AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 brûler de l'intérieur (avewin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: brûler de l'intérieur (avewin)    Jeu 27 Oct - 18:13

brûler de l'intérieur
averill & oswin

Oswin était un bon élève de potions. Il pouvait même se targuer d'être parmi les meilleurs, bien que la promotion précédente faisait clairement de l'ombre au sixième année. Arriver derrière Lily Evans et Severus Rogue n'était pas simple. Cependant il ne pouvait pas nier être plutôt doué en règle générale, son esprit perfectionniste, et sa méticulosité l'aidant à se faire remarquer comme un bon élément. C'est grâce à cela qu'il avait intégré le Club de Slug, et qu'il pouvait maintenir un niveau excellent dans ses notes. Mais apparemment rien ne devait être comme d'habitude ce jour-là. Au lieu de faire équipe avec Regulus, il s'était retrouvé à devoir supporter la présence d'une Gryffondor passablement surexcitée et impatiente. Comme la majorité des membres de sa maison. D'un naturel patient et attentif, Oswin s'était mis en tête d'accepter cette sentence et de travailler comme à son habitude sur la potion d'apaisement des brûlures qu'ils devaient réaliser. Le liquide rouge était connu pour ses qualités curatives, et sa capacité à guérir toutes les brûlures, même celles causées par le feu de certaines espèces de dragon. Un ouvrage qui demandait de la concentration. Beaucoup de concentration - dont le binôme d'Oswin était totalement exceptée.
C'est ainsi qu'elle mit la peau de Salamandre chinoise avant même qu'il ait eut le temps de tourner trois fois la mixture dans le sens des aiguilles d'une montre. Le chaudron se mit à siffler, une fumée noire et dense s'en échappa, et mû par un instinct de protection stupide - et altruiste - Oswin se jeta sur sa partenaire au moment où le liquide explosa. Il en reçut sur le bras, et une partie du visage, brûlant sa peau et le faisant gémir de douleur.

Raison pour laquelle il fut envoyé à l'infirmerie. Raison pour laquelle il se retrouvait dans cette pièce, en compagnie d'Averill. Il avait été accueilli par Madame Pomfresh qui l'avait fait s'assoir sur un des lits de la pièce, avec seulement un seul lit entre lui et la jeune Poufsouffle. Il savait qu'elle pas très bien, Regulus lui avait apprit qu'elle s'était évanouie - ou quelque chose comme cela - lors de leur dernier entretien. Et apparemment sa présence en ces lieux prouvés que son état n'était pas bien meilleur. Mais Oswin se passerait de commentaire alors que l'infirmière se tenait près de lui. Il ôta le haut de son uniforme - dont une partie avec disparut en lambeau à cause de la potion, et se laissa passer quelques sortilèges et onguent pour le visage et le bras gauche afin de guérir la peau meurtrie. Il écoutait le récrimination de l'infirmière contre le Professeur Slugorn, sachant pertinemment qu'il n'était pas dans les habitudes d'Oswin de se faire mal aussi stupidement.

Elle lui demanda de se reposer, la douleur des brûlures ayant été calmée par une potion qui risquait de le rendre nauséeux groggy. Il obtempéra, restant sagement allongé pendant un moment, sans pour autant réussir à se reposer. Il admettrait volontiers que la présence d'Averill le perturbait. Pas qu'il s'inquiétait spécialement pour elle - ou plutôt il était curieux de savoir si son malaise et sa présence ici étaient liés. Est-ce qu'elle était malade ? Etait-ce grave ? Etait-elle d'une santé fragile ? Sans que cela ne fasse intervenir une pensée amicale envers elle, c'était de la curiosité pure et dure, et il entendait bien avoir quelques réponses. Il resta un moment, la tête tournée vers elle. La lumière filtrait à peine des grandes fenêtres de sorte qu'il ne pouvait pas voir si elle dormait ou non, l'ombre des colonnades cachant les traits de son visage.

Il inspira profondément, entendant Madame Pomfresh quittait l'infirmerie après que le concierge soit venu la chercher. Il se leva alors, faisant attention à ne pas défaire le bandage de son bras, et marcha jusqu'au lit d'Averill où il constata qu'elle avait les yeux ouverts. « Bonjour Macillan. »  dit-il avec son ton avenant habituel - après tout il n'avait jamais été parfaitement agressif avec elle. « Tu as pas l'air d'être en forme. Qu'est-ce qu'il t'arrive ? » Quelle raison d'avoir du tact avec Averill ? Aucune. Clairement. Et comme elle le disait - il était une commère, autant jouer ce rôle-là.

_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 208
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    Mar 6 Déc - 22:43


Brûler de l'intérieur


L'infirmerie... Voilà un endroit que la jeune femme avait l'impression de fréquenter bien plus que les salles de classe ces derniers temps. Si quelquefois elle avait réussi à y échapper, ce n'était pas son cas aujourd'hui. Tout a commencé quand elle avait enfin eu un moment tranquille avec Regulus.. Il avait fallu que la rouquine soit prise d'une espèce de crise extrêmement douloureuse, et tourne de l'œil. Le serpent l'avait emmenée rapidement chez madame Pomfresh, mais la pouffy ne se souvient pas de grand-chose si ce n'est la douleur... Cette sensation de brûlure qui lui parcourt les veines, comme si du venin venait grignoter les tissus de l'intérieur, comme une vague, viendrait s'écraser sur un rocher, ne laissant rien d'autre qu'une envie de s'arracher la peau pour arrêter tout cela.

Une ou deux fois depuis, la douleur était revenue.. Des étourdissements, des maux de tête. Mais grâce à sa force de caractère, la jeune Macmillan avait tenu, fait semblant, comme bien souvent. Comme on lui avait appris. Se montrer forte, ne montrer aucune faille... Mais peu importe de quoi elle est victime, cela se renforce, ça se propage, et balaye tout sur son passage.... Quinze jours s'est écoulé depuis son premier malaise et déjà elle semble bien mal au point. Ses longs cheveux roux semblables à la fourrure du plus beau renard ont perdu aujourd'hui de son éclat... Sa peau de porcelaine semble plus proche de celle d'un mort... La flamme dans ses yeux est comme étouffée, vacillante. Ses forces s'épuisent malgré sa détermination. Pourtant, elle sent l'énergie dans ses veines. Forte, brut, vitale, sauvage.... Pur. Quelque chose de bien trop fort pour elle, se glisser sous sa peau, comme un serpent bougeant sur le sol.  

Puisque la jeune femme à encore fait, une crise de magie sans baguette suivit de son habituelle malaise visiblement, elle fut à nouveau envoyée à l'infirmerie. Dumbledor ayant décidé de l'envoyer à Saint Mangouste dès le lendemain matin, quand ses parents seront arrivés... Même si Averill est totalement épuisée, elle sent une angoisse naître au fond d'elle... Elle n'est pas encore Médicomage, mais elle n'est pas idiote.. Elle sent bien que, quoi que ce soit qui la prive de son énergie, ce n'est pas quelque chose d'anodin. La rouquine pensait bien trouver un peu de repos dans cet endroit, mais c'était sans compter sur sa malchance. Ainsi, dans le courant de la journée, Oswin débarqua, dans un sale état.... presque aussi amoché qu'elle semblait avoir l'air, elle-même. Décidant de ne pas y prêter attention, elle tourna son visage de l'autre côté, et ferma ses paupières lourdes. Bien que la jeune sorcière ait conscience du regard du serpent fixé sur elle, Ave ne bougea pas une seule fois, espérant enfin tomber dans les bras de Morphée.

Seulement, le sommeil ne vient pas. Et quand elle entendit l'infirmière partir, et Oswin ce lever, la rouquine ouvrit doucement ses yeux fatigués. Gardant le regard fixé sur la grande porte, elle consentit quand même à tourner son visage vers l'envahisseur afin de pouvoir lui répondre.

-Oswin. J'aurai presque l'impression que tu me suis.

Quelle ironie. La rouquine n'a pas vu grand monde ces derniers jours, hormis ses amis. Et étonnamment, elle chérit ce calme. Même si elle a toujours aimé cela. La présence de trop de monde autour d'elle semble l'étouffer ces derniers temps. Elle a peur de blesser les gens qu'elle aime avec ses crises non contrôlées. Autant, elle se sentirait peut-être coupable de blesser le serpent, autant elle ne lui dit pas de rester loin d'elle. Après tout, c'est lui qui vient piétiner son espace personnel. Bien qu'à l'instant précis, elle l'aurait bien envoyé promener, n'ayant aucune envie de parler avec lui.

-Je te retourne le compliment. Une baisse d'énergie, rien que nécessite ton intérêt disproportionné.

Pas la peine de lui demander ce qui s'était passé, madame Pomfresh avait assez ressassé dans son coin pour que la jeune femme comprenne que c'était un accident de potion. Si l'état d'Oswin lui importait peu, puisqu'il semblait en forme, grâce à la magie de Pompom, en revanche elle s'inquiétait un peu pour Regulus. Mais s'il n'était pas ici, c'est qu'il ne devait rien avoir, pas vrai ?

-Aurais-tu fait exploser ton chaudron, Oswin ?
© Justayne

_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    Dim 18 Déc - 16:29

brûler de l'intérieur
averill & oswin

Jamais personne n’avait appris à Oswin que la curiosité était un vilain défaut. Il connaissait l’expression moldue, évidemment, mais son père lui avait depuis toujours enseigné que le savoir restait le pouvoir, et que plus il en saurait sur ses ennemis, plus fort il serait face à eux. A mesure du temps, Oswin avait développé un véritable appétit pour la connaissance, qu’il s’agisse de ses cours, ou de la vie de ses condisciples. Il était une fouine – il avait toujours une oreille qui traînait dans les conversations des autres, un regard pénétrant, et une mémoire assez bonne pour se souvenir de tous les détails les plus infimes. Esprit malin, s’il savait resté indifférent devant une situation qui ne présentait pas le moindre intérêt pour lui, il en retenait malgré tout chaque détails « au cas où ». Et en ce qui concernait ses proches, il considérait que tout savoir d’eux était inhérent à leur relation. Malgré tout, Regulus Black restait le seul qu’il avait eut à cœur de connaître par cœur, au point qu’il pouvait à présent appréhender la moindre de ses réactions, et comprendre la moindre de ses expressions même les plus infimes. Et lorsqu’il se trouvait auprès d’Averill McMillan, le Black était détendu et enfantin. Il appréciait la jeune femme, Oswin le voyait bien, et il ne le comprenait pourtant pas. Parce qu’à ses yeux elle était inintéressante, et agaçante, moralisatrice et bien trop capricieuse pour comprendre ce dont Regulus avait vraiment besoin : lui. Orgueil mal placé, ou narcissisme assumé, Oswin était persuadé qu’il était devenu indispensable dans l’existence de Regulus, et qu’Averill voit cette relation – il serait peut être malvenu de parler de simple et franche amitié – d’un mauvais œil ne l’aiderait pas à avoir toute l’attention de Regulus. Elle risquait fort bien d’ajouter à la frustration et la pression que le jeune homme subissait déjà. Une chose qu’Oswin ne tolérerait pas. Il aurait préféré une femme qui se ficherait bien de Regulus, n’étant là que pour porter les héritiers Black, et laissant Regulus faire sa vie le reste du temps. Mais Averill tenait à Regulus autant qu’il commençait à s’attacher à elle. Une situation qui exaspérait Oswin.
Alors il avait décidé d’en apprendre plus sur la jeune femme, décrétant – comme toujours – que la connaissance était le pouvoir. Plus il en apprendrait sur elle, et mieux il serait préparé à protéger Regulus s’il y avait besoin, de l’influence de la jeune femme.

De fait, la savoir allongée sur un lit d’hôpital – ou de l’infirmerie de Poudlard – encore une fois ne pouvait pas être ignoré par le Serpentard. Dés que l’occasion se présenta, il se leva de son propre lit, portant son bras en écharpe, et essayant de ne pas en ôter l’onguent qui permettait de guérir sa peau, et rejoint celui de la jeune femme à côté duquel il se posta pour entamer la conversation sans trop de mot cérémonieux. Inutile de jouer à l’hypocrite, tous les deux se savaient sur le qui-vive en présence de l’autre. « Oswin. J'aurai presque l'impression que tu me suis. » Il arque un sourcil, se demandant d’où pouvait bien lui venir ce genre d’idées. Après tout il n’avait pas choisit d’être avec une incompétente durant son cours de potions, et encore moins de se retrouver à l’infirmerie en même temps qu’Averill. « Impression faussée, je ne porte pas autant d’intérêt. » Répondit-il d’un ton pourtant léger, pas franchement sévère ou moqueur. Il prend une chaise pour s’asseoir à côté de la jeune femme, continuant sur un ton plus ou moins poli pour lui demander ce qu’elle pouvait bien faire là. Il se demanda si Regulus savait que sa fiancée se trouvait encore ici ? Sans doute pas, sinon il serait venu une fois ses cours terminés. Quoi que – il jeta un œil à sa montre – il avait encore une heure de cours. « Je te retourne le compliment. Une baisse d'énergie, rien que nécessite ton intérêt disproportionné. » Il arqua un sourcil, peu convaincu par les mots de la jeune femme. Mais il n’eut pas le temps de rétorquer qu’elle l’interrogeait à son tour. « Aurais-tu fait exploser ton chaudron, Oswin ? » « Moi non. Melody Johnsons s’en est chargée – ce qui ne fait que confirmer le fait qu’elle n’a rien à faire dans une salle remplie de produits potentiellement enflammables. » Dit-il sur le ton de la conversation, lâchant un soupire à s’en fendre l’âme comme si la nullité de sa binome le touchait vraiment. Ce qui n’était pas le cas, et être brûlé n’était pas quelque chose d’agréable.

« Ca t’arrive souvent ces baisses d’énergie ? C’est au moins la seconde fois, comptant ce qu’il t’est arrivé en présence de Regulus la dernière fois. » Dit-il avec un air plus introspectif, comme pour la mettre au défis de lui mentir.


_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 208
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    Jeu 2 Fév - 21:34


Brûler de l'intérieur


La plupart du temps, Averill est calme avec tout le monde. Elle sait garder son sang-froid. Mais il y a un truc avec Oswin, dès qu'elle le voit, dès qu'elle sent un minimum son parfum, et elle a juste envie de l'envoyer voler à travers la fenêtre ! C'est un truc qu'elle n'a jamais su expliquer et parfois ça l'agace... Mais peut-être est-ce simplement, parce que oui, elle est jalouse. La rouquine est jalouse du lieu que le jeune Black est l'Allemand partage. Elle est jalouse du fait que Regulus est plus confiance en lui, qu'il passe plus de temps avec lui. Des regards qu'ils s'échangent, des touchés qu'ils pensent discrets.

Alors forcément, aujourd'hui qu'elle était au trente-sixième dessous, elle n'avait absolument pas envie de voir l'Allemand. Un soupir à fendre l'âme lui échappa, alors que la jeune Macmillan se décida enfin à poser son regard épuisé sur lui. Ne manquant pas de lever les yeux au ciel quand il lui souligna qu'il ne lui portait pas autant d'intérêt. La jeune femme glissa ses doigts dans sa longue chevelure de feu en lui adressant un sourire sarcastique.

-Tu m'en vois déçu.

Elle non plus ne lui porte pas grand intérêt. Enfin, elle aimerait que ce soit le cas. Mais à chaque fois qu'elle ne trouve pas Regulus, elle sait qu'il est avec lui. Quand la jaune les croise en train de rire dans les couloirs, elle se demande de quoi ils parlent. Presque aussitôt, la jeune femme sent un mal de crâne pointer le bout de son nez. Plus par réflex qu'autre chose, elle se frotta les tempes, avec la seule envie : retourner ce coucher pour le reste de la journée. Ce qui se propage à l'intérieur de son corps et encore inconnu, puisqu'elle est censé aller à St mangouste faire quelques examens, mais ça l'épuise vraiment beaucoup. Avoir une discussion avec Oswin semble au-dessus de ses forces. Pourtant, elle prend sur elle et lui sort une excuse basique, avant de se moquer de lui. Sa réponse lui tira quand même un sourire sincère, ayant déjà donné quelques cours de rattrapage à Mélody, elle doit bien admettre qu'elle n'est pas très douée.

-Peut être qu'elle t'aime pas, qui sait ?!

Son air se fait plus sérieux quand il plaça Regulus dans la conversation. Pour le coup, Averill se promit d'avoir une conversation avec la jeune Black. La rouquine pardonne beaucoup de choses au brun, mais de là à trouver raconter à Oswin, y compris sur son état de santé, c'est autre chose. Il ne voulait pas non plus tout raconter en détail . S'il y a une chose que la jaune déteste, c'est que les gens la prennent pour une faible. Qu'ils pensent qu'elle est naïve ne la dérange pas, bien au contraire, ils sont souvent étonnés, mais pour le coup, elle aurait préféré garder cet incident pour elle.

-Tu tiens des comptes maintenant . C'est très touchant, le fait que toi et Regulus partageait autant de chose, mais ce ne sont pas des choses qui te concernent. Je révise beaucoup, et je manque de sommeil, c'est des choses qui arrivent. Autre chose, docteur Feuerbach ?
©️ Justayne


Spoiler:
 

_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    Lun 6 Fév - 20:55


Brûler de l'intérieur
Averill & Oswin

La tenue des sangs purs avaient toujours fait beaucoup d'effet à Oswin. Il les avait observé durant des heures, ces grands seigneurs capables de ne jamais rien montrer. Ni agacement, ni joie hystérique, ni crainte, ni pleurs - surtout pas les pleurs. Il était plus que rare de voir les yeux humides des sangs purs laissaient perler des larmes amères. Pourtant, deux ans auparavant quand Sirius avait quitté le Square, c'est sur l'épaule d'Oswin que Regulus avait étanché ses pleurs. Et le sang mêlé avait gardé cette peine pour lui, à la manière d'un secret précieux. L'humanité de Regulus au creux de ses bras, scellant cette confiance aveugle que le Black avait envers lui. Mais le reste du temps le Black était égal à lui-même, avec cet air impassible et supérieur qu'Oswin lui avait toujours connu. Il regardait le monde comme s'il le désintéressé, que rien ne pouvait l'atteindre. Parfait sang pur à sang froid - un modèle pour le Oswin bien trop excentrique parfois, qui laissait ses émotions le gouverner, bien qu'il soit plus intellectuel qu'autre chose. La belle pensé, la belle parole, les longs discours étaient préférables à Oswin que les actes inconsidérés et passionnés. Sauf lorsqu'il s'agissait de Regulus - mais toutes les règles étaient biaisées quand il s'agissait de Regulus.
La preuve en était de son intérêt pour Averill qui n'était que la preuve de sa loyauté pour le Black. Jamais sinon il n'aurait levé les yeux ou le petit doigt pour elle. Et jamais non plus il ne se serait venu près d'elle alors qu'elle se trouvait sur un lit d'hôpital. Mais étrangement alors qu'il avait appris à être doué pour jouer la comédie, il n'arrivait pas à cacher son agacement et son hypocrisie avec elle. Miroir des mêmes comportements de la jeune femme à son égard. Pas qu'il la détestait d'être la futur fiancée de Regulus, il savait que son ami devait se marier, passer la bague au doigt à un sang pur pour le bien de sa famille. Pour son propre bien - n'osant imaginer la réaction d'Orion si son second fils faisait preuve de rébellion. Oswin avait toujours soutenu le projet, laissant cependant le soin à Regulus de choisir avec qui il voulait lier son existence sans interférer. Et c'est sur la MacMillan qu'il s'était arrêté; un choix que Feuerbach ne comprenait pas vraiment. Tant elle était insipide à ses yeux. « Tu m'en vois déçu. » Levant les yeux au ciel devant le sarcasme il préféra ne pas le relever, pour simplement se concentrer sur la présence de la jeune femme entre ses murs. Et elle ne répondit pas - évidemment - préférant plutôt le questionner lui.

Et il n'avait rien à caché, Oswin, parlant de l'incident en cours de potions avec une voix impassible. Il était agacé d'être blessé à cause de l'incompétence d'une de ses camarades - cela lui apprendrait à vouloir jouer les protecteurs au lieu d'être égoïste. La prochaine fois il laissera le visage de Johnsons se fait brûler à la place de son bras. La preuve que la jeune femme était loin d'être le niveau pour cette classe, et qu'elle n'était qu'un danger public. « Peut être qu'elle t'aime pas, qui sait ?! » La déclaration enfantine, ne cherchant pas même à cacher les ressentiments d'Averill, surprit Oswin, qui resta un moment figé. Avant de se mettre à rire de la tête que pouvait bien faire Averill. Et sans doute ne le devrait-il pas, mais les réactions de la jeune femme étaient si directs et franches qu'il ne pouvait pas jouer l'impassible. Elle le détestait - sans qu'il ne comprenne vraiment pourquoi - et ne s'en cachait même pas. Sauf devant Regulus, comme il avait pu le constater, bien que la tension entre eux était toujours palpable. « Assurément, sa tentative d'assassinat t'aurait sans doute réjouit. » Dit-il avec un sourire en coin, n'ayant aucun doute sur les sentiments de la jolie rouquine à son encontre.
Mais il ne peut empêcher la curiosité de revenir - sans doute parce que l'état de la jeune femme a l'air plus alarmant qu'il n'aurait pensé à un moment. Ce n'est pas la première fois qu'elle souffre de malaise, Regulus le lui a assuré, et Oswin ne peut pas simplement faire comme s'il ne le savait pas. Questionnement sur l'état de santé de la possible fiancé de son meilleur ami. SAns compter qu'il n'est pas stupide au point de ne pas remarquer que l'intérêt que Regulus va plus loin que l'idée d'un mariage arrangé. Il l'a choisie après tout. « Tu tiens des comptes maintenant . C'est très touchant, le fait que toi et Regulus partageait autant de chose, mais ce ne sont pas des choses qui te concernent. Je révise beaucoup, et je manque de sommeil, c'est des choses qui arrivent. Autre chose, docteur Feuerbach ? » Il arqua un sourcil sur la remarque concernant son amitié avec Regulus - se demandant bien en quoi cela pouvait la déranger. Regulus n'avait-il pas le droit d'avoir un ami, un confident ? Ou alors parce qu'elle voyait bien qu'il s'agissait de plus, bien qu'elle ignorait tout de l'histoire des Feuerbach dont la loyauté n'était plus à prouver. Pas qu'Oswin eut le désir de se justifier devant Averill. Sa place dans la vie et le coeur du Black il l'avait gagné, et depuis six ans il était un soutien inébranlable pour Regulus - il ne disparaitra pas pour le plaisir d'Ave. Le Black avait besoin de lui, autant que d'elle. « Touchant ? Tu peux dire agaçant ou blessant si c'est ce que tu penses. Mais si je peux me permettre un conseil : ne perds pas autant d'énergie à me détester. D'autant plus si tu comptes partager la vie de Regulus jusqu'à ce que la mort vous sépare. » Dit-il avec une voix posée, la regardant dans les yeux. « Je ne doute pas que nos intentions se rejoignent le concernant. S'il s'inquiète pour toi, et qu'il m'en parle ce n'est pas par mépris de ton intimité, c'est parce qu'il sait que je garderai cela pour moi, et qu'il ne peut pas se permettre de laisser ses émotions muettes. »  Rajouta-t-il avec plus de sérieux. « Si tu veux sa confiance, tu ne la gagneras pas en menant une guerre contre moi, MacMillan. Bien au contraire. » La prévint-il à présent, avec un air de défis, se rendant bien compte des cernes sous les yeux de la jeune femme, et de la fatigue qu'elle ressentait.
Mais il doutait de son excuse, la trouvant bien trop simple. Cependant si elle refusait de lui parler il ne la forcerait pas. Après tout il lui suffirait d'attendre que Regulus vienne lui-même en discuter avec lui.

_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 208
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    Sam 11 Fév - 12:33


Brûler de l'intérieur


L'une des qualités, ou peut-être défaut-selon certaines personnes- de la jeune femme, c'est qu'elle est toujours franche. Faire des ronds de jambe et des faux-semblants, ce, n'est pas son truc. La rouquine a un certain tempérament, et bien qu'elle reste toujours polie, elle aime faire comprendre aux gens ce qu'elle pense. Ainsi, même si elle fait des efforts pour Regulus, la moitié du château est informé qu'elle n'aime pas Oswin, et elle s'en moque. À quoi beau mentir ? Pour la jeune femme, l'allemand est simplement le signe de la chute de Regulus. Celui qui l'emmènera vers des chemins dangereux, qui l'attirera vers le fond, simplement pour avoir ce qu'il veut. Peut-être qu'elle se trompe, peut-être qu'ils aiment tout simplement, tous les deux la même personne. Mais c'est une impression qui ne la quitte pas, et elle ne souhaite pas passer au-dessus pour le moment. Et sa franchise semble rendre perplexe le jeune homme. Sa réponse fait hausser un sourcil à la jeune femme. A-t-elle vraiment l'air d'avoir envie de le tuer ? La rouquine ne l'aime pas, mais de là à lui ôter la vie.... Il ne faut pas abuser.

-Qu'est-ce qui te fait croire cela ? Je n'ai jamais tenté de te pousser du haut de la tour d'Astronomie, il me semble. Je ne suis pas du genre à me réjouir de la mort des gens, Oswin..

Sans doute, est-ce son cas, cela ne l'étonnerait même pas. Mais sincèrement la présence du serpent, lui met les nerfs à vif. Malgré son état de fatigue avancé, il a simplement envie d'avoir une bonne crise, malgré la douleur, et le mettre hors service quelques heures. Pourtant pas du genre méchante, il semblerait que le jeune homme ait un effet néfaste sur elle. Malgré les recommandations de l'infirmière, la jeune femme finit par s'extirper de son lit afin de lui faire face, gardant un certain appuie contre le matelas derrière elle. Loin d'elle l'envie de s'étaler devant le sang-mêlé.

-Tu me menaces ? C'est tellement bas de ta part, que ça ne m'étonne pas, mais n'oublie ou est ta place. Tu n'es qu'un sang-mêlé, après tout. Je suis loin d'être aussi idiote que tu sembles le penser, quant au fait que tu gardes ta langue pour toi, me concernant, j'ai de sacrés doutes. Mais puisque tu y tiens tant, soit. Il va sans dire que tu devras garder cela pour toi, personne doit savoir, ni même Regulus. Si nous ne sommes d'accord sur rien, tu admettras qu'il a suffisamment de problème en ce moment sans en avoir un de nouveau...Ce n'est pas comme s'il pouvait y faire quelque chose de toute façon..

La jeune femme finit par tendre la main vers le verre d'eau posé sur la table basse non loin d'elle et prend le temps d'en boire quelques gorgées pour soulager sa gorge douloureuse. A moitié assise contre son lit, elle finit par plonger son regard dans celui qui lui fait face.

-Ils ne savent pas réellement ce que j'ai, pour l'instant... Mais ils pencheraient pour un Ignis veneficia. En somme, ma magie est en train de détruire mon corps...

Rien n'est sûr, comme ils s'acharnent à lui dire, pourtant, malgré la gravité de l'annonce, son visage reste neutre. Elle s'est fait à cette idée. C'est présent dans son corps, parfois elle l'imagine, coulant dans ses veines, comme chaque sorcier, brûlant petit à petit tout sur son passage. C'est en elle, et rien ne peut l'arrêter. Alors à quoi bon perdre son temps à dramatiser ?
© Justayne


_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    Dim 12 Fév - 0:42


Brûler de l'intérieur
Averill & Oswin

Oswin était habitué à ce qu'on le considère comme un être froid, inquiétant, voir prétentieux. Pas qu'il en eut quelque chose à faire, il jugeait aussi durement qu'il était jugé par les autres, et il cherchait rarement à ce que l'on se forge une opinion positive sur sa personne. Sans doute parce qu'il n'avait pas ce besoin exacerbé d'être apprécié par les autres, ou de se montrer sous son meilleur jour. Il ne voulait pas faire d'effort la majorité du temps s'il n'y trouvait pas d'intérêt. Ceux qui l'appréciaient étaient peut être peu nombreux à Poudlard, mais il avait la prétention de croire qu'ils étaient parmi les étudiants les plus prometteurs. Les plus doués, les plus intelligents, et les plus ouverts d'esprit - en quelque sorte. Disons qu'il aimait partager ses idées, et appréciait les personnes capable de disputer leurs opinions, et de s'intéresser à tout. Il était proche de la majorité des Serdaigles de son année et des années supérieurs, et il avait quelques amis à Gryffondor et parmi les préfets. Pour le reste, les seuls à vraiment le connaitre étaient Regulus et Raven, et il était heureux que ce soit ainsi.
Pour les autres il admettait l'idée d'être seulement détestait ou qu'ils soient indifférents à sa personne. L'indifférence était parmi les émotions qu'il préférait, parce qu'ainsi il pouvait mener ses enquêtes pour le compte d'Evan Rosier sans risquer d'être repéré. Quand on ne le voyait pas, on ne pouvait pas s'inquiéter de ce qu'il pouvait bien faire de son temps libre. Passons - pour l'heure il se trouvait avec Averill, et parmi toutes les personnes de cette école il avait accepté l'idée qu'elle était celle qui le haïssait le plus. Du fait de sa complicité avec Regulus, sans doute, et d'une possible jalousie de la part de la jeune femme. Il avait conclu que s'il ne faisait plus partie de l'équation elle aurait été la première à se réjouir. « Qu'est-ce qui te fait croire cela ? Je n'ai jamais tenté de te pousser du haut de la tour d'Astronomie, il me semble. Je ne suis pas du genre à me réjouir de la mort des gens, Oswin... » Il arqua un sourcil, persplexe devant sa réponse en se demandant si elle pouvait être à ce point-là humaine pour ne pas simplement le désirer mort. Et si elle pouvait juste accepter sa présence quitte à souffrir en silence si cela pouvait complaire à Regulus ?

Pour sa part, il préférait penser qu'elle serait assez intelligente pour passer outre ses émotions et ne pas simplement souffrir de sa présence . Il essayait encore de se prouver que si Regulus pouvait trouver de l'intérêt pour la jeune femme, il devrait le comprendre et en trouver aussi. De fait, il essayait de lui faire comprendre que sa haine pour lui n'était pas justifié - ce qui était vrai - et qu'ils voulaient finalement la même chose : le bonheur de Regulus. Il ignorait l'opinion d'Averill sur lui, et ce qu'elle pensait vraiment de sa relation avec le Black, mais il doutait qu'elle soit vraiment consciente de tout ce qui les liait. Du reste, il semblait qu'Oswin était bien incapable de trouver les mots justes avec Averill. La jeune femme se leva d'un coup de son lit d'infirmerie pour lui faire face, et il ne recula pas de crainte de la voir s'effondrer - il ne pouvait pas laisser cela arriver. « -Tu me menaces ? C'est tellement bas de ta part, que ça ne m'étonne pas, mais n'oublie ou est ta place. Tu n'es qu'un sang-mêlé, après tout. Je suis loin d'être aussi idiote que tu sembles le penser, quant au fait que tu gardes ta langue pour toi, me concernant, j'ai de sacrés doutes. Mais puisque tu y tiens tant, soit. Il va sans dire que tu devras garder cela pour toi, personne doit savoir, ni même Regulus. Si nous ne sommes d'accord sur rien, tu admettras qu'il a suffisamment de problème en ce moment sans en avoir un de nouveau...Ce n'est pas comme s'il pouvait y faire quelque chose de toute façon.. » Il reste surpris par le discours, sans s'offusquer d'être renvoyé au rang de simple sang mêlé . Pas qu'il ne le sache pas, il vivait avec depuis longtemps, et son père (qui était pourtant un sang pur) l'avait éduqué dans cette idée. Respecter les sangs purs, d'autant qu'il leur était inférieur. Etrangement avec Averill il avait oublié cette règle primordiale. Peut être parce qu'il était incapable de la voir autrement que comme une enfant gâtée.

Pourtant elle semblait sur le point de lui accorder sa confiance, comme un test de sa loyauté envers elle. Et un moment il se demanda s'il le voulait vraiment. Il le ferait sans doute pour Regulus, à partir du moment où il l'avait choisit. S'il était loyal envers lui, il s'était longtemps questionné à ce qu'il adviendra une fois qu'il sera marié. Il ne voulait pas se mettre entre Regulus et sa possible futur femme, prendre le risque de trahir la confiance de l'un pour faire souffrir l'autre. Il considérait que c'était entre eux, mais qu'il pouvait se faire le gardien de leurs peines tant que c'était pour leurs biens. Alors pour l'heure, contrairement à ce que la jeune femme pouvait penser, il ne dirait rien à Regulus. Il opina alors simplement comme pour l'inviter à continuer. Ce qu'elle fit. « Ils ne savent pas réellement ce que j'ai, pour l'instant... Mais ils pencheraient pour un Ignis veneficia. En somme, ma magie est en train de détruire mon corps... » Il ne cacha pas sa surprise en l'apprenant. Le terme ne lui était pas étranger il avait dû le lire à plusieurs reprises lors de ses heures de perdition en bibliothèque. « Un feu magique ? C'est... Tu as des vertiges depuis longtemps ? Nausées ? Asthme ? » Demanda-t-il soudainement intéressé - et quelque peu inquiet. Pas qu'il allait avoir pitié de la jeune femme, il n'en était pas là, mais apprendre ce genre de choses n'était pas ce qu'il avait attendu. La maladie était rare, il le savait, sans compter qu'elle n'avait (de ce qu'il en savait) pas de remède pour l'heure. Pas que les médicomages n'en cherchaient pas, mais cela demandait du temps. « J'ai lu quelque article à ce sujet. C'est une maladie rare, et assez étrange - mais je ne t'apprends rien. Sache que je garderai cela pour moi, tu as ma parole. » Dit-il avec une voix emplie de confiance - comme pour la convaincre qu'il n'était pas si mauvais.
Mais d'un mouvement il l'invite à se rassoir - « Repose toi, on dirait que tu vas t'effondrer à la seconde. » - et s'installe à nouveau près d'elle. Plus concentré, moins invasif, il darde sur elle un regard introspectif. « Tu le sais depuis longtemps ? Pourquoi n'avoir rien dit à Regulus ? »

_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 208
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    Mar 14 Fév - 15:03


Brûler de l'intérieur


L'être humain peut être tellement étrange parfois. Toujours à se juger les uns les autres, sur le physique, l'attitude de chacun, les dires ou sa famille. La rouquine n'ignore pas que les gens la prennent pour quelqu'un de superficielle qui se prend pour la plus belle fille du château. Mais dans le fond, la rouquine se préoccupe des gens qui l'entourent, seulement, elle évite de trop s'attacher, parce qu'elle est plus sensible qu'elle n'en a l'air. Elle est très sentimentale, c'est cela le problème. Elle le ressent tous les jours quand elle voit Regulus et Oswin si complices. Mais étrangement, pour le moment, l'allemand et la jaune, on fait taire leur rancoeur, quelques instants, d'abord parce que la rouquine a voulu faire sa fière et au final, son corps est beaucoup trop épuisé pour cela pour le moment.

Averill aurait bien voulu ne jamais raconter cela à celui qui a le plus de place dans la vie de l'homme qu'elle aime, mais pour le moment, elle n'avait pas trop le choix. La jeune femme avait à peine fini de lui dire la vérité, que, déjà, il enchaînait les questions. La rouquine se frotta les tempes pour faire passer le mal de tête qui pointait doucement son nez en toquant contre les parois de son cerveau. Elle soupira, mais se décida à lui répondre..

-Doucement sur les questions, tu veux. J'ai l'impression d'avoir entendu ces questions au moins une centaine de fois.... J'ai eu mon premier vertige pendant mon rendez vous avec Regulus, dans les cuisines. Et j'ai eu quelques nausées, il y a deux ou trois jours, mais c'est sans doute à cause des litres de potion qu'ils me font avaler... Les crises d'asthme n'ont pas encore fait leur apparition, mais j'imagine que cela ne devrait pas tarder.
....


Un symptôme sur trois, peut-être deux, plus la liste se raccourci, plus la fin est proche sans doute. Alors, elle tente de ne pas guetter les réactions de son corps, de ne pas s'attarder devant un miroir. De ne pas compter ses respirations et de penser à son ventre qui se tortille parfois. Cela peut prendre du temps, comme ça peut aller très vite. Son regard se porta sur le visage asiatique, et elle prend son temps pour le détailler, ses yeux vrillés dans les siens. Elle doutait franchement de sa sincérité, mais elle lui avait déjà tout balancé, alors de toute façon. Elle eut un rire sans joie, en effet, elle n'avait plus grand-chose à apprendre sur cette maladie à présent, tellement on lui a bourré le crâne.

-Effectivement, tu ne m'apprends pas grand-chose. Je n'ai pas une confiance aveugle en toi, mais de toute façon, si la nouvelle se repend ça pourra venir que de toi.

La sang pur grimpa de nouveau sur le lit pour s'asseoir, prenant son temps pour calmer ses vertiges. Un léger sourire amusé mais fatigué étira ses lèvres, alors qu'elle hoche vaguement la tête.

-Ce n'est pas qu'une impression, mais j'arrive encore à tenir debout plus de dix minutes.... J'ai seulement eu une petite crise hier, alors je suis un peu... épuisée, mais ça va..

la jaune passa ses doigts dans ses cheveux roux, et posa sa tête sur l'une d'entre elles, appuyé sur sa cuisse, son regard tourné vers l'Allemand. Elle ne sait plus trop quoi pensé de lui à présent, mais ce n'est certainement pas quelque chose de positif, mais peut être plus ou moins neutre..

-Quelques semaines.... Et qu'est-ce que tu veux que je lui dise ?! "Je suis mourante, mais je vais bien !" Je ne comprends pas pourquoi tu m'aides.... Je suis peut-être presque morte, mais je vois bien. Je vois bien que tu l'aime, et j'aurais bientôt disparu du tableau, alors en quoi tout cela t'intéresse ?

Quoi qu'après tout, si jamais il sait qu'elle est mourante, il ne voudra sans doute plus d'elle comme fiancée et la rangera au rang des oubliettes. À quoi bon avoir une future fiancée qui ne vivra pas assez longtemps pour devenir sa femme, et donc porter ses héritiers ? Autant qu'il en choisisse une autre maintenant.
© Justayne

_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    Mer 15 Fév - 20:47


Brûler de l'intérieur
Averill & Oswin

La Maladie - c'était une de ces choses incontrôlables qui terrifie et malmène les esprits. L' Ignis veneficia était sans doute parmi les pires parce qu'elle ne s'expliquait pas - pas encore - et bien qu'Oswin avait foi dans les progrès de la médecine et dans l'esprit de l'être humain (ou des sorciers qu'importe) il n'en était pas moins terre à terre. Pour l'heure, la maladie dont souffrait Averill ne connaissait pas de remède, ni même de réelle explication. La magie du sorcier était encré dans ses veines, faisant parti intégrante de son ADN et de son être. Son âme, dont l'aura était encerclée de cette effervescente fantastique - il le savait parce qu'il étudiait la Magie primaire depuis quelque terre; la magie du sang, qui pousse les enfants à faire exploser des miroirs ou à faire voler des peluches. Qui amène les gamins de quatre ans à discuter avec des serpents, ou à rêver qu'ils parlent aux morts - inné, la magie qui coule dans les veines de sorciers et qui font d'eux ce qu'ils sont. Mais qu'advenait-il lorsqu'elle se retournait contre elle-même. Le corps tremblant d'Averill était une première réponse : c'était la mort qui attendait la fin du combat. Celle de la magie, ou celle du sorcier - ce qui revenait au même.
Ce devait être terrifiant de ne pas savoir, pourtant Averill MacMillan affichait un air paisible et combattif; loin d'une résignation qu'Oswin aurait pu attendre de la part de la jeune femme. Elle ne lui avait jamais semblé particulièrement forte; semblait plutôt être de ces jeunes femmes superficielles qui n'avaient rien à offrir d'autres que de jolies atouts. Mais Averill se tenait dignement devant lui, malgré la faiblesse évidente de son corps qu'elle laissait tomber à nouveau sur le lit d'infirmerie. Et pour la première fois il ressentit une vague de respect pour la jeune femme; pour la première fois il lui semblait percevoir ce que Regulus pouvait voir en elle. Ce qu'il pouvait aimer chez elle. Et il en était rassuré - peut être qu'Averill n'était pas un si mauvais choix.  
AVERILL — « Doucement sur les questions, tu veux. J'ai l'impression d'avoir entendu ces questions au moins une centaine de fois.... J'ai eu mon premier vertige pendant mon rendez vous avec Regulus, dans les cuisines. Et j'ai eu quelques nausées, il y a deux ou trois jours, mais c'est sans doute à cause des litres de potion qu'ils me font avaler... Les crises d'asthme n'ont pas encore fait leur apparition, mais j'imagine que cela ne devrait pas tarder. » C'était récent, comme un coup du sort donné lorsqu'elle va pour forger son avenir auprès du Black. Un coup du sort, soudain et inattendu, cruel et injuste sans doute. Parce que malgré tout ce qui pouvait les pousser à se détester il ne désirait pas la mort de la jeune femme. Bien au contraire; il savait combien il était important qu'elle vive pour être auprès de son meilleur ami.

Et pour Regulus il était prêt à tout, quitte à donner du crédit et une chance à Averill, gardant son secret alors qu'il ne l'aurait fait pour aucune raison auparavant. Mais elle avait sans doute raison - Regulus n'avait pas besoin de l'entendre de la bouche du sang mêlé. C'est elle qui devrait lui dire.
AVERILL — « Effectivement, tu ne m'apprends pas grand-chose. Je n'ai pas une confiance aveugle en toi, mais de toute façon, si la nouvelle se repend ça pourra venir que de toi. »
OSWIN — « Un test de confiance en somme. » Rajouta-t-il avec un sourire en coin, décidant que s'il ne pouvait rien dire (et pour une fois il n'avait qu'une parole), il n'en serait peut être pas de même pour elle. La confiance n'était pas une chose qu'Oswin accordait ni qu'il recherchait chez les autres en général. Mais sa relation avec Averill ne pouvait pas rester dans cette rage jalouse, cette colère vindicative parce qu'ils espèrent tous les deux avoir la place dans le coeur de Regulus. Parce que si elle est la femme, il est l'allié; si il est l'amant, elle est la compagne, et ils devront de toute façon s'y faire pour le bonheur de celui qui les liait.
Alors il la pousse à reprendre place sur le lit, faisant preuve d'inquiétude envers elle à présent qu'il savait. Il posait un nouveau regard sur la jeune femme, se rendant bien compte que depuis quelques semaines qu'il la côtoyait elle cachait cet état avec toute la force dont elle disposait. Et il en fallait sans doute assez pour berner Regulus.
AVERILL — « Ce n'est pas qu'une impression, mais j'arrive encore à tenir debout plus de dix minutes.... J'ai seulement eu une petite crise hier, alors je suis un peu... épuisée, mais ça va. » Il hocha la tête.
OSWIN — « J'avoue que je ne m'attendais pas à cela. Tu le cache... Tu le cache rudement bien derrière tes airs de grandes dames. Je comprends que la fragilité et la vulnérabilité c'est pas de ces choses que les sangs purs montrent facilement, mais ca t'rend plus intéressante de te savoir assez forte pour donner le change. » Dit-il avec sincérité - il le pouvait bien à présent. Les faux semblants n'avaient plus d'intérêt lorsqu'elle avait fait tomber cette barrière (sans doute pas la seule certes) et il ne pouvait pas rester insensible face à cela. Pas qu'il allait devenir ami avec elle - certainement pas - mais au moins il laissait de côté l'arrogance.

A présent, cependant, il avait besoin de savoir, parce que l'intérêt de tout cela c'était Regulus, et savoir sa fiancé malade à ce point ne serait pas pour arranger cette relation avec le Sang pur. Ils n'avaient jamais été aussi proches et mentir à Regulus - même pas omission - ne faisait pas partie de ces choses qu'Oswin aimait faire. Il s'y refusait depuis longtemps, parce que Regulus était l'objet des mensonges et des manipulations de la part du reste du monde, et le peu de sincérité aveugle qu'offrait Oswin était une enclave. Un espace où tout pouvait se dire aveuglément et s'assumer sans jugement. Alors il devait savoir - pourquoi elle ne lui disait rien, pour trouver la conviction d'en faire de même.
AVERILL — « Quelques semaines.... Et qu'est-ce que tu veux que je lui dise ?! "Je suis mourante, mais je vais bien !" Je ne comprends pas pourquoi tu m'aides.... Je suis peut-être presque morte, mais je vois bien. Je vois bien que tu l'aime, et j'aurais bientôt disparu du tableau, alors en quoi tout cela t'intéresse ? » La déclaration lui arrache une grimace surprise - Je vois bien que tu l'aime - était-ce vraiment aussi simple ? L'amour, il l'avait réduit à des sentiments romantiques et égales. Au fait de partager avec l'autre quelque chose de saint qui rend plus fort - avec Regulus c'était autre chose. Ca outre-passé l'idée romantique qu'il se faisait de l'amour, pour être une parfaite loyauté, aveugle et soumise à celui qu'il avait choisit de servir. Oswin était son obligé, agissant comme il le voudrait et qu'importe ce qu'il lui demanderait. Il était ce que Regulus attendait de lui; le sang pur était au centre de son univers, de son avenir, de ses pensés. Il passerait toujours en priorité sur le reste, même sur sa propre santé et ses convictions. Regulus était tout , absolument.
OSWIN — « Et je ne suis pas aveugle au point de ne pas remarquer qu'il tient à toi. Quel genre d'ami cela ferait de moi si je te dédaignais encore ou que je te souhaitais du mal. Ou pire - si je tâchais de t'enrayer de sa vie ? Ca le fait sourire d'être à côté de toi, et je ne demande rien de plus que de le voir heureux. Sans compter que je ne suis pas stupide ou idéaliste, Averill. Je ne me fais aucune illusion sur un possible avenir dans lequel je m'assumerai comme inverti et lui aussi - certainement pas. Je ne le souhaite pas de toute façon. » Dit-il, la laissant croire à ce qu'elle disait être de l'amour parce qu'il ne voulait pas s'engager sur la discussion de ses sentiments pour Regulus - il était le seul que cela concernait de toute façon. « Il doit épouser une sang pure, perpétuer le nom des Black, et il t'a choisie toi. J'commence à comprendre pourquoi d'ailleurs, et j'peux pas l'en blâmer. T'es assez surprenante finalement. » Ajoute-t-il avec un demi-sourire sur les lèvres, avant de finalement se lever pour venir contre les barreaux en bas du lit, et poser sur elle un regard perplexe.
Pourquoi est-ce qu'il faisait cela pour elle ? Sans doute aucune réponse ne serait assez convaincante pour la jeune femme. Après tout, si elle ne s'ouvrait pas facilement il en était de même pour lui, et il n'y avait que Regulus et Raven pour le savoir humain derrière ses sarcasmes et son air indifférent.  
OSWIN — « Et t'as pas encore un pied dans la tombe. Du reste, t'es pas seule dans ce cauchemars, et il aimerait sans doute l'être à tes côtés. Il est rare qu'il accorde sa confiance et son affection; les bafoue pas au risque de vraiment le perdre. Que tu lui mente pas peur de le perdre ou de le voir se détourner j'peux le comprendre, mais t'es pas seulement un mariage arrangé qu'on lui a imposé. Tu es Ave pour lui, et Regulus peut être plus loyal que ce qu'on dit de lui. Beaucoup plus - il tourne pas le dos facilement même quand il le devrait, même pour son propre bien. Le blesse pas Averill; tu risques de t'en mordre les doigts. » Termina-t-il avec plus de supplication que de menace dans sa voix, parce que voir les sentiments de Regulus piétinés une fois encore le rendrait malade. Parce qu'il sait que malgré la difficulté il ne pourrait pas vouloir perdre Averill. Parce qu'il lui laisse le choix à elle - c'est son secret - mais qu'il espère qu'elle comprendra que la confiance de Regulus elle doit aussi la préserver.

_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 208
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    Dim 5 Mar - 22:32


Brûler de l'intérieur


Si Averill semblait plus ou moins accepter sa maladie, elle refusait cependant de paraître faible et accablée dans son coin. Certes, son temps est compté, et c'est sans doute cela qui lui donne encore la force d'être debout. De se maquiller, pour sembler un minimum en forme cachait tout cela, parce qu'elle ne veut pas de la pitié des gens. Elle ne veut pas que l'on s'inquiète pour elle, à chercher n'importe où une réponse quelconques. Comme sa mère, à chaque fois qu'elle voit son unique fille, qui se met à fondre à larmes. À ressasser les souvenirs de sa princesse, comme si elle était déjà éteinte. À s'excuser, pour des regrets déjà biens trop présents. Lui supplier de rester chez eux, si elle ne veut pas rester à l'hôpital, pour se soigner, plutôt que d'aller à Poudlard.

Non, Bien que la nouvelle soit un choc, la rouquine ne veut pas perdre son temps à pleurer. C'est triste de se rendre compte à quel point l'être humain peut être éphémère, seulement une fois que l'on vous annonce une mort prochaine. Les jours semblent lui filer entre les doigts à une vitesse impressionnante, tout lui semble plus beau, chaleureux, tentant, cruel.... Alors, elle ne veut pas gaspiller son temps à se chamailler pour rien. C'est peut-être pour cela aussi qu'elle décide finalement de partager cette nouvelle avec l'allemand. Même si elle n'a pas envie que Regulus soit au courant pour le moment, alors elle fait quand même une mise engarde, avant de légèrement secouer la tête.

-Pas du tout. Je n'ai pas le temps, pour les tests de confiance. Ni pour les chamailleries ou les relations tendues... J'ai perdu beaucoup trop de temps à me "battre" contre toi..

Parce que au fond, ils se sont toujours battus. À se montrer indifférent, Averill avec sa franchise cassante et Oswin avec ses fourberies et ses non-dits. Maintenant qu'elle y réfléchit, cela paraît tellement inutile. Parce qu'elle a toujours su qu'elle n'aurait jamais eu l'importance du serpentard, et si cela la blesse toujours autant, elle espère sincèrement que le sang-mêlé ne se sert pas de l'héritier des Black simplement pour accéder au pouvoir... Encore une fois, malgré une angoisse naissante de laisser les gens qu'elle aime derrière elle, la jaune n'a pas le temps de tester sa loyauté envers Regulus. Sa réponse lui arrache un rire, alors que la jeune femme retrouve sa place dans son lit, quand ses jambes commencent à trembler sous son poids.

-Si j'avais su que l'on en viendrait aux compliments... Je n'ai pas envie que les gens s'apitoient sur mon pauvre sort. Ce n'est pas cela qui va m'aider, et ça ne les aidera pas non plus. Je n'ai pas non plus envie d'inquiéter les quelques personnes pour qui j'importe sincèrement, je ne veux pas passer mes derniers moments à me faire traiter comme une petite chose fragile. Je veux... Je veux juste, essayer, de vivre pleinement. De partir tranquille, le plus tard possible..

Parce que même si elle est bien décideé à ne pas mourir demain, ce n'est pas un domaine qui ce contrôle. Et elle veut simplement s'assurer que les personnes importantes, pour elle, finiront pas s'en sortir... Mais avec la guerre qui gronde, c'est une sérénité dur à gagner. honnêtement, la sang pur n'aurait jamais espérée une telle sincérité entre elle et Oswin. Le serpentard n'a même pas fait l'effort de daigner aimer Regulus plus qu'un ami. Et même si dans le fond, ça lui fait un peu de peine, peut-être serait-il bon pour l'héritier.... Elle prend le temps de le dévisager, comme si elle voyait quelqu'un d'autre pour la première fois, alors que l'on vague sourire fait tressaillir le coin de sa lèvre.

-Un ami fidèle ? Oswin, je vais mourir. Je ne sais pas si je compte autant pour Regulus, que tu sembles le penser, mais j'ai peur que ma... Disparition soudaine ne l'emmène vers le mauvais chemin. Toi  et moi on sait qu'il mérite beaucoup moins que d'être entouré de magies noires... Moi aussi, je veux le voir heureux. Crois moi, c'est la chose que je souhaite le plus, certaines choses devoir changer. Il ne va pas pouvoir me choisir et tu sais pourquoi. Orion finira par savoir, pour ma maladie, et il ne tolérera jamais que son fils héritier, épouse une mourante. Au risque de donner ma maladie à ses descendants, ou même claquer avant le mariage ! Regulus va devoir trouver quelqu'un d'autre, et tu es bien placé pour savoir que beaucoup de femmes n'en veulent qu'à son nom... Je ne veux pas que Reg' soit coincé dans un mariage fictif, avec pour but de perpétuer la noble lignée des Black.
.


Un peu perdue, la jeune femme le regarde se lever, signe que le sujet est clos. Malgré tout, une fatigue lourde pèse sur les épaules de la jeune femme, son corps réclamant du repos. Ses lèvres se pincent alors que ses yeux ternes se fixent sur le sang mêlé, une sourde douleur comprimant son cœur. Elle aimerait tellement que Regulus lui dise à quelle point, elle est importante pour lui, peut être l'un des rares souhaits qu'elle aimerait exaucer avant de faire le grand saut dans l'inconnu.

-Arrête de te mentir, je suis plus proche de ma tombe qu'hier. Ce n'est qu'une question de temps, et tu le sais. Le blesser et la dernière chose que je souhaite. J'aimerais lui épargner tous ces problèmes, aussi longtemps que possible... Mais je lui dirais, il faudra bien de toute façon. Je ne peux pas l'éviter jusqu'à la fin..

Bientôt, madame Pomfresh vient manifester son mécontentement, sommant Oswin de retourner en cours et de laisser sa patiente. Avant même que le serpentard ne est franchi les grandes portes, la rouquine s'était déjà rendormie dans son lit, épuisée par cette conversation.

THE END
© Justayne

_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: brûler de l'intérieur (avewin)    

Revenir en haut Aller en bas
 
brûler de l'intérieur (avewin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» réglement intérieur
» La Campagne de l'Ennemi intérieur Warhammer V2 ou V3
» mon petit jardin d'intérieur
» Slack en intérieur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace spécial Sirius-
Sauter vers: