelques temps. Ca me fait plaisir que l'eau ait coulée sous les ponts. » Attrapant le verre gentiment servi, Arès pencha la tête. A priori, elle se souvenait qu'il préférait le whisky et ça, c'était une très bonne chose. « Santé. »« Mais pas des pieds ! » Qu'il ajouta toute suite en rigolant comme un imbécile jusqu'à rouler des yeux et se sentir comme un sot. Y avait pas à dire, il fallait qu'il se tape la honte devant elle. Bien pour cette raison qu'il l'avait un peu évitée depuis le départ. La voir au milieu des couloirs c'était pas risqué parce qu'avec du monde pour les entourer, il savait se retenir mais là, enfermé dans un bureau avec elle, il devenait sot. Tellement sot. « Alors, que peux-tu me raconter de beau ? » Des choses à raconter, il y en avait pas tellement. Il se concentrait sur le boulot pour ne pas devenir dingue sauf que c'était le genre de boulot à juste rendre un peu dingo parfois. « J'viens de me découvrir une passion pour les plantes vertes. C'est pas une super nouvelle mais enfin, j'ai toujours aimé les jolies plantes. » Petit clin d'oeil et grande gorgée de boisson. Il aimait pas spécialement les fleurs mais les femmes, ça, ça n'était un secret pour personne. Surtout les jolies femmes. « Et toi alors ? J'ai appris pour Teddy Bear. »
code by bat'phanie



_________________

       
If I only could...
Revenir en haut Aller en bas
Andromeda Tonks
poudlard & ordre du phénix

poudlard & ordre du phénix


Messages : 2418
Date d'inscription : 06/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 Empty
MessageSujet: Re: No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977   No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 EmptyMer 3 Juil - 0:13



No title, no brain, and more
Une fois la porte poussée, Andromeda n'a pas de mal à lire de la surprise dans les regards de son tout nouveau collègue. Après tout, ils n'ont pas réellement parler depuis qu'il a quitté le lit dans lequel il a été bloqué quatre ans, et avant son coma leur relation était... conflictuel. Comme avec à peu près tous les amis au sang-pur qu'elle avait avant de rencontrer Ted. Mais Arès c'était particulier. Premier amour, ça s'appelle. Il était loin ce temps-là cela dit, comme ils n'avaient que onze ans à l'époque. Treize ans déjà, pourtant le jeune homme était toujours aussi charmant. « Andromeda, c'est un plaisir de te voir là. Je me porte comme un charme et toi, donc ? Tout en beauté, je vois. Comme le bon vin, tu te bonifies encore plus avec l'âge. » Elle arque un sourcil avant de souffler du nez, se demandant s'il a déjà entamé une bouteille de whisky sans elle. Elle ne l'a pas prévenu qu'elle viendrait, alors comment le blâmer ? « J'espère que tu ne me trouves pas aussi vieille qu'un bon vin, sinon j'ai de quoi m'inquiéter. » Vingt-quatre ans c'est encore jeune, non ? Oui, elle a besoin de se dire que c'est encore jeune. Une nouvelle vie à entamer, elle ne peut pas se mettre à penser qu'elle est déjà vieille fille, ça la rendrait folle. « Je vais bien, » qu'elle ajoute, comme il lui a retourné la question et que c'est impoli de ne pas répondre. Bien que bien soit un bien grand mot. Qu'importe, il vaut mieux sortir la bouteille de Purfeu qu'elle a apporté plutôt qu'y réfléchir. Plus besoin de réfléchir avec un verre ou deux d'alcool, si ce n'est plus, et c'est bien ce dont elle a besoin. Et puis, ils ont des choses à fêter aujourd'hui. « C'est vraiment sympa de pas me laisser dans mon coin. J'ai conscience que... nos idéaux non plus été les même pendant quelques temps. Ça me fait plaisir que l'eau ait coulée sous les ponts.  » « A moi aussi. Et puis, j'avais les mêmes idéaux que toi quand on s'est connus, tu te souviens ? » Manière de lui dire qu'elle lui pardonne d'avoir été un sombre scroutt à pétard, comme à l'époque elle avait une mentalité aussi restrictive et bornée que lui. Famille élitiste et non tolérante, elle a grandi avec l'idée qu'elle était par son sang au-dessus des autres, et que certains êtres étaient inférieurs par leur naissance impur. Elle a été élevée ainsi, alors elle y a cru, et c'est la même chose pour Arès, elle le sait. Qu'importe qu'il ait eu besoin d'un coma si long pour comprendre que tout ceci était aussi faux qu'injuste, à présent ils semblaient être sur la même longueur d'onde. De toute façon, ce n'était pas forcément de cela qu'Andromeda avait envie de parler. Quoique, au fond elle n'avait aucune idée de ce dont ils pourraient bien parler – cela viendrait en temps voulu, sans doute.

Verres servis, l'un glissé dans la main d'Arès avant de trinquer, leurs regards se croisant un instant. « Mais pas des pieds ! » Alors... Non, ça ce n'est pas drôle Arès. Ni drôle, ni charmant, alors Andromeda elle roule seulement des yeux en soufflant du nez. C'est pas méchant, mais vraiment, ce n'est pas drôle. « Raye cette blague de ta liste, s'il te plaît, » ajoute-t-elle avant de prendre une gorgée de whisky qui lui fait un bien fou. Oui, elle avait bien besoin de cela. Puis elle lui demande des nouvelles, comme ils n'ont pas réellement parlé depuis son retour parmi les vivants. « J'viens de me découvrir une passion pour les plantes vertes. C'est pas une super nouvelle mais enfin, j'ai toujours aimé les jolies plantes. » Le clin d’œil la fait rire doucement alors qu'elle lève encore les yeux au ciel et prend une nouvelle gorgée d'alcool. Vraiment, ce genre de nouvelles ? Enfin, elle en attendait peut-être trop la sang-pur, comme Arès n'avait sans doute pas plus palpitant à raconter après deux ans passés dans un lit, inconscient. « Et toi alors ? J'ai appris pour Teddy Bear. » Ah, le sujet qui fâche. Evidemment. « C'est Adonis ou Charles qui te l'a dit ? Je doute qu'il s'en soit vanté sur tous les toits. » Curiosité bien inutile, de toute façon qu'importe qui est au courant, le fait est que c'est réel. « Qu'importe, je suppose que tu aurais fini par l'apprendre de toute façon. » Comment, elle n'en sait rien, et au fond elle s'en moque. Mais ça finira par se savoir, que leur mariage bat tant de l'aile qu'à présent elle doit se considérer comme seule parce que lui veut l'être. « J'suis peut-être pas comme le vin écoute, » qu'elle lâche avec un soupir. Puis, agacé par cette impression de paraître faible qu'elle ne peut pas supporter, elle boit une nouvelle gorgée de whisky. Le verre est presque fini, mais qu'importe, elle a toute la bouteille pour oublier qu'elle se demande encore comment son mariage a pu arriver à ce stade là. Un break, on croit rêver. Ils n'ont plus quinze ans, par Merlin. Mais décision de Ted, alors elle ne pouvait pas faire grand chose. « Nymphadora est avec lui aujourd'hui. J'espère que tu ne m'en veux pas de ne pas avoir envie d'être seule ce soir, j'ai vu que tu avais de la paperasse passionnante à remplir, je ne voudrais pas t'empêcher de te plonger dedans. » Nouvelle gorgée, verre vide, remplissage immédiat puis sourire en coin à propos de ce qu'elle a dit. Comme si Arès pouvait s'intéresser à de la paperasse. Surtout que, vu la période de l'année, elle supposait que les élèves ne devaient pas être des plus simples à gérer et que c'était sûrement des sanctions qu'il devait donner, et des papiers à remplir pour pouvoir les appliquer.
code by bat'phanie



_________________

You got that look in your eyes. I can tell you had bad dreams last night. Let me take you in my arms; you can cry. Let me love you 'til you feel alright. Cause I am yours; you are mine. Not going anywhere, oh, I am standing by your side.
I will love you 'til the end of time
.

I will love you 'til the day we die. Don't fear, baby, cause you and me are golden. When you can't breathe, it's you that I'll be holdin'. Yes, I'm all in, through thick and thin. This is good loving.
you and me are golden
.

MEwards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Arès A. Travers
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 405
Date d'inscription : 20/04/2019

Voir le profil de l'utilisateur

No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 Empty
MessageSujet: Re: No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977   No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 EmptyMer 3 Juil - 0:54



No title, no brain, and more
« J'espère que tu ne me trouves pas aussi vieille qu'un bon vin, sinon j'ai de quoi m'inquiéter. » Bon ok. Il avait été le plus maladroit du monde en essayant de la complimenter mais à la voir aussi ravissante, elle en avait guère besoin. Alors c'était tout à fait pardonnable selon lui. Sourire aux lèvres, il secoua le nez, un peu amusé par la situation. « J'ai pas encore besoin de lunette mais je te remercie. Pas non plus de calculette pour me souvenir de ton âge et du jour bienheureux de ta naissance. » Travers se souvenait tout particulièrement avoir été amoureux d'elle à son arrivée à Poudlard et à l'époque, il ne la connaissait pas cette date d'anniversaire. Sauf qu'elle lui en avait énormément voulu. Terriblement. Ça avait été là leur première dispute d'ailleurs. Il s'en souvenait comme si c'était hier. Depuis lors, il n'avait pas oublié. « Je vais bien. » Ça, Arès avait bien dû mal d'y croire parce qu'il avait appris la nouvelle au sujet du mariage deffectueux des Tonks. Mais il s'était abstenu d'entrer dans le vif du sujet dès son arrivée dans la pièce parce que c'était déplacé et qu'il la respectait. Il ne voulait pas raviver quoique se soit avant qu'elle n'ait bu au moins un verre, minimum. Sauf que la curiosité allait le rattraper plus vite qu'il ne l'imaginait. Il s'abstint donc de surenchérir, si elle souhaitait prétendre aller bien c'était tout à son honneur, non ? « A moi aussi. Et puis, j'avais les mêmes idéaux que toi quand on s'est connus, tu te souviens ? » Certes, un point pour elle. Elle avait tout à fait raison sur ce coup-là. Ils avaient partagés les même idées pendant un moment jusqu'à ce qu'elle n'ouvre les yeux la première. Il avait fallu beaucoup plus de temps à Arès pour comprendre ses erreurs. Suivre les idéaux de ses parents et le chemin qu'ils avaient tracés pour lui avait été la pire erreur de sa vie. Mais ça, c'était un peu tard pour avoir d'aussi énormes regrets. Malgré tout, il les possédait bel et bien, ces regrets. Et ça affectait pas mal son humeur. Charles essayait de l'aider au mieux, Adonis aussi. Pour l'heure, tout se passait bien. Travers se bougeait assez le cul pour garder la tête hors de l'eau. Être mangemort avait été la pire chose mais malgré tout, ça avait constitué plus de la moitié de sa vie. Ça ne faisait qu'à peine un an qu'il était un traitre à leurs yeux et il avait perdu tout ses proches amis. Il ne lui restait plus que ça famille la plus proche à présent. Il aurait pu s'épancher sur les quelques détails de cette vie terrible mais il estimait que se plaindre n'arrangerait rien et en plus, il connaissait le contexte de la vie d'Andromeda. Ainsi, il préférait l'écouter plutôt que de parler de lui.

« Raye cette blague de ta liste, s'il te plaît, » Riant donc seul à sa propre blague, il haussa les épaules. Ca n'était qu'un échauffement raté à ses yeux. Le but qu'il s'était fixé étant d'offrir un bon moment à la professeur et de lui remonter un peu le moral, qu'il était persuadé d'être au plus bas. Mais enfin, il avait enchaîné et avait atteint le succès cette fois. Belle plante verte dont elle faisait partie. Ainsi, elle préférait l'humour un peu plus subtil. Bien. C'était noté. Sauf qu'il était un imbécile parce qu'après l'avoir fait rire et d'avoir réussi ce premier défi il avait enchaîné avec les sombres affaires qui se passaient en ce moment avec Ted Tonks. Bad timing mais sa langue s'était déliée toute seule sans qu'il ne la contrôlât. « C'est Adonis ou Charles qui te l'a dit ? Je doute qu'il s'en soit vanté sur tous les toits. Qu'importe, je suppose que tu aurais fini par l'apprendre de toute façon.»  Aie. Il se sentait un peu sot sur ce coup-là ça avait clairement refroidit la conversation et entaché la bonne humeur qu'elle avait tenté de conserver mais autant crever l'abcès toute suite et repartir sur de bonnes bases. C'était le mieux qu'il y avait à faire dans une telle situation. « Les deux en fait. Je vis avec eux donc... » Oh que oui. Ils avaient pu discuter de tout ça tout les trois autour d'un verre et Arès n'avait d'ailleurs pas hésité à donner son avis sur le sujet. A savoir qu'il trouvait le Tonks complètement débile de laisser s'envoler une aussi blanche et belle colombe qu'Andromeda. Mais enfin, il ne doutait pas un instant qu'elle puisse trouver quelqu'un de bien meilleur que Ted. Rien que Ted, c'était quoi ce prénom ridicule. Roulant des yeux en silence, il se garda de tout commentaire devant elle, la laissant continuer comme elle le voudrait. « J'suis peut-être pas comme le vin écoute, » Alors ça non, il ne pouvait pas laisser passer ça. Se rabaisser ne changerait en rien sa situation et c'était bête de sa part. « Tu peux pas dire ça, joli coeur. Parce que t'es bien meilleure que le vin. Use pas de mon compliment raté pour te martyrisé seule. Ted est le pire des idiots mais c'est pas le seul type sur terre, tu en trouveras un bien meilleur, à ta hauteur. » Claire, net et précis. Elle allait sûrement pas apprécie mais Travers s'en foutait un peu. Il préférait énoncé des faits réalistes plutôt que la laisser se morfondre. Lui-même connaissait ce sentiment. Contrairement à elle, elle avait pu épouser l'homme qu'elle aimait. Alors que lui, il était seul. Comme un sot. Et que pendant trop longtemps il avait aimé l'homme d'un autre. Celui qui sortait avec son jumeau. Il se sentait comme le pire homme sur terre. Alors ouais, Ted n'était pas le pire en fait, c'était Arès puis Ted en second. En somme, Arès était le diable et Ted son acolyte. « Nymphadora est avec lui aujourd'hui. J'espère que tu ne m'en veux pas de ne pas avoir envie d'être seule ce soir, j'ai vu que tu avais de la paperasse passionnante à remplir, je ne voudrais pas t'empêcher de te plonger dedans. » La voyant prendre gorgée sur gorgée alors qu'il n'avait lui-même bu qu'un seul verre, il fixait son propre verre vide sans jamais le remplir. Elle allait boire seule. Toute seule. C'était pas vraiment une fête mais enfin, il s'en contenterait. « Faut pas t'en faire pour les papiers, Adonis pourra s'en occuper. C'est pas comme si j'étais toujours en retard dans le boulot qu'il me donne. Je dois lui taper sur les nerfs, le pauvre. Mais je m'excuserai comme il faut. Il comprendra que je passe du bon-temps avec une divine créature. T'étais pas vélane dans une autre vie, hm ?»
code by bat'phanie



_________________

       
If I only could...
Revenir en haut Aller en bas
Andromeda Tonks
poudlard & ordre du phénix

poudlard & ordre du phénix


Messages : 2418
Date d'inscription : 06/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 Empty
MessageSujet: Re: No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977   No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 EmptyMer 3 Juil - 6:33



No title, no brain, and more
Un retour à fêter, le besoin de ne pas être seule ce soir, et voilà Andromeda qui se pointe dans le bureau du professeur de DCFM, un sourire aux lèvres et une bouteille de purfeu à la main. Accueillie par les compliments un peu foireux d'Arès, mais après tout c'est l'intention qui compte. « J'ai pas encore besoin de lunette mais je te remercie. Pas non plus de calculette pour me souvenir de ton âge et du jour bienheureux de ta naissance. » « Donc tu t'en souviens ? » qu'elle demande, curieuse. A se demander pourquoi tu as retenu la sienne et pas une autre, avant de se souvenir du scandale qu'elle a fait gamine parce que tu n'as pas su répondre à sa question. Première dispute, et y repenser lui arrache un sourire en coin. Ça lui paraît si loin et si proche à la fois, c'est ridicule et adorable à la fois, après tout ils n'avaient que onze ans.

Verres servis, maintenant il faut trinquer, et rappeler au bellâtre que certaines blagues sont vraiment trop mauvaises pour être retentées. Comme celle-ci, parce que s'il est le seul à y rire ce n'est pas pour rien. Première gorgée, l'annonce d'une passion nouvelle pour les plantes vertes, un compliment lancé avec un clin d’œil, nouvelle gorgée, puis le sujet problématique ne tarde pas à refaire surface. Elle va bien, elle l'a dit – elle a pas envie de s'apitoyer comme le font tant de femmes incapables de se débrouiller seules. Elle refuse d'être ainsi Andromeda, trop fière pour être dépendante de qui que ce soit, bien qu'il soit difficile de nier que ce soit elle avait bien besoin de compagnie. Compagnie qui sait que son mariage bat de l'aile à présent, bien qu'elle ne sache pas précisément par qui, ayant cependant de forts soupçons très cibles. « Les deux en fait. Je vis avec eux donc... » « Evidemment, » qu'elle lâche, les lèvres pincés. Il aurait eu du mal à ne pas être au courant des dernières nouvelles en vivant entouré de Charles et Adonis, mais le fait de ne pas seulement mettre les pieds dans le plat mais s'y jeter, ça c'était typique d'Arès. La délicatesse incarnée, comme dans son humour, absolument.

Elle va bien Andromeda, elle refuse de dire le contraire. Elle est trop fière pour admettre que les mots de Ted lui ont vraiment fait mal, et qu'elle a eu l'impression pendant un instant de n'avoir pas plus de valeur que la moindre sorcière lambda qui passerait dans le coin. Mais elle ne peut pas être faible, l'ancienne Black, elle ne supporte pas ça. Quitte à boire une nouvelle gorgée de whisky parce qu'elle s'agace à renvoyer une image si fragile d'elle-même. Non, elle ne veut pas être de ces femmes-là. Elle vaut plus que cela. Alors pourquoi cela l'affecte tant, toute cette histoire ? « Tu peux pas dire ça, joli cœur. Parce que t'es bien meilleure que le vin. Use pas de mon compliment raté pour te martyrisé seule. Ted est le pire des idiots mais c'est pas le seul type sur terre, tu en trouveras un bien meilleur, à ta hauteur. » Joli cœur, ça la fait sourire en coin alors qu'elle relève les yeux vers Arès. « Et celle qui a épousé le pire des idiots, on l'appelle comment ? » qu'elle demande avant de prendre une nouvelle gorgée de purfeu. Elle l'a épousé, et a porté son enfant pendant neuf mois, alors elle n'a pas vraiment envie de savoir quels adjectifs peuvent la qualifier. Bien qu'elle ne regretterait la naissance de Nymphadora pour rien au monde, sa fille s'avérant être l'ange de sa vie depuis qu'elle l'a mise au monde, celle pour qui elle ferait tout. Pourtant, elle n'arrive pas à croire que tout le reste soit terminé. Parce que ça l'est, elle le sait, comme le mot break qu'a prononcé Ted n'est à ses yeux qu'un prémisse à ce qui va suivre. Aucune chance qu'il en revienne avec les idées claires, et se dise qu'elle est bien la femme de sa vie. Non, c'est terminé. Clair et net : mariage foutu, fille aux parents séparés, et besoin de whisky pour ne pas y penser.

Elle supporte pas de se demander ce qu'elle a bien pu faire pour que tout foire, parce qu'une personne rationnelle et fière ne ferait pas ça, elle en voudrait à l'autre. Et elle veut pas être une demoiselle en détresse qui s'apitoie. Alors à défaut de pouvoir lutter contre, elle se dit que l'alcool lui fera oublier toutes ces questions qu'elle se pose. Puis elle était seule ce soir, Nymphadora étant avec Ted. Pas bon de broyer du noir, et puis corriger des copies qui l'agacent ne va pas lui faire oublier que son mariage est foutu parce que son mari ne veut plus d'elle. Soupir, nouvelle gorgée – verre vide rapidement rempli. « Faut pas t'en faire pour les papiers, Adonis pourra s'en occuper. C'est pas comme si j'étais toujours en retard dans le boulot qu'il me donne. Je dois lui taper sur les nerfs, le pauvre. Mais je m'excuserai comme il faut. Il comprendra que je passe du bon-temps avec une divine créature. T'étais pas vélane dans une autre vie, hm ? » « Tu sais que tes blagues ne sont toujours pas drôles Arès ? » qu'elle demande en penchant la tête sur le côté, avant de souffler du nez et de laisser sa tête basculer en arrière. Une vélane, on croirait rêver. Nouvelle gorgée, petite voix dans sa tête qui lui dit qu'elle devrait arrêter, vite étouffée par l'envie de ne juste plus penser. Puis son regard revient vers Arès, et un sourire en coin naît sur ses lèvres. « Tu es aussi en retard qu'à l'époque pour tes devoirs ? » qu'elle demande, se souvenant d'un Arès qui tentait de lui piquer ses parchemins pour ne pas se faire réprimander par les enseignants. Aucune envie que l'absence de travail ne remonte aux parents Travers, surtout. Souvenir d'une course poursuite dans la salle commune des verts et argents, Andromeda tentant de protéger un devoir d'Histoire de la Magie à rendre pour le lendemain. Semi-victoire, ou plutôt échange de bons précédés : le devoir contre celui de potions, comme Arès était doué pour cela.
code by bat'phanie



_________________

You got that look in your eyes. I can tell you had bad dreams last night. Let me take you in my arms; you can cry. Let me love you 'til you feel alright. Cause I am yours; you are mine. Not going anywhere, oh, I am standing by your side.
I will love you 'til the end of time
.

I will love you 'til the day we die. Don't fear, baby, cause you and me are golden. When you can't breathe, it's you that I'll be holdin'. Yes, I'm all in, through thick and thin. This is good loving.
you and me are golden
.

MEwards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Arès A. Travers
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 405
Date d'inscription : 20/04/2019

Voir le profil de l'utilisateur

No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 Empty
MessageSujet: Re: No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977   No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 EmptyJeu 11 Juil - 22:53



No title, no brain, and more
« Donc tu t'en souviens ? » S'il se souvenait ? Evidemment que oui, il n'aurait pas prétendu le contraire. Quoiqu'il aurait pu. Il pouvait très bien mentir juste pour essayer de gagner des points auprès d'elle. Mais non, sur ce coup-là c'était une simple vérité. Léger sourire sur les lèvres, il haussa les épaules en guise de réponse. Que pouvait-il bien lui dire, hein ? « C'est que tu m'as bien éduqué à l'époque. » Petit rire discret. C'était vrai. Andromeda avait été sa première petite amie. Rien de vraiment concret, il s'agissait d'une amourette entre deux jeunes gens bien trop jeunes pour avoir une vraie relation. Ils avaient usé du mot "couple" pour copier les grands en pensant qu'ils finiraient leurs vies ensemble alors que ça n'avait guère duré longtemps. Mais c'était toujours mieux que de n'avoir pas tenté le coup, sans doute. Alors oui, c'est à ses côtés que le Travers avait appris que les femmes étaient bien compliqués et bien différentes des hommes. Oublié une date d'anniversaire était pire que d'user d'impardonnable sur un moldu. C'est en tout cas, avec le recul, ce qu'il avait fini par conclure. Puis les femmes, il en avait fréquenté. Des hommes aussi. Avec les hommes, c'était certes moins compliqués, plus direct. Les femmes, elles, avaient besoins d'attentions, de subtilités. « Je suis persuadé que tu vas vouloir des preuves de ce que j'avance. Alors allons-y. C'est le vingt sept juillet. Je peux même aller dans le détails, t'es de cinquante trois. » Sans plus de cérémonie, il avait effleuré de le nez de la Tonks du bout de son doigt dans un geste affectueux, le sourire toujours sur le visage. Ils avaient trinqués mais Arès avait reposé son verre au lieu de le boire, fixant la demoiselle se lâcher un peu. Au moins, l'un des deux seraient en bon état pour reconduire l'autre dans ses appartements et ça, ça serait lui. « Et celle qui a épousé le pire des idiots, on l'appelle comment ? » Que dire ? Il n'y avait pas de terme précis pour ça. Pas qu'il le sache en tout cas. « Une femme amoureuse ça s'appelle. C'est pas quelque chose que tu devrais regretter. Et puis vous connaissant, peut-être bien qu'il va revenir. Ce serait bête de tout gâcher, je pense. Surtout avec une fille en bas-âge. » Terre à terre, il pensait pour une fois avec sa tête. De son côté, s'il avait été marié, il aurait tout fait pour garder sa femme à ses côtés. Surtout avec un bébé entre eux. Non, pas moins de la laisser filer. Il comprenait mal ce qui lui avait pris à Edward mais bon. Tous les couples ne pouvaient pas fonctionner. Malheureusement, c'était tombé sur eux, apparemment. « J'ai pas eu les détails mais... il s'est passé quoi exactement ? Il t'a trompée ? Tu l'as trompée ? Ou c'est juste... que ça marche pas ? » Même s'ils ne s'étaient pas vues depuis des années, il demeurait l'ami qu'il avait été pour elle. Essayant de l'aider, d'y voir claire et peut-être de lui apporter une autre vision de l'histoire. C'était réparable, à n'en pas douter. Comme toute histoire. Le plus difficile était d'entretenir la flamme. Arès, même s'il n'était pas de ceux qui se mettent en couple facilement, savait conseiller les autres pour y demeurer. Ce qui était assez ironique pour un gars comme lui. «Tu sais que tes blagues ne sont toujours pas drôles Arès ? »« Ca plait parfois à certains et certaines. Faut pas s'en faire. T'es juste immunisée par ma connerie, sens-toi privilégiée du coup. » Il continue de sourire gentiment et la fixe. Toujours aussi sublime. Réellement. Il ne blaguait qu'à moitié en lui demandait si elle avait des origines vélanes. C'était carrément possible avec autant de beauté en elle. Edward avait dû se lasser d'essayer de surpasser une divinité pareille. Les efforts, ça épuisait parfois. Arès comprenait que le Tonks ait besoin de souffler un peu. « Tu es aussi en retard qu'à l'époque pour tes devoirs ?» Un rire lui échappa, il secoua la tête. Cette époque-là, elle s'en souvenait parfaitement elle aussi semblait-il. Lui qui toujours devait recopier sur les autres pour certaines matières. Pas les potions, ça, c'était son truc. Le reste, il travaillait au dernier moment. Si bien que les minutes lui faisaient trop défauts et qu'il devait repomper sur quelques victimes de son entourage. Bizarrement, c'était souvent tombée sur elle. « Dommage que tu puisses pas me refiler les réponses cette fois. » Clin d'oeil à son ancienne camarade, il reprit alors : « Je suis pas si en retard que ça. C'est un boulot qui me plait même si je ne suis qu’apprenti. J'aimerais le poste de potion, tu penses qu'y a moyen de pousser le prof actuel dans les escaliers ? » Sous-entendu, est-ce qu'elle était prête à cacher un cadavre avec lui. C'était pas une vraie demande mais il se doutait que le poste ne se libèrerait pas de si tôt. Hélas.
code by bat'phanie



_________________

       
If I only could...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 Empty
MessageSujet: Re: No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977   No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
No title, no brain, and more ♦ Andarès ♦ Poudlard, décembre 1977
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brain Drain to Brain Gain (Emeagwali)
» Présentez vous!!!
» Retrouvaille entre soeurs...|feat Rhéa-Gaïa O'Brain
» Aristide's Brain by Pooja Bhatia
» TITLE DELETED FOR INNACURACY AND DEFAMATION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Retourneur de Temps :: Ce qui n'a jamais été, et ne sera jamais...-
Sauter vers: