AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 née moldue (triss et frank)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité




MessageSujet: née moldue (triss et frank)    Mar 22 Nov - 0:58

née moldue
Triss et Frank 

Disparition inexpliquée. Attaque de nés moldus. - les titres du Daily Prophet restaient graver dans mon esprit, bien que je tente de les ignorer, me convaincant qu'il s'agissait là de faits divers. Ce n'était pas inhabituel que des choses horribles arrivent, et soient relatés par le journal hebdomadaire. Les journalistes étaient même assez friands de ce genre d'évènements, aimant les passer en première page pour faire ventre plus d'exemplaires comme s'il était normal de se gargariser du malheur des autres. Ce n'était pas mon cas, et la seule raison pour laquelle ces titres restaient dans mon esprit, c'est qu'ils n'auguraient rien de bon. J'étais incapable de l'expliquer, mais je le ressentais, comme un instinct immuable qui me prenait les tripes. Quelque chose se préparer, et rien ne pourrait l'arrêter quand il décidera d'envahir le monde des sorciers à la manière d'un ras-de-marée.
Je ne pouvais qu'attendre, profitant de l'été pour me préparer psychologiquement aux tests pour intégrer la formation d'Auror. Je devais passer les premières épreuves au début du mois d'Aout, espérant y parvenir sans trop de mal. Pour l'heure, le mois de Juillet était bien avancé, et mon père m'avais eut des places pour la Coupe du Monde de Quidditch où je devais se rendre avec Alice. C'était une occasion pour moi de se rendre en Irlande, non loin de Corks, pour découvrir un peu de culture moldue, et pouvoir jouir de vacances loin de Londres et de son effervescence. C'est non loin de Corks qu'une attaque avait eut lieux, et mû par une curiosité morbide, je me retrouvai bien rapidement dans un quartier résidentiel, marchant entre les maisons comme pour trouver ici une réponse à mes angoisses.

Rien. Il y avait des enfants qui jouaient autour des fontaines d'eau, des mères qui buvaient des boissons marrons clairs ressemblant à du thé, et des hommes qui se promenaient torse nu, la peau rougie par un soleil de plomb. Je portais quelques vêtements moldus, Alice m'ayant amené à faire du shopping au début de l'été. Elle avait prit gout à la mode moldue grâce à Lily et elle avait décidé qu'il en serait de même pour moi - son fiancé . Je pouvais ainsi me fondre dans la masse sans que quiconque ne fasse attention à moi. Avec un jean blanc, et un t-shirt rouge, je ressemblais à l'un de ces touristes qui se serait perdu dans les lieux les plus reculé. C'est sans doute pour cela que je ne m'attendais pas à trouver un visage familier.

Elle était là, dans un des jardins de la banlieue résidentielle, profitant - sans doute - du soleil qui réchauffait l'air. « Hey Triss ! » M'exclamais-je en allant vers elle, n'ouvrant pas le portail qui mener à la maison parce que je n'y avais pas été invité - et que les bonnes manières se respectent. Mes parents ne seraient pas heureux de me voir en démordre. J'étais un Londubat après tout, je ne pouvais pas simplement faire à ma guise. « Je ne savais pas que tu vivais ici. C'est une bonne surprise. »  Rajoutais-je  avec un sourire affable, ôtant les lunettes de soleil -encore un cadeau d'Alice - qui couvrait mon regard pour pouvoir la fixer. «  Tu profites tu soleil ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 1399
Date d'inscription : 15/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    Mer 23 Nov - 10:00



"Cannelle, tu es le chien le plus stupide de la terre..."



Née moldue




Les vacances d’été se passaient toujours de la même façon pour Triss. La journée, elle oubliait presque qu’elle était une sorcière pour retrouver son quartier moldu, ses amis d’enfance avec qui elle passait le plus clair de son temps étant enfant, et ses petites habitudes et manies, comme celle de jouer avec le chien de ses parents dans le jardin, ou d’aller faire les courses avec sa mère entre « filles », comme pour oublier un instant qu’elle ne la voyait que très peu dans l’année et rattraper le temps perdu. Bien sûr, elle parlait de Poudlard à ses parents. Elle parlait de ses cours, de ses amis, et leur avait même expliqué ce qu’était le Quidditch, mais toujours avec la plus grande prudence. Elle se consacrait le soir à des révisions et des exercices, quand les volets étaient fermés. Elle lisait aussi ses livres, et évidement, comme la plupart des sorciers, le Daily Prophet.

C’était d’ailleurs suite à plusieurs gros titres alarmants que Triss avait décidé de parler à ses parents de la menace qui planait sur le monde des sorciers et des moldus. Personne n’était à l’abri, et elle savait qu’elle mettait en danger tout le monde dans cette maison. Plus d’une fois, elle fut tentée de prendre ses affaires et de partir se cacher, surtout après les dernières attaques en Irlande. Ses parents étaient ferme la dessus : ils n’avaient pas peur, et feraient tout pour la protéger. La jeune Serdaigle restait amer et toujours sur ses gardes. Elle ne se pardonnerait jamais si quoi que ce soit arrivait.

Ce jour-là était ensoleillé, ce qui prouvait encore à tous que l’Irlande n’était pas grise tous les jours. Triss avait passé une nuit chaotique, à rêver de mangemorts qui attaquaient sa maison. Elle voulait tout de même profiter du soleil, elle avait donc sortit une chaise longue du côté qui donnait sur la rue. Elle avait juste envie de prendre un bain de soleil, et d’observer la vie qui s’écoulait tranquillement ainsi que les gens qui ne se souciaient pas du danger qui les entouraient. Elle les enviait. La demoiselle avait pensé à prendre une bouteille d’eau, ainsi qu’un livre, Orgueil et préjugés, qu’elle avait dû lire au moins une centaine de fois, mais qu’elle aimait toujours autant. Sa mère lui colla aussi le chien dans les bras, histoire qu’il prenne l’air. Saleté de Jack Russel qui était tout le temps excité. Elle s’installa tranquillement, mit ses lunettes de soleil pour cacher la misère.
S’endormant tout doucement au bout d’une dizaine de minutes,  elle entendit le chien se mettre à aboyer et courir devant le portail. « - Cannelle, tais-toi donc, ce ne sont que des passants, revient aux pieds. » Sans succès, elle avait perdu toute autorité sur elle. Ce fut seulement quelques secondes après, quand elle entendit une voix familière l’appeler. Elle fronça les sourcils, ouvrit un œil, puis le second. Elle cligna des yeux une ou deux fois pour être sûre de qui elle voyait. De toutes les personnes qu’elle connaissait, elle ne s’attendait pas à voir Frank Londubat ici. Bon elle savait qu’il y avait la coupe du monde de Quidditch, mais elle ne fit pas le lien directement. Un sourire se dessina sur les lèvres de la demoiselle. « - Frank ! » s’exclama-t-elle, le tout agrémenté d’aboiement de chien, puisqu’elle venait de se lever un peu trop brusquement, et qu’elle avait fait tomber sa bouteille d’eau dans l’herbe et de perdre une tong . « - Merde, merde… » Marmonna-t-elle. Tant pis, elle s’avança dans l’herbe avec son unique tong aux pieds, gardant son sourire. « - Je ne m’attendais pas vraiment à te voir ici non plus, c’est plutôt un coin paumé de Cork ici ! Tu es en vacances ? Alice est là ? Elle va bien ? Et toi tu vas bien ? Ça te va bien la mode moldu ! Je parie que elle qui t'as fait faire du shopping…» Elle passa une main sur la bouche comme pour se faire taire, elle allait l’assommer de questions. Elle leva ses lunettes, dévoilant son regard fatigué. « - Je faisais une sieste au soleil ! » Elle posa une main sur le portail pour l’ouvrir, puis releva la tête en arrêtant son geste d’un air gênée. « - Je ne veux pas paraitre impoli, mais avant de t’inviter à entrer, faut que je m’assure que ce soit bien toi. Avec tout ce qu’il se passe tu comprends, on est jamais trop prudent… » Elle fit une moue, elle réfléchissait à ce qu’elle pouvait lui demander, tandis ce que le Jack Russell à ses pieds sautait pour atteindre la poignet du portail, comme s'il voulait l'ouvrir. «- Voyons, voyons, dis-moi… La date de naissance d’Alice. » Oui, rien d’autre ne lui était venu à l’esprit à cet instant précis. Mais bon, elle se disait qu’un mangemort ne la connaîtrait pas, alors que Frank devait la savoir. Oui, voilà toute la logique d’une femme !  




par humdrum sur ninetofive





Dernière édition par Triss E. Morgan le Mer 30 Nov - 17:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    Jeu 24 Nov - 21:18

née moldue
Triss et Frank 

L'un des privilèges à venir d'une famille de Sang pur aisés c'était les inestimables occasions de voyager. La première fois que j'utilisais la poudre de cheminette je devais avoir six ou sept ans, et je partais voir une tante éloignée en Irlande. La première fois que j'utilisais un portoloin j'en avais dix, et mon père nous avait organisé un voyage en France. Et une fois ma mère avait eut l'idée de transplaner avec moi, il y a peut être trois ans, mais je gardais un mauvais souvenir du tranplanage d'escrote et j'ai refusé de réitérer l'expérience, préférant attendre d'avoir mon permis en poche. Du reste, nous étions toujours très bien accueillis, dans la famille plus ou moins éloignées, ou dans les hôtels sorciers que mes parents trouvaient sur place. J'avais pu jouir de nombreux voyages, et découvrir Cork en faisait partie. Curieux de nature, j'aimais me promener là où personne n'avait idée d'aller, et mes parents me laissaient faire la majorité du temps. Sans compter que j'étais majeur à présent, et qu'ils n'avaient plus grand chose à dire sur le sujet. Je comptais bien profiter de mes quelques semaines de vacances avant d'intégrer la formation d'Auror.

Je ne m'attendais pas à rencontrer une amie de Poudlard. Triss et moi n'étions pas forcément proches, mais pour le peu que j'en savais elle était une fille adorable et amusante. Alice l'appréciait. Ce qui était une raison suffisante pour me faire aimer quelqu'un - bien que j'apprenais à me méfier de tout le monde en ces temps troubles. « - Frank ! » Son exclamation surprise me fit sourire, et je la vis se lever, faire tomber son verre, et jurer avant de venir vers mon, son chien aboyant à mon encontre. Un adorable petit chien - de ceux qu'adorent les moldus. « - Je ne m’attendais pas vraiment à te voir ici non plus, c’est plutôt un coin paumé de Cork ici ! Tu es en vacances ? Alice est là ? Elle va bien ? Et toi tu vas bien ? Ça te va bien la mode moldu ! Je parie que elle qui t'as fait faire du shopping…» Souriant, je tournais sur moi pour lui montrer mon bel ensemble - Alice m'avait obligé à faire cela une dizaine de fois pendant notre séance de shopping, jusqu'à ce que je me rende compte qu'elle comptait combien de tours je pouvais faire avant d'en avoir assez. Pendant ce temps elle se met à rire, posant une main sur sa bouche comme pour s'empêcher d'en dire plus. Une pile électrice - vraiment. « Tout va parfaitement bien ! Alice devrait arriver en fin de journée. On vient pour la Coupe du monde de Quidditch ! »  M'exclamais-je avec tout l'enthousiasme dont j'étais capable. « Elle m'a assuré que nous ne pouvions pas venir à Cork sans vêtement moldu alors me voila ! Pas si mal pour un sang pur n'est-ce pas ? » Pas que j'accordais une quelconque importance au statu du sang, mais néanmoins il prouvait que je ne connaissais pas grand chose au monde des moldus. Même si mes parents m'avaient appris la tolérance nous n'avions pas vécu au milieu d'un quartier résidentiel comme celui-ci et les habitudes des moldus me fascinaient toujours parce qu'elles m'étaient inconnues.

« - Je faisais une sieste au soleil ! » Je constatais en effet que sa peau avec pris une jolie couleur, et qu'elle était rayonnante - loin du teint blafard qu'arboraient la majorité des étudiants à Poudlard tout au long de l'année. Le temps en Ecosse n'était pas des plus brillants. Elle s'approcha du portail et suspendit son geste quand elle allait pour m'ouvrir, alors que je me contentais de la regarder avec curiosité, inquiet de ce qu'elle avait soudainement à l'esprit. « - Je ne veux pas paraitre impoli, mais avant de t’inviter à entrer, faut que je m’assure que ce soit bien toi. Avec tout ce qu’il se passe tu comprends, on est jamais trop prudent… » Surpris, je me contentais d'opiner, comprenant qu'elle ait envie de prendre une telle mesure, bien que je ne pensais pas cela nécessaire. A moins qu'elle... Elle semblait aller bien pourtant, toujours aussi souriante et joviale qu'à l'accoutumé. «- Voyons, voyons, dis-moi… La date de naissance d’Alice. » Sourire en coin, je mis mes mains dans mes poches, et parlais sans même une once d'hésitation. Je connaissais Alice depuis nos cinq ans, nous avions grandit ensemble, et son anniversaire était gravé dans son esprit depuis. « Le six juin 1960. » Répondit alors. Je continuais de la fixer malgré tout, soudainement bien plus inquiet, et curieux de sa réaction. « Est-ce qu'il s'est passé quelque chose justement Triss ? Je comprends qu'il faille être prudent mais... Enfin. Tu semble vraiment inquiète. Tu veux en parles ? » Demandais-je m'approchant de mon amie avec ce que j'espérais être un sourire confiance et rassurant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 1399
Date d'inscription : 15/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    Mer 30 Nov - 17:38



"Cannelle, tu es le chien le plus stupide de la terre..."



Née moldue




La jeune serdaigle n’était pas partie en vacance cette année. Pourtant, avec l’état actuel des choses – les attaques, les mangemorts, le stress des cours, et l’angoisse de passer en septième année – un peu de vacance ailleurs, au soleil, lui aurait fait du bien. Elle passait alors le plus clair de son temps à faire bronzette dans son jardin, Cannelle lui tournant autour en aboyant gaiement. C’était assez routinier, mais Triss s’en contenterait. Elle restait juste sur ses gardes, les attaques d’il y a quelques temps proche de chez elle et étant donné qu’elle n’était pas majeur, elle ne pouvait même pas mettre des protections magiques autour de la maison. La demoiselle savait qu’elle devait faire confiance aux aurors, mais c’était assez compliqué quand on voyait ce qu’il se passait.

Sur sa chaise longue, elle tentait de se reposer de sa mauvaise nuit, oubliant le temps d’un instant qu’elle était une sorcière, qu’un mage noir tentait de prendre le pouvoir, et qu’elle était une cible de choix pour chacun de ses sbires. La crainte l’abandonnait un moment, et sous le soleil tapant, le sommeil semblait enfin la gagner, du moins jusqu’à ce que ce stupide chien se mette à aboyer. Mais Triss devait admettre que pour une fois, elle était contente que le chien la réveille, car elle fut plus que contente de voir Frank devant chez elle. Enfin un contact avec le monde magique, car malgré les hiboux qu’elle envoyait à ses amis, elle n’avait pas vue grand monde depuis fin juin. Elle se précipita un peu vers lui, faisant preuve de sa maladresse légendaire. Et pour ne pas changer, elle l’assomma de questions, mais il devait avoir l’habitude, il était avec quelqu’un de plus bavard qu’elle. Mais au moins, on ne s’ennuyait pas avec elle. « - Je suis vraiment heureuse de croiser… quelqu’un comme moi. Je n’ai pas vu grand monde depuis fin Juin ! » Elle n’osait pas trop parler fort dehors. Elle avait trop peur qu’un de ses voisin entende. Son grand sourire était éloquent, elle était ravie qu’il soit là. 9]]« - Oh oui, la Coupe du Monde, c’est vrai, je suis bête, comment ai-je pu oublier ! »[/b] Elle avait oublié car elle ne pouvait tout simplement pas y aller. Elle ne s’y était pas prise assez tôt pour avoir des places, et puis elle ne connaissait personne de bien placé dans son entourage pour en obtenir. Mais ce n’était pas grave, elle se contenterait d’écouter à la radio, sur onde magique, les scores. « - J’avoue que tu passes totalement inaperçu, tu es le parfait moldu ! » Elle savait bien qu’il ne prendrait pas cette phrase mal. Après tout, Frank avait beau être un sang pur, il ne la jugerait jamais pour ses origines, le statut du sang n’était pas important pour lui. Heureusement qu’il restait des sorciers comme lui.  

Elle restait un instant la main sur la poignet, pensant qu’elle avait été stupide de lui demander ceci. Il était habillé comme un moldu, et il ne donnait pas l’air d’être un mangemort qui aurait pris du polynectar. Elle passa sa main sur sa nuque, en baissant un peu la tête, perdant doucement son sourire. Elle ressentait un mélange de honte et de gêne, mais elle se méfiait de tout le monde. Elle releva la tête en souriant, l’air de rien, en entendant sa réponse. Elle attrapa le chien par le collier pour éviter qu’il ne saute sur les jambes du pauvre Frank et elle ouvrit le portail. « - Désolé. Désolé. Désolé. » Elle fit une légère moue en laissant passer le jeune homme, aquiesçant doucement d’un signe de tête. « - Je me sens un peu bête de t’avoir demandé ça pour le coup, mais je ne suis pas vraiment rassurée depuis les récents évènements… Je vais te dire. Mais pas ici, les fenêtres de mes voisins ont des oreilles, et sorciers ou non, les vieux, ils aiment les petits potins qu'ils ne doivent pas entendre… » Elle referma derrière eux, puis relâcha le chien qui continuait à courir autour d’eux gaiement. Elle lui fit signe de la suivre, tout en récupérant au passage sa tong près de sa chaise longue. Passant sur le côté de la maison pour rejoindre la véranda, où il faisait un peu plus frais, elle posa ses lunettes sur la table d’un petit salon de jardin installé là. « - Assied toi, tu veux boire quelque chose peut-être ? Ou grignoter ? »




par humdrum sur ninetofive
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    Sam 3 Déc - 17:10

née moldue
Triss et Frank 

Je passais mes vacances d'été entouré de mes parents, d'Alice, ou de Richard - la majorité du temps nous étions loin des villages de moldus, ou nous utilisions les sortilèges repousse-moldu pour pouvoir jouer avec nos balais, nous entrainer au Quidditch, ou organiser des soirées où les dragons en feu d'artifices, et le Whisky-pur-feu nous faisaient rapidement perdre le contrôle de nos invités. Bien que cette année nous avions décidé d'être plutôt sage - sans doute parce que Richard et moi entrions dans l'âge adulte, et que nos futurs postes au ministère nous empêchaient de nous faire remarquer durant l'été. Si je passais beaucoup de mon temps entouré de sorciers de l'école, je ne me rendais pas compte que pour certains autre de mes camarades - dont Triss - l'été était synonyme de retour à la normalité ou à une vie qu'ils avaient toujours connu avant d'apprendre qu'ils étaient des sorciers. « - Je suis vraiment heureuse de croiser… quelqu’un comme moi. Je n’ai pas vu grand monde depuis fin Juin ! » La surprise devait se lire sur mon visage, parce que je l'apprenais à peine. Je n'avais jamais eut à croire que l'on pouvait passer deux mois d'été sans voir un seul sorcier, parce que c'était normal pour moi de passer mon temps à m'entrainer au Quidditch, ou à faire comme si nous ne faisions pas des potions en tout genre pour passer le temps. Les cartes explosifs et les échecs sorciers étaient constamment dans nos sacs de voyages, et nous parlions des sorciers célèbres et d'animaux fantastiques durant les repas en famille. Mais pour Triss les vacances n'étaient pas faites ainsi.

Pour le reste, si je me retrouvais dans un village moldu ce n'était pas tant par curiosité que pour voir la Coupe du Monde de Quidditch - un évènement que je ne raterai sous aucun prétexte. Tout comme Alice. Notre passion commune pour le Quidditch était presque folle, obligeant nos parents à prévoir les billets une année à l'avance pour ce genre d'évènement. Ancien capitaine de Gryffondor - avant de laisser ma place à James Potter - et Alice étant poursuiveuse, nous ne pouvions qu'attendre cela avec impatience. « - Oh oui, la Coupe du Monde, c’est vrai, je suis bête, comment ai-je pu oublier ! » Un rire m'échappe devant son air presque effaré. « Comment en effet ! Alice n'a pas arrêté d'en parler depuis qu'on lui a montré les billets à Noël dernier. Tu n'y viens pas, toi ? C'est l'occasion, ce n'est pas si loin. » L'idée qu'elle puisse rater cela me paraissait inconcevable; surtout alors qu'elle vivait à quelques kilomètres à peine du stade.

Après de merveilleux compliments sur ma tenue de moldue, Triss me proposa d'entrer, s'arrêtant dans sa lancée pour me poser une question qui se voulait personnelle. La vigilance devait être de mise - sans doute - avec les quelques attaques et disparitions de nés moldus qu'il y avait depuis une année. Sans que cela ne soit devenu vraiment mortifiant. C'était le genre de fait divers qui arrivait parfois, bien que depuis quelques temps il semblait que ce soit arrivé plus fréquemment. Alors je me pliais à son interrogatoire sans me plaindre - sans doute pour la rassurer plus que parce que je l'imaginais utile. « - Désolé. Désolé. Désolé. » S'excusa-t-elle alors que je lui demandais si tout allait bien. Inquiet, parce qu'elle semblait malgré tout sur le qui-vive, ses émotions passant de la joie, à l'inquiétude en une seconde. Elle m'ouvrit finalement le portail, gardant son chien sous contrôle. « - Je me sens un peu bête de t’avoir demandé ça pour le coup, mais je ne suis pas vraiment rassurée depuis les récents évènements… Je vais te dire. Mais pas ici, les fenêtres de mes voisins ont des oreilles, et sorciers ou non, les vieux, ils aiment les petits potins qu'ils ne doivent pas entendre… » J'opinais, comprenant la situation. Dans les villages de sorciers, les murs avaient littéralement des oreilles, sans compter les portraits, et les poignets de portes qui aimaient beaucoup répéter tout ce qu'ils pouvaient entendre.

Je m'agenouillais tout de même une fois dans la maison, pour laisser le chien sentir mon odeur, afin qu'il ne me prenne pas - lui aussi - pour quelqu'un de potentiellement dangereux. « - Assied toi, tu veux boire quelque chose peut-être ? Ou grignoter ? » Je me relevais, le chien marchant entre nous, et suivis Triss dans la maison, découvrant pour la première fois une véritable maison de moldue. J'étais déjà allé chez Richard, mais son père était un sorcier, ce qui expliquait quelques sortilèges ménager pour rendre la vie de sa mère plus simple. Du reste, Alice étant un sang pur, comme la majorité de nos amis - sauf Lily Evans - nous n'avions pas souvent l'occasion de voir ce genre de maison. Et c'était la première fois que je venais chez Triss.
C'était fantastique.

« Triss... Est-ce que je leur fais peur ? Les personnes sur tes photos, elles me fixent avec de grands sourires mais ne bougent pas ... » Demandais-je, un peu gêné en regardant les photos qui se trouvaient sur les murs du salon, alors que je la suivais jusqu'à la cuisine. « Hum. Je veux bien un thé, et ce que tu auras à manger. Avec plaisir. » Acceptais-je finalement en entrant dans la pièce après elle, me rendait compte que tout était bien rangé, et que rien ne bronchait. Quelques machines me paraissaient suspectes mais je me contentais pour le moment de simplement les observer, fasciné. « Tu me montreras comme ça marche ? » demandais-je en montrant une sorte de petite boite en acier, avec deux longs trous sur le dessus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 1399
Date d'inscription : 15/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    Mar 13 Déc - 17:04



"Cannelle, tu es le chien le plus stupide de la terre..."



Née moldue





Le jeune homme parut surprit de l’entendre dire qu’elle n’avait pas croisé grand monde. Triss avait fait ce choix pour protéger sa famille, et se déplaçait toujours pour voir ses amis. Elle n’avait présenté que peu de monde venant de Poudlard à ses parents. Quand elle voulait jouer au Quidditch, elle s’arrangeait pour contacter un ou deux amis et aller chez eux pour se défouler un peu. La demoiselle garda son sourire, et comme pour expliquer, elle ajouta « - En général, je pars un mois en vacances avec mes parents et ma petite sœur dans un pays étranger. L’an dernier, nous sommes allées en Grêce. Par contre cette année, ils ont décidés que nous resterions à la maison, et ils ne sont pas trop habitué à recevoir des sorciers. Et je t’avouerai qu’ils posent trop de question quand je ramène quelqu’un à la maison. » Comme tout bon parents, ils lui demandaient souvent comment cela se passait à  l’école, avec qui elle était la plupart du temps, et demandaient souvent à voir ses amis. Ils en avaient vu un ou deux, mais pas plus, car ils les avaient tellement assommés de question que Triss avait décidé de ne jamais refaire l’expérience.

La demoiselle secoua la tête, s’exaspérant elle-même. Elle avait oublié cette évènement important, mais bon, elle avait une excuse : elle était un peu coupé du monde des sorciers. Elle els enviait néanmoins terriblement. « - Je me sens bête, moi qui joue et adore le Quidditch, je n’ai pas eu la chance d’obtenir un ticket. Mais ce n’est pas grave, je m’en remettrais, et Alice me racontera tout dans les détails à la rentrée, j’en suis sûre. » Elle savait qu’elle n’y couperait pas, mais ça la remplissait de joies d’avance.

Elle le conduisit à l’intérieur, ses parents n’étant pas là de la journée. Elle n’avait même pas songé une seconde que cela pouvait être la première fois que Frank venait dans une maison moldue. Pour elle tout paraissait normal, mais regrettait de ne pouvoir utiliser la magie pour aider sa mère. Quand elle aurait dix-sept ans, cela changerait un peu. La demoiselle lui demanda alors ce qu’il voulait boire, mais fut prise d’un fou rire incontrôlable en l’entendant lui demander si les personnes sur les photos avaient peur. Elle en avait les larmes aux yeux, « - Ce… Ce sont des photos moldus Frank, elles ne bougeront jamais. » Elle se calma, et attrapa la bouilloire dans le placard, la remplit d’eau, puis la laissa chauffer sur la gazinière. « - Je peux te montrer l’appareil photo si tu veux, mes parents se sont offert un Polaroid, c’est un appareil où les photos sortent tout de suite ». Sans même attendre, elle fila dans le salon rapidement, puis revint avec l’objet en main en lui tendant. « - Mais je trouve les photos moldues moins amusantes que celle du monde sorcier, c’est tellement plus drôle de voir les gens vivre sur les photos. Façon de parler… »

Elle garda son grand sourire amusé, puis regarda Frank qui avait l’air fasciné par tout ce l’entourait. « - Tu n’as jamais visité de maison moldue auparavant ? » Elle trouvait ça adorable, et puis, c’était une occasion pour lui d’en apprendre un peu sur les moldus. Elle baissa le feu sur la gazinière, prépara deux tasses avec un peu de thé, manquant d’en faire tomber une au passage. Triss regarda alors le grille-pain que Frank lui montrait, et acquiesça doucement de la tête. « - On va faire quelques toasts alors. C’est un grille-pain. Et… Ca grille le pain. »  Superbe explication, c’était tellement logique, elle se faisait presque rire toute seule. Elle regarda plus loin sur le plan de travail, et attrapa du pain de mie dans la huche à pain. Elle sortit deux tranches, et les tendit à Frank. « - Tu mets une tranche dans chaque fente, tu appuies sur le bouton de côté, et tu attends. Tu as même une molette pour décider le temps de… grillage ? Tu les veux doré ou cramé ? Je te laisse choisir ! » Déclara-t-elle avec un grand sourire amusé. Elle servit finalement l’eau chaude dans les tasses, puis prépara une assiette pour les toasts. C’était un peu étrange d’expliquer des choses qui lui paraissaient naturel. Mais Frank lui rappelait les premiers pas qu’elle avait fait dans le monde de la magie, où tout l’avait émerveillé, où tout lui avait parut irréel. Aujourd’hui, elle savait qu’elle ne pourrait plus se débrouiller sans magie. « - La magie, c’est quand même plus pratique. » Elle en avait presque oublié la raison pour laquelle elle l’avait fait entrer, mais pour l’heure, elle le laissait s’occuper des toasts.      




par humdrum sur ninetofive

_________________
Shot throught my heart
I play my part and you play your game, you give Love a bad name.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    Dim 18 Déc - 16:30

née moldue
Triss et Frank 

Je n’avais pas la moindre idée de ce que pouvaient faire les moldus lorsqu’ils sont en vacances. En tant qu’étudiant j’avais arrêté de suivre le cours d’études des moldus une fois mes BUSES en poche pour me concentrer sur les cours et les options qui pourraient me permettre d’intérêt la formation d’Auror. Et les études des moldus n’en faisaient pas parti. Je connaissais quelques petites choses sur eux, mais finalement le sujet était survolé, et je n’avais pas la moindre idée de ce que cela pouvait faire d’être un moldu. D’être dans la maison d’un moldu. De vivre comme eux. Pourtant il m’appairaissait pour la première fois que je connaissais des nés moldus, et que eux seraient totalement capable de me l’expliquer. Plus encore : de me le montrer. Alors croiser Triss Morgan était une véritablement opportunité, en plus d’un plaisir évident. LA jeune femme était plus proche d’Alice que de moi – évidemment – mais je ne pouvait pas prétendre ne rien savoir d’elle ou que nous n’étions pas vraiment des amis. Je la considérais comme une amie. « - En général, je pars un mois en vacances avec mes parents et ma petite sœur dans un pays étranger. L’an dernier, nous sommes allées en Grèce. Par contre cette année, ils ont décidés que nous resterions à la maison, et ils ne sont pas trop habitué à recevoir des sorciers. Et je t’avouerai qu’ils posent trop de question quand je ramène quelqu’un à la maison. » La Grèce était un pays magnifique que j’avais pu visité avec mes parents des années auparavant. L’un des berceaux de l’humanité – et de la magie – où il y avait encore de belles stèles et des temples où il régnait une tension magique, quelque chose qui traversait le corps et vous donnez envie de rester des heures à simplement rester sous le soleil brûlant. C’était une expérience unique pour un sorcier. Mais pour le reste il était étonné d’apprendre que les parents de Triss faisaient preuve d’autant de curiosité – avant de se souvenir que pour eux la magie ne devait pas être accoutumé. « Tu n’invite personne chez toi de peur qu’ils soient embêtés par les questions de tes parents ? Tu sais qu’Alice est une véritable pipelette ? Elle sera sans doute ravie de… - Pour qui tu te prends Londubat ? Je sentis mes joues devenir rouge d’une honte soudaine, de mon manque de politesse et de ma hardiesse. « Excuse moi, ce n’est pas bienvenu de ma part de te dire ce genre de choses. » Dis-je avec une grimace désolée sur le visage, espérant qu’elle ne me tiendrait pas rigueur de mon manque de retenue.

« - Je me sens bête, moi qui joue et adore le Quidditch, je n’ai pas eu la chance d’obtenir un ticket. Mais ce n’est pas grave, je m’en remettrais, et Alice me racontera tout dans les détails à la rentrée, j’en suis sûre. » Sans aucun doute. « Elle te montrera sans doute aussi. On va acheter de ces nouveaux objets pour observer le match… Des Binoclares ou quelque chose comme cela. » Un mouvement de la main complète mes paroles alors que le nom en question m’échappe totalement.
Finalement je me retrouve invité dans la maison de Triss Morgan, et l’excitation monte lorsque je me rends compte que c’est la première fois que je me retrouve dans une maison de moldue. Tout autour de moi me semble à la fois familier et étrange, comme si je découvrais pour la première fois des objets qui ressemblaient pourtant étrangement à mon quotidien. Comme ces photos qui ne bougeaient pas. Le rire de Triss répond à mon interrogation concernant cette immobilité et je me sentirais presque stupide de poser la question. « - Ce… Ce sont des photos moldus Frank, elles ne bougeront jamais. » Sceptique, laissant mon amie se rire de moi impunément, je me tourne vers les autres cadres pour finalement me rendre compte que c’est vrai : aucun personnage ne bouge dans les photos. Laissant l’impression d’un moment suspendu, brutale, unique. Un moment, dans une éternité, marqué sur la pellicule. « - Je peux te montrer l’appareil photo si tu veux, mes parents se sont offert un Polaroid, c’est un appareil où les photos sortent tout de suite ». Un sourire vient tout de suite illuminer mon visage, et je sens mon cœur battre un peu plus vite sous le coup de l’excitation à l’idée de me retrouver avec un appareil photo de moldu dans les mains. Sans doute Alice sera-t-elle jalouse d’apprendre que j’ai pu faire une chose pareille. « Un Polaroid ? J’en serais plus que ravi, Triss ! » Répondis-je alors, aux anges en imaginant une photo moldue de moi. « - Mais je trouve les photos moldues moins amusantes que celle du monde sorcier, c’est tellement plus drôle de voir les gens vivre sur les photos. Façon de parler… » J’haussais les épaules pour celle réponse. Il n’y avait rien d’excitant à voir des photographies bouger – les personnages revivaient le moment encore, et encore, et encore. C’était presque ennuyeux à force. Alors que ca, découvrir l’image immobile, les moindres détails respectés, et cette expression si unique, c’était presque troublant. Troublant et impressionnant. L’expression juste, unique. L’expression humaine.

« - Tu n’as jamais visité de maison moldue auparavant ? » Je la retrouvais finalement dans ce qui semblait être la cuisine et opinais. « Jamais. Toute ma famille est de sang pur, comme la plupart de mes amis. Ou des sangs mêlés, et en général leurs parents préfèrent utiliser la magie. » Expliquais-je tout en tournant sur moi-même pour découvrir tout ce qui se trouvait là de nouveau. Comme une machine étrange qui retint mon attention. « - On va faire quelques toasts alors. C’est un grille-pain. Et… Ca grille le pain. » Du pain grillé par cette machine ? En règle générale ma mère utilisait sa baguette pour couper le pain et le faire griller comme je l’aimais – croustillant et doré sans être grillé. Mais voir une machine faire la même chose promettait d’être parfaitement excitant. « - Tu mets une tranche dans chaque fente, tu appuies sur le bouton de côté, et tu attends. Tu as même une molette pour décider le temps de… grillage ? Tu les veux doré ou cramé ? Je te laisse choisir ! » Je restais un moment interdit devant la machine, deux tranches de pain dans les mains, à la fixer comme si elle allait soudainement se mettre à me parler, et à me rassurer sur la marche à suivre. Alors je fis simplement ce que Triss me dit, et mit les deux tranches dans la machine avant de pousser sur le bouton de côté qui se baissa, faisant disparaître les tranches. Un bouton rouge s’alluma, et la machine commença à faire un petit bruit alors qu’elle chauffait – un peu de fumée s’en échappait. « C’est fascinant. » Dis-je d’une voix totalement fascinée. « - La magie, c’est quand même plus pratique. » Une fois encore j’haussais les épaules, attendant que le pain ne sorte. Ou qu’il ne soit prêt. Qu’avait-elle dit déjà ? Il fallait attendre. Et après ? « Mais c’est bien moins amusant. » Décrétais-je sans quitter la machine du regard. « Au fait, tu me disais quoi avant de rentrer ? Tu… Genre. Tu t’inquiètes pour ta famille ? » Demandais-je finalement, me souvenant la raison pour laquelle je me retrouvais chez Triss à ce moment précis.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 1399
Date d'inscription : 15/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    Mar 10 Jan - 17:15



"Cannelle, tu es le chien le plus stupide de la terre..."



Née moldue





Triss se sentait tout de même un peu mieux depuis que Frank était arrivé, un peu plus sereine, et au moins, elle aurait quelqu’un avec qui discuter de ses craintes. Elle ne pouvait pas nier qu’elle avait peur, et qui de mieux qu’un futur auror, et ami, pour exprimer ses craintes. Elle était en plus ravie de pouvoir lui faire découvrir le monde des moldus, Triss ne pouvait que s’en amuser. D’ailleurs sa réflexion sur Alice la fit rire, et son sourire s’agrandit encore plus avec ses excuses. « - Ce n’est rien Frank. Et oui je pense qu’Alice serait la seule à supporter les avalanches de questions. Elle est sûrement la seule à être plus bavarde que moi, mais de peu.» Triss garda son sourire. Elle ne pouvait pas reprocher à ses parents de vouloir comprendre le monde des sorciers. Après tout, tous leurs étaient inconnus et leur fille vivait cela au quotidien. « -  Ils veulent comprendre et connaitre ce que je vis, je ne peux pas leur en vouloir. C’est naturel après tout. »

LA demoiselle se sentait un peu bête, mais savait qu’Alice lui raconterait tout, et elle n’était pas si attristé que cela de louper la rencontre. Elle avait eu beaucoup d’autre chose en tête.  « - Oh ce serait géniale si elle me montrait ça, je pourrais tout voir ! » Triss réfléchit un instant avant d’ajouter « - Je crois que c’est des Binoclares, je ne suis plus sûre maintenant. Mais on s’en fiche, je vois ce que c’est.»
La jeune serdaigle observe Frank dans la maison, ne pouvant s’empêcher de rire à chacune de ses expressions faciales. Elle trouvait ça adorable de voir un sorcier aussi fasciné par tout ce qui était moldu. Ca la rassurait aussi, lui montrant que pas toute les familles de sangs purs étaient hautaine et anti-moldus. La demoiselle lui ramenait l’appareil photo avec entrain, puis s’attela à la préparation du thé, restant à l’écoute du jeune homme. « - Tu veux que je te prenne en photo avec ? Tu pourras l’offrir à Alice ! » Et puis ça lui ferait un beau souvenir de quelque chose de moldu.

Triss comprenait mieux l’entrain qu’il avait en visitant la maison. « -Si je pouvais aider un peu ma mère pour les tâches ménagères avec la magie, ça l’allègerais un peu. Mais bon, tant que je suis en premier cycle, je ne peux pas. Je n’ai pas envie de me prendre une lettre du ministère pour avoir fait la vaisselle ou pendu le linge avec la magie. » Triss surveillait tout de même le toaster, tout en versant l’eau bouillante dans les tasses, prenant bien garde de ne rien renverser. Après tout, sa maladresse était légendaire. Elle le regardait faire d’un œil, en attendant que le pain se dore doucement. « - Fais tout de même attention, si tu l’aimes dorée comme moi, ça prend moins de temps. Si tu ne surveilles pas, ça peut cramer. Et ne te brule pas en reprenant les pains quand ce sera fini. » C’était beaucoup d’information en peu de temps. En attendant, il revint sur le sujet de base. « - Ah oui. Effectivement, je ne suis pas très sereine ces derniers temps. Il y a eu des attaques de mangemorts non loin, et je ne sais pas comment faire pour… protéger ma famille. » Triss marqua une pause, tournant la cuillère dans son thé. « - J’ai peur, Frank. Là, l’attaque nous as épargné, mais qui sait si un jour ils reviennent par-là ? Je ne sais pas quoi faire pour mettre à l’abri les gens que j’aime. Je ne sais même pas comment leur expliquer sans leur faire peur ce qu’il se passe. Et s’ils apprennent que je suis une cible, ils ne me laisseront jamais retourner à Poudlard. » Elle qui était souriante en générale, avait une petite mine en pensant à tout cela. « - Et j’ai beau être une bonne élève, je ne suis pas sûre de savoir me défendre en cas d’attaque. Je sais que ça va aller en empirant, je  ne suis pas stupide. » La pauvre avait l’air un peu perdue, et sans vraiment s’en rendre compte, elle demandait de l’aide sans le dire. Elle ne se serait jamais permis de lui demander quoi que ce soit. Mais rien que parler la soulageait grandement. « - Les moldus ont fait croire à une explosion de gaz pour couvrir l’attaque. Mais mes parents ne sont pas dupent non plus, ils n’y croient pas. »

   




par humdrum sur ninetofive



Spoiler:
 

_________________
Shot throught my heart
I play my part and you play your game, you give Love a bad name.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    Dim 15 Jan - 22:04

née moldue
Triss et Frank 

Frank pouvait comprendre la fascination des moldus pour la magie - sans doute. Après tout lui même ressentait une forme de curiosité pour tout ce qui avait attrait à la vie des moldus, à leurs objets, et leurs véhicules . Il avait suivi le cours d'études des moldus, mais pour pouvoir entrer dans la formation d'Auror il avait dû se concentrer sur les Défenses contre les forces du mal, la métamorphose, les sortilèges, et les potions - principalement. Pour le reste, il était très bon en études des runes, en alchimie, et en soins aux créatures magiques. Il savait que ces options pourraient sans doute l'aider. Il avait aussi suivi le cours de magie sans baguette, mais n'avait ce n'était finalement qu'une initiation qui ne l'aiderait sans doute pas beaucoup pour la suite. Bien qu'il avait acquis une forme de concentration telle qu'il ne souffrait plus de fatigue quand il lançait des sortilèges informulés. Mais là n'était pas la question : il était heureux de savoir que les parents de Triss, loin d'être dégoutés de ce qu'elle était, s'intéressaient à son monde, et l'informa que contrairement à beaucoup de sorciers, Alice serait sans doute toujours heureuse de répondre à leurs questions. Lui aussi le sera sans aucun doute, mais il ne se sentait pas aussi proche de Triss que pouvait l'être sa fiancée - à présent elle était sa fiancée.
Finalement il se retrouvait dans la maison de Triss, s'extasiant sur tout ce qu'il pouvait voir de différent à ce qu'il y avait chez lui. Pas d'Elfe de maison - il avait entendu dire que les moldus n'en possédait pas bien que certains moldus faisaient le ménage chez les autres. Ce qui était assez étonnant, de traiter ses semblables en Elfe de maison non ? Passons. Pour l'heure il découvrait les photographies immobiles, la boite à images des moldus, et les machines de la cuisine. Tout cela était excitant, et Triss arriva bientôt avec une boite assez étonnante - un Polaroid. « - Tu veux que je te prenne en photo avec ? Tu pourras l’offrir à Alice ! » « Seulement si tu la prends avec moi ! » Dit-il, ravie de la proposition, prenant l'objet pour le découvrir d'un peu plus prêt. Il réalisé qu'il se trouvait un bouton sur le dessus - rouge - qu'il indiqua. « J'appuie là ? » demanda-t-il, et même sans demander si c'était bien cela, il prit Triss par l'épaule, la colla à lui, et fit un grand sourire à l'image, lachant un aaah extatique, avant d'appuyer sur le bouton. Il y a eut un déclic, et bientôt l'image sortie de l'objet. Il sautait presque sur place, totalement excité par l'expérience.
La photo était mal cadré, une partie du visage de Triss était hors du cadre, et Frank avait une tête assez incroyable. Mais il l'adorait, et il ne doutait pas qu'Alice allait en être folle elle aussi.

Après cela il s'intéressa plutôt à la cuisine et à tout ce qu'il pouvait y trouver. Il expliqua par la même occasion que pour sa part il utilisait la magie chez lui, que sa famille préférait cela. En passant sous silence son Elfe de Maison - Gimpsy - qu'il adorait. « -Si je pouvais aider un peu ma mère pour les tâches ménagères avec la magie, ça l’allègerais un peu. Mais bon, tant que je suis en premier cycle, je ne peux pas. Je n’ai pas envie de me prendre une lettre du ministère pour avoir fait la vaisselle ou pendu le linge avec la magie. » Il se tourna vers elle, l'observant un moment dans cette maison. Et elle semblait si éloignée de son monde à ce moment là qu'il trouva cela étrange. Il se disait qu'il pouvait confondre Triss avait n'importe quelle moldue - il réalisa alors que c'est ce qu'elle aurait dû être. Une moldue - elle avait de la magie en elle par un heureux hasard, et savait en jouir. Il était heureux qu'elle connaisse cela. La magie - Frank ne pouvait pas s'imaginer un monde dont la magie n'avait pas sa place. « Ce n'est pas si mal, je pense. Enfin je ne sais pas, j'avoue que même avec la magie je n'ai jamais eut à m'occuper de la vaisselle ou du linge. On a Gimpsy pour cela chez moi. » Expliqua-t-il avant de tourner vers le Grille pain pour y mettre des tranches. Il reste à les observer, bien qu'en réalité sur les rebords de l'objet il ne voyait rien de ce qu'il se passait à l'intérieur. Triss lui avait expliqué que les tranches ressortaient toute seule, alors il se mit à attendre, remarquant rapidement l'odeur de pain grillé. « - Fais tout de même attention, si tu l’aimes dorée comme moi, ça prend moins de temps. Si tu ne surveilles pas, ça peut cramer. Et ne te brule pas en reprenant les pains quand ce sera fini. » Il opina, attendant tout en demandant à la jeune femme ce qui l'inquiétait. Après tout elle l'avait fait entrer pour cela - et pas uniquement pour se vanter de savoir faire griller du pain sans baguette magique.

« - Ah oui. Effectivement, je ne suis pas très sereine ces derniers temps. Il y a eu des attaques de mangemorts non loin, et je ne sais pas comment faire pour… protéger ma famille. » Il se tourna vers elle, et regarda autour de lui. Il ne s'imaginait pas la raison pour laquelle des Mangemorts viendraient ici, mais sans doute juste parce qu'il y avait une née moldue - ils l'avaient déjà fait après tout. « Hum. Le Ministère autorise l'utilisation de la magie en cas de danger extrême. Mais tu sais s'ils ont déjà attaqué non loin les Aurors doivent surveiller le secteur. » DIt-il en tentant d'être le plus assuré et confiant possible. Il y croyait sincèrement - le Ministère avait toujours un pied de recul, et n'arrivait que trop tard pour mettre en place la sécurité. Mais ils finissaient par le faire. L'odeur de pain était de plus en plus forte - et proche du cramé, mais il se concentrait sur le visage de Triss qui devenait vraiment alarmiste. « - J’ai peur, Frank. Là, l’attaque nous as épargné, mais qui sait si un jour ils reviennent par-là ? Je ne sais pas quoi faire pour mettre à l’abri les gens que j’aime. Je ne sais même pas comment leur expliquer sans leur faire peur ce qu’il se passe. Et s’ils apprennent que je suis une cible, ils ne me laisseront jamais retourner à Poudlard. » Il grimaça, essayant de comprendre ce que cela impliqué. Lorsque sa mère avait appris qu'il voulait être Auror elle avait essayé de l'en dissuader. Elle savait ce que cela signifier : être en première ligne face aux Mages noirs. en première ligne face aux sorciers les plus mauvais qui soit. Mais Frank était obstiné et confiant, il savait qu'il faisait cela pour le bien de son monde. De son avenir. L'avenir qu'il voulait construire avec Alice - pour Alice. Et leurs enfants, et il savait que c'était la meilleure chose à faire que se battre pour cela.
Mais il comprenait aussi sa peur de le perdre. « Tu veux que je vois si je peux ... Créer quelques sortilèges de protection ? Je ne suis pas mauvais pour cela, je peux revenir un de ces jours pour en poser quelqu'uns ? » Proposa-t-il, se sentant concerné et inquiet pour la sécurité de Triss. Il n'aimait pas la voir ainsi, il n'aimait pas la savoir inquiète, et encore moins en danger. Triss comptait pour lui, elle était une de ces amis.

« - Et j’ai beau être une bonne élève, je ne suis pas sûre de savoir me défendre en cas d’attaque. Je sais que ça va aller en empirant, je ne suis pas stupide. » L'odeur était à présent clairement du brûlé et s'en rendant compte il appuya sur tous les boutons de l'objet - arrivant finalement à faire sauter les toasts qui avaient une bonne partie noire d'un côté. Il grimaça, et alors qu'il s'en saisit, il lâcha un cri de surprise et le lança. Il s'était brûlé les doigts - il les porta à sa bouche dans un geste instinctif. « Strangulot ! C'est vraiment chaud. Hum... Pardon. » Dit-il en se rendant compte qu'il avait vraiment mal choisis son moment pour faire une telle bêtise. « - Les moldus ont fait croire à une explosion de gaz pour couvrir l’attaque. Mais mes parents ne sont pas dupent non plus, ils n’y croient pas. » Il soupirant. « Dis leur. Ils seront terrifiés pour toi, ce sont tes parents, mais autant leur dire. Explique leur avec des mots simples pas en entrant dans les détails sordides, mais si tu dois les préparer à ... Et bien à ce que peut être ca doive arriver de nouveau, dis leur. » A ses yeux, c'était sans hésité la meilleure chose à faire. Certes ca ne serait pas facile, mais elle devait le faire. « Ce sont tes parents, ce n'est pas à toi de les protéger. Et pour le reste, tu es capable de te défendre. Tu connais les sortilèges, Triss, tu n'es pas mauvaise. Et si tu veux je peux t'envoyer quelques ouvrages supplémentaires. Mais ai confiance en toi. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 1399
Date d'inscription : 15/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    Lun 13 Fév - 12:32



"Cannelle, tu es le chien le plus stupide de la terre..."



Née moldue




Triss le laissa observer l’appareil photo pendant qu’elle servait le thé tranquillement. Elle lui proposa même de prendre une photo avec pour l’offrir à Alice. Elle se doutait que la demoiselle serait ravie de voir ça. Elle repose la théière, n’eut même pas le temps de répondre, se sentant prise par l’épaule pour une photo. Elle fit une grimace amusante, tirant la langue en souriant, rigolant en le voyant faire. Elle observa la photo qui sortit, en rigolant de plus belle. « - Pour une première c’est pas mal. Il faudra que je t’apprenne à cadrer tes photos, mon cher. » Elle secoua la tête en souriant. « - On est magnifique là-dessus quand même ! » Au moins elle n’était pas comme les autres cette photo.
Retournant s’appuyer contre le meuble en attendant les toasts, la demoiselle regardait d’un air distrait le jeune homme. Elle pensait à trop de choses depuis quelques temps, elle était vraiment heureuse de pouvoir souffler un coup en discutant de tout et de rien avec Frank, réalisant combien elle était chanceuse d’être une sorcière au travers de tous ces dires. Malgré les menaces, la guerre, elle remerciait Merlin chaque jour pour la magie en elle, pour avoir pu aller à Poudlard et voir toutes les merveilles qu’elle avait vu. De pouvoir fasciner sa sœur avec des photos magique, avec des babioles de chez Zonko, de pouvoir lui raconter des histoires féériques le soir. Elle ne s’imaginait plus un monde sans magie. Elle sortit de ses pensées quand il parla de Gimpsy. Elle fronça les sourcils avant de sourire. Elle avait mis du temps à percuter qu’il devait s’agir d’un elfe de maison, n’étant pas habitué à ces créatures. « - Oh, vous avez un elfe de maison chez toi ? J’ai pu en voir à Poudlard quand j’allais aux cuisines. Ils sont vraiment adorables et vraiment gentils. Et quoi que tu demandes, il te le ramène, c’est dingue ! » Triss songeait que les elfes à Poudlard devait être vraiment bien traité. Ils avaient l’air heureux en tout cas. Mais elle se doutait bien que dans certains foyers, il ne devait pas en être de même.

Triss estimait qu’ils avaient été chanceux d’échapper aux massacres qu’ils avaient fait quelques temps plus tôt. A quelques rues près, c’était trop proche pour que Triss ne le prennent pas en compte. Et elle refusait de se dire qu’elle était la cause de ses attaques, ou du moins son sang. Juste parce qu’elle était née moldue. Juste parce qu’elle avait eu ce don du ciel et qu’elle était plus douée que certains d’entre eux, il fallait l’avouer. « - J’espère vraiment qu’il y a des Aurors dans le coin. Mais je suppose qu’ils sont habillés comme des moldus pour passer inaperçu, comme toi aujourd’hui. » Triss fit une légère moue. « - Mais… Pourquoi attaquer en Irlande ? Pourquoi ici ? Je veux dire, c’est un quartier tranquille. Est-ce qu’ils savent où il y a des… des nés moldus ? » Cette idée l’effraya encore plus que le reste. Ils avaient peut-être des registres avec des noms. Il y avait peut-être des gens à Poudlard qui avait donné son nom pour la déclarer en tant que née moldue. « - Il y a de quoi devenir paranoïaque… » Souffla-t-elle en écarquillant les yeux. Heureusement pour elle, elle était d’une nature calme et posée, la plupart du temps.
Triss acquiesce d’un signe de tête. « - Si cela ne te prend pas trop de ton temps, et si cela ne te dérange pas. Je ne voudrais pas abuser de ta gentillesse. Mais je t’avouerais que je me sentirais rassurée, surtout quand je retournerais à Poudlard. » Triss savait que s’il arriverait quoi que soit quand elle était à Poudlard, elle ne s’en remettrait jamais. C’était sa pire crainte, recevoir un hibou annonçant un malheur.

L’odeur de cramé se propageait dans la cuisine, d’ailleurs son chien vint tourner autour d’elle pour lui faire remarquer, mais Triss, trop préoccupé par ses propres soucis, n’eut pas le bon sens de dire à Frank d’appuyer sur le bouton rouge pour remonter les toasts. Trop pensive pour son propre bien, elle réfléchissait, s’inquiétait, ne sachant pas réellement si sa famille serait capable de se défendre seule contre des mages noirs. Elle releva la tête d’un coup quand elle l’entendit dire que c’était chaud. « - Mince, je suis désolé, j’aurais dû faire attention. Viens mettre ton doigt sous l’eau froide, ça ira mieux. » Alors qu’elle ouvrait l’eau froide pour Frank, elle l’écoutait d’une oreille attentive, un fin sourire s’affichant. Leur dire… Elle avait peur qu’il ne la laisse pas finir sa scolarité, même si Poudlard était le lieu le plus sûre au monde. Elle regrettait parfois que sa sœur n’est pas les mêmes dons qu’elle, elle serait au moins en sécurité au château. « - Je leur expliquerais, tu as raison. Je ne peux pas les laisser dans une telle ignorance. Mais face à des mages noirs, ils ne pourront rien. C’est pour ça que je me sens, comment dire ? » Triss cherchait les mots adéquate pour exprimer son ressentit. « - Responsable d’eux. Parce que je suis une sorcière, que je connais les sortilèges comme tu dis, mais qu’eux face à des mangemorts ils ne pourront rien. » Triss savait d’un côté qu’elle ne pourrait pas y faire grand-chose non plus si jamais ils étaient attaqués. Elle était douée, mais n’avait pas beaucoup d’assurance. « - Je veux bien pour les ouvrages, c’est gentil, merci. Mais comme tu le dis, il faut que j’aie confiance en moi, et ça ce n’est pas gagné. »
Elle finit par lui tendre la tasse de thé. «- Tu veux du sucre ? Du lait ?»

   




par humdrum sur ninetofive




_________________
Shot throught my heart
I play my part and you play your game, you give Love a bad name.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: née moldue (triss et frank)    

Revenir en haut Aller en bas
 
née moldue (triss et frank)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Selon l'écrivain Frank Laraque:Il n'y a pas de bons Duvalieristes
» Dr Frank Stein
» News du grand Frank Goffoy
» FRANK BRUNNER
» Le Sénat menacé d’autodissolution [Radio Kiskeya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace spécial Sirius-
Sauter vers: