AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 187
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Mer 14 Déc - 16:16

“Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ”
Gwennyn & Severus
Samedi matin, Poudlard. Severus se retourne sous ses couvertures aux couleurs de sa maison, passe sa main dans la brousse qui lui sert de chevelure et soupire. Il ne sait pas vraiment quoi faire aujourd’hui, sans doute la même chose que tous les jours. Ses yeux se posent sur les fenêtres de son dortoir, il voit le lac noir, comme toujours. La fenêtre magique elle, montre un temps radieux malgré le froid et la neige encore présente. De toute façon en Ecosse, le froid à tendance à mener la vie dure à ses habitants. Un coup d’œil par-dessus son épaule l’informe que les autres dorment encore, alors il se faufile hors de son lit, se glisse jusqu’à la salle de bain qu’il ferme à clé. C’est toujours comme ça, il ne veut pas que les autres le voit sans ses vêtements, qu’ils voient sur son corps les marques des sévices de celui qui est encore un souvenir trop douloureux et à la fois victorieux. Lorsqu’il ressort de la salle de bain commune, les autres s’éveillent à peine et lui est déjà vêtu des pieds à la tête, il dispose dans son sac les quelques ouvrages dont il se servira aujourd’hui, une plume, un encrier et des parchemins vierges. Il prend son manteau, son écharpe et ses gants, il sait déjà qu’il ira faire un tour dehors pour profiter un peu. Il quitte alors la salle commune pour se rendre au petit déjeuner lors duquel il a le nez dans un livre en bectant une fourchette ou l’autre d’œuf brouillé.

La journée suit son court, il passe d’abord à la bibliothèque pour rendre les livres emprunter quelques jours plus tôt. Il s’assure de ne croiser ni Black, ni Lupin, ni Potter, ni Pettigrew. Il aurait sans doute apprécié d’apercevoir Lily. Deux ans qu’ils ne sont plus amis, qu’ils ne s’adressent la parole que pour être aigre et venimeux l’un envers l’autre, mais irrévocablement leur complicité lui manque. Après le déjeuner, il se décide à aller dans le parc, trouve un rocher et d’un coup de baguette le dégage de sa couche de neige pour s’y asseoir en silence, le nez à nouveau dans son livre de potion. Il ressert son écharpe verte et argent autour de sa gorge et plonge son nez dans la laine si douce. Il ne se fiche pas mal des élèves qui passent devant lui et pourtant, des rires incessants lui font lever les yeux. Il reconnaît ces élèves, il reconnaît également la rousse de Poufsouffle qui se fait régulièrement moquer et charrier, comme lui-même. Il referme son livre, s’approche et écoute en silence.


Nymeria. ♕ gif de ICI ♕ 0000 mots.

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Mer 14 Déc - 17:52

Au début, elle avait pensé que c'était une bonne idée de profiter de l'accalmie du temps. C'était vrai après tout, pour une fois depuis plusieurs jours, il ne neigeait pas, il ne pleuvait pas et il ne faisait pas trop gris. Il y avait même un petit soleil timide pour réchauffer un peu les coeurs... Alors Gwennyn, qui aimait bien marcher dans le parc, parfois seule, parfois accompagnée, avait pensé qu'elle pouvait bien profiter d'un peu de soleil, même s'il ne la réchaufferait pas trop, après tout, l'hivers était encore là.

Ca avait pourtant bien commencé... Le parc était assez fréquenté, mais il fallait avouer que la plus part des frileux avaient préféré la tiédeur du château. Gwennyn n'était pas aussi insensible au froid qu'Allegra, mais ça ne la dérangeait pas tant que ça. Alors, toute guillerette, elle avait commencé par se rendre au lac qui n'était malheureusement pas gelé et avait ensuite marché de ci de là sans trop réfléchir et regarder autours d'elle. Elle pensait. À Poudlard qui serait bientôt fini, aux ASPICs qui approchaient à grands pas, et à ce qu'elle déciderait de faire une fois qu'elle ne serait plus l'élève du plus grand collège de sorcellerie du monde. Mais ça, elle n'en n'avait encore aucune idée, même si elle y songeait souvent... Le problème c'était qu'il y avait tellement de choses qu'elle aimait faire...

Quoi qu'il en soit, Gwennyn avait été brusquement sortie de ses pensées un peu volages par un groupe d'élèves dont elle ne distinguait actuellement pas les blasons, le nez contre le sol dur. Elle venait de tomber... Enfin plutôt, on l'avait généreusement aidé à embrasser le sol comme l'un d'eux le faisait remarquer avec sarcasme.

Une fois de plus blessée dans son orgueil pourtant pas très présent, Gwennyn hésitait à se relever sous leurs rires moqueurs. Mais elle ne pouvait pas rester ainsi prostrée au sol, car elle savait que même si elle ne comptait pas leur rentrer dedans pour les faire taire, elle ne souhaitait pas non plus leur faire penser qu'elle resterait à leurs pieds. Serrant les mâchoires, elle se redressa en position plus digne et garda la tête haute. Les moqueries, elle y était habituée maintenant, même si elles faisaient toujours un peu mal, elles tournaient généralement en rond.

- Regardez ça... C'est qu'elle sait se relever toute seule à défaut de regarder où elle va.

- Si tu m'as vu arriver, tu n'avais qu'à éviter de me laisser te rentrer dedans... Répondit-elle bêtement.

Oui, bêtement, parce qu'au regard qu'il lui jeta en réponse, elle sut qu'elle allait passer un mauvais quart d'heure. D'ailleurs, certains de ses amis semblaient penser que ça ne lui plairait pas étant donné les bruits débiles qu'ils faisaient pour attiser sa colère montante.

- Non mais pour qui tu te prends Gwenn-nunuche ? Tu crois que c'est parce que tu t'appelles Ollivander que t'es tout permis ?

Gwennyn préféra ne rien répondre. Jamais elle ne s'était servit de son nom pour se permettre des passe-droit, il ne faisait que mentir parce qu'il cherchait une raison, n'importe laquelle, de s'en prendre à elle et elle le voyait bien. Répondre ne ferait que rajouter à son petit moment de solitude comme elle les appelait souvent. Généralement, quand ils voyaient qu'elle ne répondait pas, ils passaient à autre chose.

- Alors on sait plus parler ? Ou alors c'est parce que j'suis pas une des armures vides des couloirs. Se moqua-t-il en éclatant de rire.

Il fut vite rejoint par ses amis, ravis de se moquer, se pensant plus intelligents et plus forts parce qu'ils étaient trois ou quatre et elle seule.

- C'est pas vrai je parle pas aux armures, t'es qu'un menteur et un imbécile !

Enfin quand même, elle parlait aux portraits mais elle savait bien que les armures étaient vides. La réponse de l'autre ne se fit pas attendre cependant et il la poussa durement au point où elle retrouva le sol si peu de temps après l'avoir quitté.

- Je t'interdit de m'insulter ! S'exclamait-il furieux.

- Donne lui une bonne leçon ! Les encourageaient ses amis apparemment si prompt à le pousser à la faute sans pour autant se mouiller eux aussi.

- J'veux pas me battre. Marmonna Gwennyn en essayant de se relever, mais elle n'en n'eut pas le temps et se retrouva tout de suite assise sur le sol sans l'avoir voulu. Laissez moi tranquille je vous ai rien fait !

Mais apparemment, c'était le cadet de leurs soucis et le gars qui n'avait de cesse de la repousser au sol avait sortit sa baguette magique apparemment prêt à lui lancer un sortilège. Il réfléchissait surement au meilleur moyen de l'humilier d'avantage.

_________________






 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 187
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Jeu 15 Déc - 19:44

“Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ”
Gwennyn & Severus
En temps ordinaire, le jeune Serpentard aurait simplement passé son chemin, sans un mot, sans un bruit, comme une ombre. En réalité, c’était un peu ce qu’il était à Poudlard, une ombre. Quelqu’un qu’on ne voyait pas ou qu’on faisait exprès de ne pas voir et il devait admettre qu’il préférait cette situation à l’inverse parfois. Être le centre des moqueries et des mauvaises blagues, il en avait l’habitude, mais jusqu’ici cela lui paraissait tellement loin de lui, surtout lorsqu’il faisait le comparatif avec ce qui se produisait chez lui. À côté, ce genre de coups bas lui faisait l’effet d’une petite blague entre ami. Sauf, lorsqu’il s’agissait de certains maraudeurs, là ça prenait souvent des propensions énormes, mais il n’y pouvait rien c’était limite épidermique. Il faut dire que leur mésentente durait depuis le premier jour et le Poudlard express.

Pourtant, aujourd’hui, il n’avait pas fait comme d’habitude, il était à quelques pas des élèves harcelants et quelque chose se passait dans son esprit qu’il avait du mal à comprendre. Pourquoi est-ce que soudainement le sort de la jeune rousse Poufsouffle le préoccupait ? Pourquoi cette fois-ci le comportement de ces sombres imbéciles lui donnait la nausée ? Il ne prit pas vraiment le temps d’y penser plus avant. Lorsque visiblement le meneur du groupe sortit sa baguette dans l’intention de nuire à la jeune femme, il fût plus rapide que lui et d’un informulé fit sauté la baguette des mains du garçon avant que celle-ci n’atterrisse dans sa main gauche. Il y eu un grand silence, durant lequel Severus vient se poster entre la rousse et ses agresseurs.

« Vous vous croyez malin, je suppose ? C’est tellement courageux de s’en prendre à plusieurs à quelqu’un. Il faut vraiment quatre hommes pour mettre au sol une femme ? »

Il pointa sa baguette en bois d’ébène en direction du meneur du groupe qui se mit à loucher. Rien que le fait que lui, Severus Rogue, viennent en aide à quelqu’un tenait de l’improbable et devait être à l’origine du silence des quatre agresseurs.
« Ah non, quatre gamins serait plus juste. Maintenant fichez le camp et fichez-lui la paix. Allez emmerder les rats, ils ont le même niveau que vous niveau intelligence et encore ! Je trouve que je les insulte. »

Visiblement, deux sur les quatre prirent la menace au sérieux et se mirent à reculer, mais pas l’abruti fini qui servait de tête au groupe. À dire vrai, le jeune homme ne s’attendait pas à être pris au sérieux, mais ne se laissa pas démonter pour autant.
« Tu t’es acheté du courage, Rogue ? »

« Tu ferais bien d’acheter un cerveau, toi. »

Les yeux onyx remarquèrent un mouvement sur sa droite et il pointa vivement sa baguette sur le second garçon pour lui lancer un petrificus totalus. Puis, il lança la baguette qui ne lui appartenait pas au loin avant de se détourner d’un mouvement souple.
« Ramasse ton copain, il va finir à l’infirmerie. »

Il tendit la main alors à la jeune femme toujours au sol et l’aida à se relever sur ses deux jambes.
« Est-ce que ça va ? »

Une rapide analyse visuelle l’informa sur le fait qu’elle avait l’air en un seul morceau et qu’elle n’aurait pas d’hématome visible. Aucune raison donc de courir à l’infirmerie, sauf si elle commençait à éternuer d’être resté assise dans la neige.



Nymeria. ♕ gif de ICI ♕ 0000 mots.

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Ven 16 Déc - 19:23

En le voyant sortir sa baguette magique et la pointer sur elle sous les rires gras et moqueurs de ses amis, Gwennyn n'eut même pas idée de sortir sa propre baguette pour se protéger et la seule chose qu'elle trouva à faire, ce fut de se protéger le visage de ses mains. Elle ne voulait pas voir ça.

Elle ne savait pas ce qui allait encore lui tomber sur le coin du nez, mais elle ne voulait pas le voir arriver. Ce qui était parfaitement stupide car elle aurait peut-être pût éviter le sortilège en s'écartant au bon moment... Mais dans ces circonstances, elle n'était jamais bien intelligente et ne pensait qu'à une chose : que ça finisse et vite.

C'était surement un comportement étrange pour une jeune femme qui n'avait jamais connu de violences aussi bien physiques que verbales durant son enfance. Elle avait grandit avec des parents aimants, tolérants et compréhensifs. A l'école moldue, elle passait pour une originale, mais ça n'était pas autant marqué qu'au collège et depuis sa première année, ils avaient tous bien eut le temps de remarquer qu'elle était bien trop gentille pour sa propre sécurité.

Elle essayait bien de faire des efforts pour être moins naïve. Elle se rendait mieux compte des choses et des comportements des gens autours d'elle. Mais c'était un aspect difficile à modifier quand il avait fait partit de vous depuis toujours. Ses parents l'avaient protégé des horreurs du monde aussi longtemps qu'ils l'avaient put et c'était à la fois une bonne chose et une très mauvaise également. Gwennyn n'était pas préparée pour le "vrai" monde de plus en plus cruel à l'heure actuelle.

Alors qu'elle attendait que le sort arrive et qu'elle doive le subir parce qu'elle était trop tétanisée pour faire quoi que ce soit, elle se rendit soudain compte que quelque chose clochait. C'était trop long... Une petite brute comme lui devait connaitre des tas de sortilèges pour jouer de mauvais tours aux autres, ça ne lui aurait pas pris tant de temps pour se décider... Surtout qu'elle ne faisait rien pour se défendre.

« Vous vous croyez malin, je suppose ? C’est tellement courageux de s’en prendre à plusieurs à quelqu’un. Il faut vraiment quatre hommes pour mettre au sol une femme ? »


Gwennyn écarta ses mains de ses yeux pour se retrouver à observer le dos d'un autre élève brun qui pointait sa baguette magique vers le meneur du groupe. Ainsi tourné, elle ne voyait pas son visage et se demandait, toujours bêtement assise au sol, qui ça pouvait bien être. En tout cas, qui qu'il soit, elle lui sauterait bien au cou pour le remercier car il prenait clairement sa défense.

« Ah non, quatre gamins serait plus juste. Maintenant fichez le camp et fichez-lui la paix. Allez emmerder les rats, ils ont le même niveau que vous niveau intelligence et encore ! Je trouve que je les insulte. »


Gwennyn haussa les sourcils et réprima un petit sourire à la fin de la réplique du jeune homme brun qui lui tournait toujours le dos. Elle n'osait pas tellement croire qu'il réussirait à avoir le dessus, après tout, ils étaient quatre et lui tout seul parce que Gwennyn ne s'incluait pas dans le lot.

« Tu t’es acheté du courage, Rogue ? »

« Tu ferais bien d’acheter un cerveau, toi. »


Rogue ?!

Autant dire que c'était une surprise pour la Poufsouffle. Elle n'arrivait pas à croire que parmi tous les élèves du collège, ce fut Severus Rogue, le garçon le plus improbable qui soit, qui vienne l'aider à ne pas subir une humiliation de plus. Enfin... Il y avait quand même pire que lui... Lui au moins, il ne lui avait jamais cherché d'ennuis. Il se contentait certainement de la laisser vivre tranquille dans son coin et si ça se trouve, il ne se doutait même pas de son existence avant cet instant.

Abasourdie, elle regardait Rogue faire une nouvelle démonstration de force pour dissuader les autres d'attaquer et les encourager à partir sans demander leur reste. En même temps, vu le nombre de fois où il s'était retrouvé tout seul face aux maraudeurs, il avait l'habitude de devoir lutter contre plusieurs adversaires en même temps. Lui au moins, il était préparé par le monde qui les attendait à la sortie de Poudlard.

« Ramasse ton copain, il va finir à l’infirmerie. »


Les autres semblèrent décider qu'il valait mieux pour eux d'obéir. Ils partirent, laissant Gwennyn seule avec Severus qui s'était retourné et lui tendait une main amicale pour l'aider à se relever. Main qu'elle accepta, surprise de la trouver tiède avec ce froid ambiant.

- Merci. Murmura-t-elle, rouge de confusion.
Il semblait la dévisager, surement pour voir si elle n'était pas blessée et elle fut interloquée d'une telle sollicitude.

« Est-ce que ça va ? »


Elle cligna deux fois des yeux, surprise, puis elle baissa les yeux vers son propre corps pour vérifier ce qu'elle savait finalement déjà, a part un mal de fesses dut à ses chutes forcées répétées, elle allait bien... Son orgueil en avait pris un coup bien sur, mais elle y était habituée maintenant. Elle épousseta la saleté qui s'était accrochée à sa cape de sorcier et releva un regard reconnaissant vers Severus.

- Oui... Je crois que ça va...

Elle n'allait quand même pas lui dire qu'elle avait mal aux fesses... Non, c'était trop gênant et il s'en fichait surement comme de l'an quarante. Et puis de toutes façons, elle préférait grandement garder cette information pour elle et même si elle était toute rouge, il pouvait mettre ça sur le compte de la honte qu'elle venait de se prendre.

- Je te remercie pour m'avoir aider... Tu n'étais pas obligé... C'est vraiment gentil à toi.

Et très inattendu aussi... Mais il fallait peut-être mieux qu'elle le garde également pour elle... Parce qu'il pourrait tout aussi bien décider d'imiter les garçons qu'il venait de faire partir.

_________________






 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 187
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Lun 26 Déc - 17:13

“Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ”
Gwennyn & Severus
Le Serpentard se demanda un instant s’il n’allait pas regretter d’être intervenu. Non pas à cause des agresseurs de la jeune femme, mais parce qu’il venait de sauver une Poufsouffle. Dire que sa maison avait du mépris pour les autres serait probablement un euphémisme. Après, il n’était lui-même pas franchement le fier représentant de sa maison… rien que son amitié avec Lily l’avait exclu de cette définition des années auparavant. Il ne le vivait pas mal pour la cause, il n’avait jamais eu dans l’idée d’être populaire, encore moins en étant un sang mêlé au sein d’une maison dont le mot de passe de la salle commune était : sang pur.  Ironique non ? Le vrai problème restait qu’il ne savait toujours pas pourquoi, il avait agi de la sorte, lui qui en général préférait passer inaperçue et ne se préoccuper de personne surtout depuis le jour qui fût fatal à son amitié avec une autre rousse. Quelques crétins sans cervelle n’auraient pas hésité à lui rire au nez en faisant justement référence au fait que la demoiselle en face de lui était justement rousse et que la raison devait venir de là. Hors, les deux n’avaient rien en commun à part cette couleur de cheveux et celle des yeux. Pour terminer, rien qu’à voir comment la Poufsouffle le regardait, cela suffisait à le faire culpabiliser sur ce qu’il venait de faire. Il voulait bien admettre qu’il n’était pas habituel de le voir aider qui que ce soit, mais il n’était pas sans cœur pour autant. Ou presque… Mal à l’aise, il se racla la gorge avant de regarder autour d’eux.
« Tant mieux alors… »

Quelle brillante éloquence. En même temps, il n’allait pas sauter de joie à l’idée qu’elle se porte comme un charme, ni même si ça avait été l’inverse. Si, pour le moment il avait tout du preux chevalier, il n’en était pas un. Et il le revendiquerait sans aucun doute, pour éviter d’être comparé à un certain Gryffondor. Ses yeux onyx se reposèrent sur la jeune fille lorsqu’elle le remercia. Cela non plus, il n’y était pas habitué et même si c’était gratifiant, cela le mit encore plus mal à l’aise sur le coup.
« Qu’est-ce que tu voulais que je fasse d’autres ? Les regarder dégrader ton joli visage à coup de furoncle ? »

Severus se mit une belle claque mentalement pour avoir sorti un truc pareil et enfonça ses mains dans les poches de son vêtement avant de regarder ailleurs. En même temps, ce serait mentir de dire que la jeune femme n’était pas jolie, mais de là à le sortir à voix haute comme ça… Il soupira et relâcha la pression de ses dents sur sa langue.
« De rien, Gwennyn… Enfin, comment ça se fait que tu n’es pas avec ton petit ami ? Ou tout du moins le type avec qui tu traine parfois, je ne sais pas si t’es avec note bien… Oh et pourquoi je continue à parler pour dire des conneries… »

Le jeune homme se mit à marcher pour retourner à son point d’observation et d’étude dans le même temps en s’insultant mentalement de tous les noms d’oiseaux qu’il connaissait et autant dire que la liste est longue.



Nymeria. ♕ gif de ICI ♕ 0000 mots.

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Mer 28 Déc - 17:00

« Tant mieux alors… »


Ouais... Elle devrait peut-être songer à cesser de le regarder avec des yeux ronds comme des soucoupes parce que finalement elle était sure que ça le mettait aussi mal à l'aise que si elle exprimait clairement son étonnement de se voir secourue de manière si "chevaleresque". Pour sa défense, il fallait tout de même admettre que ce genre de situation ne devait pas arriver tous les jours et puis dans le fond, elle était presque certaine que Severus lui-même pensait la même chose...

Se reprenant et arborant un air plus naturel, moins surpris mais toujours curieux, Gwennyn observa le serpentard qui avait clairement l'air de vouloir se trouver partout ailleurs qu'ici... Se demandant pourquoi une seconde avant de se dire que c'était surement parce qu'il venait d'agir comme il avait trop peu l'habitude de le faire, Gwennyn, forte de sa rencontre désastreuse avec Sirius Black, préféra ne pas ouvrir son clapet trop vite.

Elle préféra donc jouer la carte de la sobriété pour une fois et le remercier pour son aide. Sauf qu'apparemment ça n'était pas ce qu'il fallait dire... Enfin si elle en croyait son air de strangulot hors de l'eau, il ne s'attendait pas du tout à des remerciements. Pourtant, c'était logique non ?! Il venait de l'aider et sans lui le petit jeu des autres aurait put durer encore longtemps. Bien sur, si cela gênait tellement Severus, elle ne raconterait ça à personne... Mais elle ne pouvait pas promettre que les autres n'iraient rien dire de leur côté...

« Qu’est-ce que tu voulais que je fasse d’autres ? Les regarder dégrader ton joli visage à coup de furoncle ? »


Gwennyn ouvrit la bouche pour répondre qu'il ne devait pas s'énerver et qu'elle l'avait simplement remercié, mais aucun son n'en sortit, surprise par ce qu'il venait de dire avec un air ronchon et même boudeur. D'accord, analysons... Severus était surement vexé qu'elle l'ait regardé avec tellement de surprise quand elle avait vu qui l'avait aidé... D'ailleurs, à bien y réfléchir, n'importe qui aurait sans doute été vexé d'une telle attitude... Mais ça n'expliquait pas la fin de sa phrase...

Refermant la bouche avec prudence, préférant réfléchir à ce qu'elle allait dire et à la façon dont elle devait accueillir le "ton joli visage". Elle aurait pût ne rien dire du tout pour ne pas le mettre plus mal-à-l'aise qu'il ne semblait déjà l'être... Mais ça aurait pût le vexer... Ou alors elle pouvait le remercier pour le compliment... Mais alors il aurait été encore plus mal-à-l'aise que maintenant...

Severus, pour sa part, semblait être aussi très occupé avec ses propres pensées. Gwennyn, contente d'avoir du temps pour essayer de savoir comment faire pour s'en sortir sans trop de dégâts... Peut-être que la solution restait dans le fait de faire comme si elle n'avait pas entendu cette partie là... Malgré tout, Severus vint à son secours une fois supplémentaire sans le savoir en reprenant la parole en premier.

« De rien, Gwennyn… Enfin, comment ça se fait que tu n’es pas avec ton petit ami ? Ou tout du moins le type avec qui tu traîne parfois, je ne sais pas si t’es avec note bien… Oh et pourquoi je continue à parler pour dire des conneries… »


Et il s'éloigna, retournant apparemment d'où il venait avant de venir l'aider à faire partir les autres garçons qui l'ennuyaient.

- Hey attend moi ! S'exclama-t-elle en lui emboîtant le pas.

Une ribambelle de questions flottaient dans sa tête, mais la plus importante était sans doute 'qui a jeté un sort de confusion à Severus ?' Cependant, elle ne pensait pas qu'il serait judicieux de la lui poser... Il penserait surement qu'elle se moquait de lui alors qu'en fait ça n'était pas du tout le cas. Elle accorda son pas pour rester à sa hauteur et repris.

- De quel type tu parles exactement ? Demanda-t-elle curieuse.

Oui parce qu'elle ne pensait pas traîner d'avantage avec un garçon en particulier... Ou alors elle ne s'en rendait pas compte sur le coup... En tout cas, elle était curieuse de savoir pourquoi son manque de vie sociale ou amoureuse semblait intéresser Severus Rogue, le garçon de tout Poudlard qui semblait au contraire vouloir rester bien tranquille dans son coin sans se préoccuper des autres... Enfin sauf peut-être quand les autres en question venaient lui chercher des noises...

- Je suis désolée si je t'ai fixé comme ça tout à l'heure, c'est juste que... J'ai été très surprise, d'habitude on ne vient pas m'aider... J'imagine que la plus part des élèves pensent que je le mérite bien si je ne me défend même pas...

Mais Gwennyn n'était pas violente pour deux noises et si elle faisait partit du club de duels, c'était d'avantage pour apprendre à se défendre plutôt qu'à attaquer. Bien sur, elle avait pas mal de défauts et elle les connaissait bien, mais c'était difficile de changer quand on avait toujours été comme ça, naïve et confiante dans la nature humaine. Même si apparemment certains disaient plutôt complètement stupide et intrusive...

Elle était cependant plutôt contente de sa réponse car elle y mettait tout le monde dans le même panier et pas seulement parce que c'était lui et pas un autre qui était venu à son aide. C'est vrai qu'avec n'importe qui d'autre ça l'aurait peut-être moins surprise, mais dans le fond, ça n'était tout de même pas courant qu'on vienne lui filer un coup de main dans ce genre de situation.

- Tu sais ce qui me surprend aussi ? Que tu connaisses mon prénom... C'est idiot, mais j'avais penser que... Enfin... Je supposais que tu ne te doutais même pas de mon existence en fait... Tu sais, une élève parmi tous les autres...

Enfin, en toute franchise, elle ne pensait pas que les Serpentard étaient du genre à s'intéresser aux Poufsouffles, ou même aux Serdaigle tellement ils étaient occupés à se prendre le choux avec les Gryffondor et puis Gwennyn avait l'habitude qu'on sous-estime ceux de sa maison alors de là à ce qu'un Serpentard apparemment du genre solitaire sache son prénom, cela la surprenait vraiment, mais pas dans le mauvais sens, non, elle n'en n'était pas fâchée, juste étonnée.

_________________






 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 187
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Mer 4 Jan - 17:13

“Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ”
Gwennyn & Severus
Le jeune homme réfléchissait encore à ses actes et à ses dires en s’insultant de tous les noms d’oiseaux de son répertoire et croyez-le ou non, il est plutôt chargé. Même s’il devait reconnaître que cela ne servait pas vraiment à grand-chose puisque de toute façon, ça n’arrangerait absolument rien, puisque les retours en arrière sont impossible. Néanmoins, cela avait eu le don de faire taire la rousse qu’il venait de laisser en plan. Enfin, c’est ce qu’il s’imaginait avant de l’entendre l’appeler en lui demandant de l’attendre. La main imaginaire dans son cerveau vient percuter son visage en se maudissant une fois de plus d’avoir décidé de se préoccupés de son sort. Il ne ralentit pas pour la cause, mais cela ne sembla pas décourager son « assaillante » qui le rattrapa avant de caler son pas sur le sien. Il aurait dû prévoir qu’elle n’allait pas le lâcher, c’était même quelque chose qu’il avait souvent remarquer en observant les gens et Gwennyn quand elle était dans son champs de vision. Si, au départ, il ne comprenait pas bien pourquoi les gens la trouvait intrusive, il venait d’en avoir la réponse.

« Un grand brun de 7ème à Poufsouffle… J’ai son nom sur le bout de la langue… Nigel Sanders ! Un cornichon sans cervelle de première ordre… Note, tu as l’air d’apprécier Peter Pettigrow également. »


Oui, la pique bien sentie était nécessaire, il ne pouvait pas simplement énoncé l’existence de quelqu’un sans émettre un petit jugement sur cette personne. En même temps, sept années à observer les membres de son année, toutes maisons confondues lui avait donné une petite idée de leurs personnalités. Surtout quand ils s’en prenaient à lui. De retour à son point d’observation de base, Severus fit volte-face dans un mouvement fluide et regarda sa compagne rousse en haussant un sourcil interrogateur. Il se radoucit légèrement en haussant les épaules avant d’observer à nouveau le paysage comme si c’était la seule chose qui vaille la peine ici-bas.

« Je comprends. Je dois être une des rares personnes à pouvoir dire pleinement et sans hypocrisie que oui, je comprends ce que tu vis et que c’est probablement pour ça que j’ai agis. J’en peux plus de voir… les gens taper sur les autres simplement parce que… parce qu’on est différent. Bien que te concernant, je ne saisis pas trop bien. C’est vrai que, tu peux paraître casse-pied, sans vouloir t’offenser, que tu es sans doute la pire des naïves… mais est-ce que ça justifie le fait de venir t’emmerder de la sorte ? Pas pour moi, mais qu’est-ce qu’on s’en fou de moi… »


Il soupira et fini par se rasseoir sur son rocher en ressortant son livre de potion dans l’optique de se replonger dedans à corps perdu et pour faire passer le temps. Un sourire narquois orna brièvement son visage avant qu’il ne relève ses yeux vers Gwennyn et son étonnement à l’idée qu’il connaisse son prénom.

« Tu ne te dis jamais que ce sont ceux qui parle le moins qui en savent le plus ? Tout le monde est intéressant, à sa manière. Je n’ai pas vraiment beaucoup d’ami, ce qui n’est un secret pour personne… Je n’ai donc pas le luxe de bavarder beaucoup entre deux changements de salle ou même durant les cours. Alors, j’apprends en observant les autres. Certains avanceraient probablement une autre hypothèse en disant que le fait que tu sois rousse ai attiré mon attention, du fait de mon ancienne affiliation avec une autre rousse d’une autre maison. Toutefois, je savais comment tu t’appelais déjà en troisième année. »


Il reposa ses yeux sur son livre et tourna la page pour prendre la suite avant de relever les yeux à nouveau au bout de quelques secondes en voyant que la Poufsouffle n’avait pas bouger.

« Je n’ai pas réussi à te repousser ? Là, ça devient inquiétant… En général, les gens évitent de rester avec moi, ça leur donne mauvaise réputation. »


H.J: Oui, je me suis dit qu'inventé le nom du type ce serait mieux xD


Nymeria. ♕ gif de ICI ♕ 0000 mots.

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Jeu 5 Jan - 16:10

Quelque chose lui disait qu'il aurait surement préféré qu'elle ne cherche pas à le suivre et qu'elle reste dans son coin, mais c'était plus fort qu'elle, elle voulait savoir de quel garçon il parlait exactement. Il était vrai qu'elle discutait avec beaucoup de gens, certains appréciaient la discutions, d'autres non mais ça ne l'avait jamais empêché de continuer à leur adresser la parole. Mais dans le lot, elle n'était personnellement amoureuse de personne alors elle se demandait bien ce qui avait put faire penser, dans son attitude, que c'était le contraire.

« Un grand brun de 7ème à Poufsouffle… J’ai son nom sur le bout de la langue… Nigel Sanders ! Un cornichon sans cervelle de première ordre… Note, tu as l’air d’apprécier Peter Pettigrow également. »


Sanders ?! Mais c'était un abruti... Un abruti sympathique il fallait bien l'avouer, mais un abruti quand même... Elle aimait bien lui parler à l'occasion mais sans plus... Peut-être en était-il venu à cette conclusion parce qu'ils étaient de la même maison et de la même année, alors forcément ils étaient souvent dans le même coin tout les deux au cours de la journée. Ensuite, il lui parla de Peter Pettigrow, un Gryffondor à qui elle parlait souvent aussi, surtout pendant le club de duel... Mais Peter restait une connaissance sympathique, il préférait surement rester avec ses propres amis...

- Nigel ? Et bien... Je ne savais pas que je paraissais stupide à ce point... Nigel suis les mêmes cours que moi c'est tout... Et Peter je ne pense pas être son genre de fille, de toutes façon on ne parle généralement pas de ce genre de chose, on se contente de parler du club de duel...

D'ailleurs, si ses souvenirs étaient exacts, Severus faisait aussi partit du club, il avait donc dût se rendre compte que Gwennyn et Peter avaient tendance à se mettre en binôme pendant les séances du club parce qu'ils étaient à peu près au même niveau et qu'ils y trouvaient tout les deux leur compte.

Elle s'excusa ensuite de l'avoir regardé avec tant de surprise. Elle lui expliqua, peut-être maladroitement, que sa surprise était d'avantage due au fait qu'on l'aide plutôt qu'à l'identité de celui qui l'avait aidé. Mais à la réflexion, elle n'était pas sur qu'elle se soit bien exprimée...

« Je comprends. Je dois être une des rares personnes à pouvoir dire pleinement et sans hypocrisie que oui, je comprends ce que tu vis et que c’est probablement pour ça que j’ai agis. J’en peux plus de voir… les gens taper sur les autres simplement parce que… parce qu’on est différent. Bien que te concernant, je ne saisis pas trop bien. C’est vrai que, tu peux paraître casse-pied, sans vouloir t’offenser, que tu es sans doute la pire des naïves… mais est-ce que ça justifie le fait de venir t’emmerder de la sorte ? Pas pour moi, mais qu’est-ce qu’on s’en fou de moi… »


Bien... Encore un qui la trouvait casse bonbon et naïve... Elle retint un soupir résigné et attendit de savoir la suite, mais il ne faisait que confirmer qu'à son point de vue, ça ne justifiait pas qu'on s'en prenne à elle quand elle ne demandait rien à personne.  Il s'était aussi étonné au passage qu'on ait des raisons de s'en prendre à elle, mais elle avait constaté depuis longtemps que certains n'avaient pas vraiment besoin de raison pour ennuyer le monde.

Il s'assis sur une sorte de grosse pierre et repris un livre qu'il avait surement dans les mains avant de voler à son secours. Gwennyn comprenait bien qu'il était temps pour elle de lui foutre la paix, mais elle avait encore une question à lui pauser. Elle s'était étonnée du fait qu'il connaisse son prénom. C'était sans doute naïf de sa part, mais elle ne pensait pas être quelqu'un de très tape à l'oeil...

« Tu ne te dis jamais que ce sont ceux qui parle le moins qui en savent le plus ? Tout le monde est intéressant, à sa manière. Je n’ai pas vraiment beaucoup d’ami, ce qui n’est un secret pour personne… Je n’ai donc pas le luxe de bavarder beaucoup entre deux changements de salle ou même durant les cours. Alors, j’apprends en observant les autres. Certains avanceraient probablement une autre hypothèse en disant que le fait que tu sois rousse ai attiré mon attention, du fait de mon ancienne affiliation avec une autre rousse d’une autre maison. Toutefois, je savais comment tu t’appelais déjà en troisième année. »


Donc, ce qu'elle devait  tirer de tout ça c'était que Severus était observateur et qu'il aimait laisser ses oreilles traîner à l'occasion puisque de toutes manières il n'avait pas d'amis à qui parler. Elle fut interloquée par la fin de sa phrase, il semblait vraiment à bout de nerf... En fait elle l'avait rarement entendu parler aussi longtemps en si peu de temps. Il lui parlait de Lily Evans, elle l'avait bien compris et il aurait fallu sortir tout droit d'hivernation pour ne pas savoir qu'avant ils étaient amis, mais ça c'était fini en fin de cinquième année ou début de sixième elle ne se souvenait plus très bien et elle ne savait plus pourquoi, signe qu'elle n'y avait accordé que peu d'importance, comme toutes les affaires de commérage d'ailleurs.

Il avait reporté son attention sur son livre et Gwennyn, perdue dans ses pensées, était restée plantée devant lui, silencieuse. Au bout de quelques minutes cependant, il avait levé les yeux vers elle, l'air agacé ou peut-être curieux, elle n'était pas sure.

« Je n’ai pas réussi à te repousser ? Là, ça devient inquiétant… En général, les gens évitent de rester avec moi, ça leur donne mauvaise réputation. »


Gwennyn haussa les épaules.

- Oh moi la réputation tu sais...

Elle s'en balançait pas mal dans le fond... Elle ne jugeait les gens que par sa propre expérience les concernant et se fichait bien de savoir ce qu'en pensaient les autres, ça faisait sans doute partit des raisons pour lesquelles on la traitait d'idiote mais elle avait sa conscience pour elle.

- Dit... Tu me compares vraiment avec Lily Evans ? Parce que je ne la connais pas bien, mais j'ai pas l'impression qu'on soit si semblables que ça toutes les deux... Alors les idiots qui iraient sortir un truc pareil pourraient avoir l'air bien bête... Surtout quand ça reviendra aux oreilles de Lily... Elle pourrait ne pas apprécier d'être comparée à une fille comme moi...

Oui Gwennyn était réputée pour être trop gentille, trop naïve, trop bavarde et trop confiante... Certaines personnes ne souhaitaient surtout pas se payer ce genre de réputation.

- Et puis pourquoi tu dis que tout le monde se fiche de ce que tu penses ? Je m'en fiche pas moi... Tu es un être humain doué de parole et de pensée et tu as le droit de t'exprimer comme les autres... En plus, je trouve que tu es plutôt intelligent comme garçon et puis si tu m'es venu en aide c'est que tu vaux quand même mieux que ceux là qui m'ennuyaient juste parce qu'ils n'avaient rien de mieux à faire.

Peut-être avait-elle été un peu trop loin dans ses propos, surtout pour une fille qui s'était dit qu'elle essaierait d'améliorer son côté intrusif... Mais elle ne se rendait pas toujours compte et puis elle n'avait pas aimer que Severus pense qu'il n'avait pas le droit de donner son opinion sous prétexte que les autres ne voulaient pas l'entendre.

- Tu préfères peut-être rester tout seul... Demanda-t-elle alors en rougissant, se rendant compte qu'elle n'avait peut-être pas fait attention à son côté pot de colle...

_________________






 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 187
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Sam 7 Jan - 12:26

“Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ”
Gwennyn & Severus
Gwennyn n’était peut-être pas stupide au point d’avoir quelque affiliation avec Sanders, mais personne n’avait mentionné le fait que cela semblait être une idée plaisante dans les yeux du Poufsouffle. Quant à Pettigrow, il ne s’avancerait pas sur le type de fille qui lui correspondrait ou pas, n’ayant aucune espèce d’idée des préférences en la matière du quatrième maraudeur et celui avec lequel il avait eu le moins d’altercation. C’était connu que Peter préférait se cacher derrière Remus que d’agir. Mais, ce n’est pas vraiment la question qui était à débattre ici et s’il pouvait ne pas penser à un seul Gryffondor ça l’arrangerait grandement.

« Toi, non. Mais lui alors… Un jour, j’ai cru qu’il allait se baver dessus à force de te regarder. C’est répugnant. C’est que Pettigrow me paraîtrait presque sympathique quand je t’entends à son sujet. J’ai bien dis presque. »


S’il n’y avait pas matière à ce qu’il peste contre Peter ou Remus, il n’en restait pas moins que le fait qu’ils restent simple spectateur de ses calvaires en faisait des complices. La seule différence entre les deux s’était que là où Pettigrow pouffait de rire, Lupin tentait vainement de calmer les deux fortes têtes à coup de réprimande. Souvent sans succès, malheureusement.

« En parlant du club de duel, ce n’est pas trop ton truc, pas vrai ? »


Il suffisait de voir sa réaction face à la bande de tout à l’heure pour se rendre compte de l’affligeante niaiserie de la jeune femme, qui frôlait la stupidité, mais qui ne la rendait pas antipathique pour autant. Il avait juste envie de la secouer pour voir si le galion allait tomber et qu’elle se rendrait compte que le monde n’est pas aussi beau qu’elle se le figurait. Toutefois, quelque chose lui disait que s’il faisait ça, elle allait se mettre à pleurer et ça, pas sûr qu’il arrive à le supporter. Peut-être qu’en lui disant la vérité et en tentant simplement de lui faire voir le monde comme il est réellement, il réussirait à ce qu’elle tourne les talons et s’en aille sans plus cérémonie, mais visiblement non. La jeune femme était toujours plantée devant lui, elle finirait même par prendre racine si elle ne prenait pas garde à bouger un peu. Il soupira à son tour, c’est sûr que de parler de nuire à la réputation de Gwennyn n’était pas une astuce brillante. Elle n’avait pas vraiment la réputation la plus agréable de Poudlard, pas la coqueluche du lycée comme on dit. Ce n’était son cas non plus et il s’en fichait pas mal également. Il finit par refermer son livre en maintenant la page où il était arrivé avec un de ses doigts. 

« Non. Vous êtes bien trop différente pour ça. Même physiquement d’ailleurs, une rousse n’est pas une autre rousse, comparativement à ce que les gens pensent dans mon ‘entourage’. Ah ça risquerait de tempêter dans leurs oreilles et après je m’en prendrais encore plein la figure. Et pourquoi, s’il te plait, ça ne lui plairait pas d’être comparé à toi ? Que je sache, tu n’es pas une mauvaise personne. Ce n’est pas parce que tu es un peu… spéciale, je vais dire que ça doit être détestable d’être comparé à toi. Mais, je n’ai pas le même sens des convenances que la plupart des gens. Enfin, ça me paraîtrait adhérant de se prendre le chaudron pour ça. Vous êtes toutes les deux des jolies filles, vous avez votre intelligence propre chacune et quoi ? Le souci, il est où au juste ? Après, tu as des défauts, mais Lily en a aussi. De toute façon, de mon point de vue, on ne compare pas deux personnes. Pour la simple et bonne raison qu’on est tous différents, avec un passé différent, une vie différente, un avenir qui diffèrera aussi… Et là, c’est moi qui devient naïf. Parce que quoi que je dise ou que j’en pense, les gens m’ont catalogué comme étant amoureux de mon ancienne meilleure amie et par conséquent le fait que je sois là à te parler sonnera dans leur stupide cerveau sans neurones comme le fait que je cherche à remplacer Lily par une fille qui lui ressemble, soit une rousse aux yeux verts. Je n’ai jamais dit que ce n’était pas débilement affligeant. »


C’était grossier, réducteur et imbécile à souhait, mais il savait pertinemment que les gens feraient ce genre de rapprochement. Qu’ils se moqueraient sans même chercher à comprendre s’il venait à discuter avec Gwennyn plus souvent, par exemple entre les cours. Il secoua sa tête de manière exaspéré en pensant à ce qui se dirait, mais en réalité, il s’en ficherait. Il releva subitement la tête et regarda Gwennyn comme si elle venait de dire une connerie monumentale ou si elle venait d’une autre planète. Pourtant, ce n’était jamais qu’un compliment glissé sans artifice et sans aucun doute sans réfléchir, mais il n’avait pas l’habitude des compliments, justement.

« Je suis ennuyeux, je suis laid et… j’ai réussi à perdre ma meilleure amie de la façon la plus stupide du monde. Je passe plus de temps dans les bouquins qu’avec les êtres humains. Je suppose que tout ça ensemble fait que je dois paraître aux yeux des autres comme un animal étrange. Je serais toutefois peu vexé de me retrouver dans la prochaine édition de Monsieur Scamander. Cela prouverait que je suis au moins intéressant à étudier comme animal. Gwennyn… faut que tu arrêtes de penser que parce que les gens font un truc bien dans leur vie c’est que forcément ils sont gentils. Un jour, il t’arrivera des bricoles à penser comme ça. Je crois que je n’ai pas besoin de te raconter que je n’étais pas un enfant de chœur au début de ma scolarité. Je me suis peut-être calmer et amélioré un brin, mais si ça n’avait pas été le cas, j’aurais peut-être fait partie des imbéciles qui te maltraitait il y a quelques minutes. Toutefois, l’intelligence me semble une vertu bien plus louable que la force brute alors, je ne le fais plus. »


Il reposa ses yeux sur le livre qu’il venait de rouvrir à la page qu’il avait précédemment laisser tomber pour parler à la jeune Ollivander. L’entendant une fois de plus, il soupira intérieurement avant de la fixer de ses yeux d’obsidienne.

« Tu peux rester avec moi, si tu en as envie. La compagnie ne me dérange pas outre mesure, c’est les bavardages incessants qui le sont. Mais alors, par pitié, assied toi tu vas me donner le tournis, mais ne te colle pas à moi, j’ai horreur de ça. »


Il se poussa d’ailleurs un peu sur son rocher dégagé et remonta ses longues jambes sur la pierre avant de replonger dans les pages de son livre.



Nymeria. ♕ gif de ICI ♕ 0000 mots.

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Sam 7 Jan - 17:44

Sanders pouvait bien se baver dessus tant qu'il le voulait, elle n'était pas intéressée. Elle n'avait d'ailleurs jamais été intéressée par qui que ce soit... Bien sur, il lui arrivait de trouver des garçons plus ou moins beaux, mais elle ne s'était jamais sentie attirée par qui que ce soit pour autant. Et puis on pouvait trouver une personne belle physiquement ou mentalement sans pour autant en tomber amoureux. Même elle, elle savait bien qu'ils ne vivaient pas dans un conte de fée.

« En parlant du club de duel, ce n’est pas trop ton truc, pas vrai ? »


Gwennyn eut un petit sourire en coin, il faisait surement référence à la petite altercation à laquelle il avait mis fin un peu plus tôt. Il n'avait pas tors, elle n'était pas douée, mais c'était justement pour ça qu'elle faisait partie du club, pour s'améliorer. Bon naturellement, quand on partait du principe de se contenter de la défense, on avançait pas beaucoup... Mais au moins en défense, elle était plutôt douée.

- J'y suis pour apprendre à me défendre, pas pour apprendre à me battre... C'est idiot, je sais... Mais....

Mais quoi ? Elle n'allait quand même pas lui dire qu'elle ne voyait aucun intérêt à se battre avec les autres ? Qu'elle ne comprenait pas ce besoin de se battre les uns contre les autres et que si tout le monde se contentaient de vivre les uns à coté des autres, il n'y aurait même pas besoin d'apprendre à se défendre ? Non, elle préférait ne pas aller plus lui, de toutes façon elle se doutait bien qu'il lui dirait de sortir un peu de son monde de joyeux bisounours...

Mais la discussion tourna vers un autre sujet, d'abord, il s'étonna de la voir rester malgré la mauvaise réputation qu'il se traînait dans le collège. Elle lui fit clairement comprendre qu'elle ne se souciait pas de ces choses là et elle lui demanda s'il la comparait vraiment à Lily Evans, une fille, qui, selon elle, n'avait absolument rien à voir avec sa propre personne. Ca n'était pas une pensée péjorative pour Lily, non, elle lui trouvait de belles qualités : le courage, la force de dire ce qu'elle pensait et puis elle était populaire et apparemment appréciée de beaucoup de monde. Mais les faits étaient clairs, elles n'avaient pas grand chose en commun dans le fond, si ce n'est une gentillesse et une apparence relativement semblables.

« Non. Vous êtes bien trop différente pour ça. Même physiquement d’ailleurs, une rousse n’est pas une autre rousse, comparativement à ce que les gens pensent dans mon ‘entourage’. Ah ça risquerait de tempêter dans leurs oreilles et après je m’en prendrais encore plein la figure. Et pourquoi, s’il te plait, ça ne lui plairait pas d’être comparé à toi ? Que je sache, tu n’es pas une mauvaise personne. Ce n’est pas parce que tu es un peu… spéciale, je vais dire que ça doit être détestable d’être comparé à toi. Mais, je n’ai pas le même sens des convenances que la plupart des gens. Enfin, ça me paraîtrait adhérant de se prendre le chaudron pour ça. Vous êtes toutes les deux des jolies filles, vous avez votre intelligence propre chacune et quoi ? Le souci, il est où au juste ? Après, tu as des défauts, mais Lily en a aussi. De toute façon, de mon point de vue, on ne compare pas deux personnes. Pour la simple et bonne raison qu’on est tous différents, avec un passé différent, une vie différente, un avenir qui diffèrera aussi… Et là, c’est moi qui devient naïf. Parce que quoi que je dise ou que j’en pense, les gens m’ont catalogué comme étant amoureux de mon ancienne meilleure amie et par conséquent le fait que je sois là à te parler sonnera dans leur stupide cerveau sans neurones comme le fait que je cherche à remplacer Lily par une fille qui lui ressemble, soit une rousse aux yeux verts. Je n’ai jamais dit que ce n’était pas débilement affligeant. »


Si elle comprenait bien, elle ne devait pas parler à Severus pour que les gens n'aillent pas s'imaginer qu'il faisait une sorte de transfert malsain sur elle parce qu'il ne pourrait pas avoir Lily ?! C'était tordu quand même, surtout que pour sa part, elle n'avait aucune arrière pensée concernant Severus. Elle le trouvait étrange, et curieusement plutôt sympathique pour cette première discussion. Il lui demandait aussi pourquoi ça ne plairait pas à Lily d'être comparée à elle selon la Poufsouffle et elle attendit la fin de sa tirade pour lui répondre avec plus de sérieux que d'habitude.

- Ca ne plait pas forcément à tout le monde de passer pour la sotte du coin, l'idiote du village ou que sais-je encore la façon dont on parle de moi... Tout ça parce qu'on ne cherche les ennuis avec personne et qu'on essaie d'échapper à la bagarre quand on vous oblige à y participer.

Elle fini par lui dire qu'elle ne le trouvait pas inintéressant et que même elle le jugeait jusqu'à présent plutôt intelligent et que, selon son avis, il était tout de même moins bête et méchant que ces garçons qui l'ennuyaient tout à l'heure. Il sembla plutôt interloqué par ses propos, la regardant comme si elle avait dit une énormité alors qu'elle n'avait fait qu'être sincère dans ses propos. Elle ne cherchait même pas à se le mettre dans la poche, elle livrait simplement le fond de ses pensée, ce qui la faisait passer pour une simplette.

« Je suis ennuyeux, je suis laid et… j’ai réussi à perdre ma meilleure amie de la façon la plus stupide du monde. Je passe plus de temps dans les bouquins qu’avec les êtres humains. Je suppose que tout ça ensemble fait que je dois paraître aux yeux des autres comme un animal étrange. Je serais toutefois peu vexé de me retrouver dans la prochaine édition de Monsieur Scamander. Cela prouverait que je suis au moins intéressant à étudier comme animal. Gwennyn… faut que tu arrêtes de penser que parce que les gens font un truc bien dans leur vie c’est que forcément ils sont gentils. Un jour, il t’arrivera des bricoles à penser comme ça. Je crois que je n’ai pas besoin de te raconter que je n’étais pas un enfant de chœur au début de ma scolarité. Je me suis peut-être calmer et amélioré un brin, mais si ça n’avait pas été le cas, j’aurais peut-être fait partie des imbéciles qui te maltraitait il y a quelques minutes. Toutefois, l’intelligence me semble une vertu bien plus louable que la force brute alors, je ne le fais plus. »


Elle fronça légèrement les sourcils, il se comparait à un animal et elle en était écœurée... Pas par rapport à Severus, mais plutôt ses propos... Il semblait avoir une bien piètre opinion de lui-même et elle trouvait ça dommage...

- Je ne pense pas comme ça... Répondit-elle simplement.

Elle préféra ne pas le reprendre sur la façon dont il se jugeait, et surement dont les autres le jugeaient, le cataloguait. Elle pensait qu'il n'apprécierait pas qu'elle lui dise qu'il avait tors à propos de sa propre personne et même si elle n'était pas d'accord avec ses propos, elle ne dit rien pour le moment, c'était trop tôt... Pourtant, elle ne le trouvait ni laid ni ennuyeux... Un peu agressif peut-être, mais il avait surement ses raisons pour agir ainsi. Rien que le fait d'être un sang-mêlé parmi les Serpentards devaient surement être une bonne raison...

Après un petit instant de réflexion où elle se rendit compte, qu'une fois encore, elle était intrusive sans s'en rendre compte. Elle lui demanda s'il préférait rester seul, ce qu'elle aurait compris, même si cela l'aurait ennuyée de devoir repartir plus loin pour trouver une autre occupation. Bien sur Severus n'était vraiment pas un interlocuteur très enjoué, mais au moins il ne cherchait ni à lui taper dessus, ni à l'humilier.

« Tu peux rester avec moi, si tu en as envie. La compagnie ne me dérange pas outre mesure, c’est les bavardages incessants qui le sont. Mais alors, par pitié, assied toi tu vas me donner le tournis, mais ne te colle pas à moi, j’ai horreur de ça. »


Bon... D'accord, elle pouvait rester, mais elle devrait se taire... En même temps elle comprenait, il était en train de lire et personne n'aimait être sans cesse interrompu durant sa lecture... Sinon on avançait à rien et on relisait sans arrêt la même ligne avant d'en être parfaitement agacé.

Restant silencieuse, elle s'assis à côté de lui, prenant garde à ne pas le toucher, à ne pas être trop près pour ne pas empiéter sur son espace personnel tout en restant confortablement assis. Heureusement, leur siège actuel permettait tout à fait d'allier les deux. Elle se demanda vaguement pour quelle raison il lui avait précisé de ne pas se coller à lui, mais elle se dit que c'était peut-être tout simplement parce qu'il n'aimait pas ça comme il l'avait dit.

Cependant, elle se sentait légèrement vexée par ses propos. Il avait dit ça comme si elle était le genre de fille à coller ainsi les gens qu'elle ne connaissait pas ou alors à peine... Même Théodore, qu'elle considérait pourtant comme un frère, elle ne se permettait pas de le coller de cette manière... Elle était peut-être naïve, mais elle connaissait la notion d'espace privé. D'ailleurs, elle non plus n'aimerait pas qu'on investisse ainsi son espace personnel sans prévenir et sans demander avant...

La rouquine se mis à observer le parc presque désert. Parfois, quelques élèves passaient au loin d'un pas pressés et ne semblaient pas s'intéresser à ce qui pouvait bien se passer dans leur coin. Elle ne voyait pas âme qui vive pour être assez près d'eux et quelque part, elle pensait que c'était une bonne chose. Au moins, ils avaient la paix... Gwennyn parce que personne ne venait l'ennuyer et Severus parce que Gwennyn consentait à se taire un peu.

Avec ses pieds, elle joua un peu dans la neige, veillant à ne pas trop remuer des fois qu'il l'ait vu du coin de l'oeil et que cela ne l'agace encore d'avantage. Elle dessinait des formes sans queue ni tête, se contentant de faire des traces en réfléchissant. Severus pouvait faire croire à n'importe qui qu'il n'était pas quelqu'un de bien, mais elle ne pensait pas qu'il soit foncièrement méchant. Elle n'irait pas jusqu'à prétendre qu'il était quelqu'un de gentil, d'ailleurs il ne le prétendait pas lui-même au vu de ses récentes paroles, mais il n'était pas totalement mauvais contrairement à ce qu'il voulait qu'on crois... C'était surement pour que les autres lui fichent la paix...

Elle lui lança un coup d’œil avant de recommencer à observer ses pieds en pensant qu'il agissait peut-être comme ça juste pour coller à la vision que les autres avaient de lui... On était d'une certaine manière, les gens vous cataloguait et malgré vous, vous continuiez d'agir comme si vous étiez incapables de changer, d'évoluer, pour coller à la vision que le monde avait de vous comme si c'était la seule façon de faire pour continuer à vivre. C'était dur de changer, elle en savait quelque chose...

On la prenait souvent pour une idiote... D'ailleurs, Severus devait un peu penser comme ça lui aussi, mais pourtant elle n'était pas une simple d'esprit, elle était même intelligente pour certaines choses. Elle cernait généralement bien les gens, et puis elle était observatrice, cela aidait beaucoup. Elle avait un bon sens de déduction, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être optimiste. Comme disaient les moldus, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Et Gwennyn voulait y croire, elle voulait avoir de l'espoir, tant pi si cela la faisait passer pour la pire des débiles sans cervelle... Les autres seraient bien attrapés quand ils penseraient qu'elle ne représente aucun danger... Mais pour ça, il faudrait déjà qu'elle apprenne à être moins passive... Et c'était une chose difficile parce qu'elle n'avait jamais été du genre à vouloir faire du mal à qui que ce soit.

La Poufsouffle abandonna la neige, sa chaussure trempée, et se mis à jouer avec son écharpe entre ses doigts. Severus disait qu'il était ennuyeux... Elle ne le savait pas, et ça n'était pas là à être tout les deux simplement assis l'un à côté de l'autre qu'elle allait voir si c'était vrai ou pas...

Il disait aussi qu'il était laid...

Gwennyn tourna à nouveau les yeux vers son visage toujours concentré sur son livre. Elle ne le trouvait pas laid... Bien sur, elle ne pouvait pas non plus dire qu'il était beau comme un dieu... Mais de là à dire qu'il avait un physique repoussant... Non. Et puis les affaires de beauté, ça changeait suivant les personnes... Certains préféraient, les roux, les bruns, les gros, les grands, les petits... Gwennyn avait tendance a apprécier les gens pour leur personnalités plutôt que pour leur physique. Ca expliquait surement pourquoi elle essayait de faire connaissance avec tout le monde, pour pouvoir juger si elle les appréciait ou pas...

_________________






 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 187
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Ven 20 Jan - 17:00

“Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ”
Gwennyn & Severus
Le Serpentard observait toujours la jeune rousse du coin de l’œil lorsqu’il énonça le fait qu’elle n’était pas très douée pour utiliser ce qu’elle avait appris en club de duel pour se défendre tout à l’heure. Il voulait bien admettre qu’on ne pouvait pas tous avoir d’attrait pour la bagarre, mais si elle ne savait même pas mettre en pratique la défense, elle risquait de prendre autrement plus cher la prochaine fois.

« Mais, tu n’aimes pas l’idée de te battre. Moi non plus. Je trouve ça ridicule d’ailleurs, mais tu ne t’es même pas défendue toute à l’heure, Gwennyn. Si, je suis bon élève en duel c’est parce que je m’intéresse à tout. Je suis d’une curiosité intellectuelle maladive comme si… comme si je n’étais jamais rassasié d’apprendre. Ce qui n’a pas que des avantages. »


En effet, le jeune homme ne pouvait pas vraiment dire qu’il était indifférent aux bagarres entre jeunes, ayant connu son quota d’humiliation, de défi entre jeunes de sa maison, il avait bien souvent utilisé des sortilèges pour déclencher des petits combats entre élèves par le passé. Toutefois, il s’était bien calmé, surtout depuis que même les maraudeurs s’étaient détournés de l’attraction qu’il représentait avant à leurs yeux. Bon, il cherchait toujours un peu le Black de l’équipe, mais surtout par des traits verbaux, gardant sa baguette rangée dans sa manche. Severus ne se rendait pas compte de l’importance qu’il continuait de donner à Lily, mais il ne faisait pas réellement exprès. Elle avait été la seule source de lumière dans sa vie monotone et monochrome jusqu’à ce funeste jour. Pour ce qui est de la comparaison entre la Poufsouffle et la Gryffondor, ce n’était même pas à lui que ça posait vraiment un souci, les rumeurs dans son dos il en avait l’habitude. Il craignait plus que cela mette mal à l’aise Gwennyn si, à l’avenir, on la cherchait à ce propos en arguant qu’il n’était aimable avec elle que parce qu’elle avait deux caractéristiques purement physiques avec son ancienne amie. Et encore, même ces deux caractéristiques avaient leurs différences. Il ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel en entendant les paroles de la rousse.

« Tu n’es pas plus idiote ou sotte qu’une autre. Tu es juste un peu trop naïve et gentille, pas de quoi en faire un drame. Oui, ça aussi je le sais… Dès que tu essaie d’être différent des autres ça part en choco-grenouille… »


Après, il n’était pas en position de lui remonter les bretelles sur la façon qu’elle avait de se voir ou de se conformer aux dires des autres, car il faisait exactement pareil. Il ne cherchait même plus à contredire les gens, sauf en de rares occasions où la coupe se trouvait être pleine. Il avait beau dire qu’il se fichait de l’avis des gens, il avait été trop blessé par cela avant d’arriver à avoir sa carapace actuelle. Et puis, se lier au gens n’apportent jamais rien de bien et ce qu’il craignait plus qu’autre chose c’était justement ça ! De finir par s’accrocher à Gwennyn et d’être à nouveau déçu parce que le jour où il perdra son self-contrôl il pourrait dire des choses qu’il pensera pas. Ce schéma n’étant évidemment pas propre à la jeune femme à côté de lui bien entendu, il le répétait inlassablement avec chacune des personnes qui tentait ne fusse qu’un peu de s’approcher de lui-même sans intérêt précis.

« Je sais… tu es différentes… Je pense que tu le sous-entends assez. »


Et c’est justement cette différence de point de vue, cette bonté presque simplette qui la rendait naïve et un peu stupide par moment qui l’effrayait. La faculté que la rousse avait de voir le bon en lui et à tenter de s’y accrocher pour le faire sortir. Être bon, ça ne mène à rien. Être mauvais non plus d’ailleurs… Alors, il s’était fait à l’idée de n’être rien de tout cela, d’être l’ombre de ce château pour le reste des mois qu’il avait encore à tirer ici. D’être au final que l’ombre de lui-même ou ce qu’il aurait voulu être. Se conformant ainsi en partie involontairement et d’une autre volontairement à ce que les autres voulaient qu’il soit : l’animal étrange. Peut-être son départ de Poudlard serait-il salvateur… Peut-être serait-il comme la chenille et changer radicalement une fois soulagé du poids du regard bête et méchant de ses camarades. Ou alors, il s’enfoncerait plus avant dans l’amertume de son passé qui gangrènerait son futur comme il le fait déjà avec son présent. Rien n’était écrit, c’est d’ailleurs pour ça qu’il n’assistait plus aux cours de divination.

Le silence se fit autour de lui, apparemment la Poufsouffle avait décider de le soulager de ses incessants bavardages et s’était assise non loin de lui. Suffisamment loin pour qu’il ne se sente pas oppressé et suffisamment prêt pour qu’il ait conscience de sa présence et ressente la chaleur que dégageait son corps dans cette environnement frais. Levant imperceptiblement les yeux vers la rousse qui avait clapé son bec, il fronça ses noirs sourcils en voyant clairement se dégagé d’elle un sentiment d’être vexé. Il reprit sa lecture en évitant de soupirer clairement à l’idée qu’elle se vexait vraiment pour un rien. Néanmoins, comment pouvait-elle savoir qu’un simple frôlement de sa main sur son bras le ferait sursauté en l’effrayant plus que cela n’était logique ? Il se bornait toujours à se taire au sujet de son passé douloureux, cherchant autant à le fuir qu’à l’oublier s’il le pouvait, mais les séquelles restaient présentes. Si le contact avec quelqu’un n’était pas volontaire de sa part, le Serpentard pouvait devenir agressif par peur.

Au bout d’un moment, Severus abandonna l’idée de lire, troublé par le silence que la jeune femme ne rompait toujours pas. Pourtant, il se serait attendu à ce qu’elle le cuisine un peu sur cette histoire de distance de sécurité, cela ne ressemblait pas à Gwennyn. Sa vision des choses étaient peut-être erronée parce qu’il l’avait toujours vu parler inlassablement en se demandant même parfois si elle reprenait son souffle entre deux phrases. Un nouveau regard et il trouva que la demoiselle était fort perdue dans ses pensées. La curiosité l’emporta sur le rationalisme et il s’introduit dans l’esprit de la jeune femme pour suivre le fil de ses pensées.

Cela prêtait à sourire lorsqu’elle pensait à ne pas le déranger en faisant ses dessins au sol pour ne pas l’agacer. Cela ne le dérangeait pas outre mesure, il fallait après tout qu’elle s’occupe pendant qu’il se muait en tombe en lisant son livre de potion, sans quoi elle allait tourner chèvre. Toutefois, si sa compagnie l’ennuyait, elle était libre de rentrer au château sans lui, ils n’étaient pas amis après tout, à peine des connaissances maintenant qu’il lui avait sauvé la mise, mais ça s’arrêtait là pour le moment. Il s’étonna tout seul de la fin de cette réflexion, aurait-il l’intention de fréquenté à nouveau Gwennyn à l’avenir ? Réellement… Il n’en savait vraiment rien et préférait ne pas s’avancer, même son subconscient trouvait l’idée intéressante visiblement. Poursuivant son espionnage cérébral, il ne s’étonna pas de la voir analyser la façon dont il se comportait, dont il se jugeait. Si cela avait eu lieu verbalement, il aurait sans doute levé les yeux au ciel pour contre argumenter. Ici, il ne pouvait pas le faire sans se faire prendre la main dans le sac. Ce qui somme toute se passerait sûrement mal pour lui, si elle savait.

Il manqua de s’insurger lorsqu’elle fit mention qu’on la prenait souvent pour une idiote et une simple d’esprit. Si, elle ne voulait pas qu’il se juge mal à cause des autres, il ne tolérerait pas qu’elle en fasse de même pour elle. Fort heureusement, la rousse semblait avoir des épaules plus solides que lui à ce sujet. Toutefois, il ne put s’empêcher de soupirer devant son optimisme à tout épreuve et ce côté naïf qu’elle conservait envers et contre tout. Il avait envie de la secouer, de lui hurler que la vie n’était pas aussi belle qu’elle le croyait et qu’elle prenait souvent plus qu’elle n’offrait. Il aurait bien ricané également lorsqu’elle s’assura elle-même que les autres seraient pris au dépourvu lorsqu’elle se défendrait, mais fallait-il encore qu’elle y arrive. Ce qui manifestement n’était pas encore prêt d’arriver. Il devait au moins lui reconnaître cela, elle l’amusait beaucoup et ce n’était pas donner à tout le monde. Elle l’exaspérait également, mais il la trouvait mignonne dans son genre à toujours voire tout du bon côté. Peut-être que lui voyait toujours les choses sous le mauvais angle, mais au moins il voyait la réalité du monde.

Le vert et argent manqua de s’étrangler lorsque les penser de la noir et jaune se portèrent sur le fait qu’elle était en train de l’analyser physiquement et pas de la manière à laquelle il était habitué. Le fait qu’elle ne le trouve pas laid, alors que tout le monde le disait repoussant et qu’il faisait en même temps tout pour l’être le troubla grandement. Ses joues se colorèrent d’une légère teinte rose de gêne et il referma sèchement son livre avant de sortir de la tête de la jeune femme. Il fourra son livre dans son sac et se leva prestement.

« Comment tu fais ? Dis-moi comment c’est seulement possible d’avoir aussi peu d’esprit pour ne pas me trouver repoussant dit moi ? Je fais tout pour que personne n’essaie de sympathiser avec moi et toi… Toi t’es là à ne voir que mes bons côtés et à essayer quand même, qu’est-ce que j’ai loupé… »


Le choc des révélations venait de lui serrer les tripes au point qu’il en avait oublié qu’il ne devait pas dire ces choses, parce qu’il l’avait espionné à son insu. La pauvre fille ne devait sûrement pas comprendre de quoi il parlait. Il soupira et baissa les yeux sur les chaussures trempées de la Poufsouffle.

« J’ai suivi tes pensées… je suis désolé, je n’aurais pas dû, je le sais très bien. Je comprenais pas pourquoi tu ne parlais plus d’un coup et… ça été plus fort que moi. Pardon. »




Nymeria. ♕ gif de ICI ♕ 0000 mots.

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Sam 21 Jan - 14:40

Severus était un garçon bien étrange. C'était presque comme s'il y avait eut deux personnes en lui. Un Severus prêt à réconforter, converser, donner son avis et argumenter avec logique et patience... Et puis un Severus qui, au contraire, n'aimait rien mieux que d'être tout seul et faisait donc tout son possible pour être blessant envers les autres afin de les tenir le plus éloignés possible de lui. Gwennyn avait conscience qu'il s'agissait là d'une espèce de carapace destinée à le protéger, ce qui lui faisait penser qu'il n'avait pas dût avoir la vie bien rose durant son enfance .. L'adolescence, elle s'en doutait un peu car elle avait souvent été témoin impuissante des frasques que les autres élèves lui faisaient subir. En tout cas, c'était assez déroutant pour la rouquine qui avait l'impression de devoir faire attention au moindre de ses geste et à la moindre de ses paroles pour ne pas le froisser ou le brusquer car apparemment, un Severus qui rentrait dans sa coquille n'était pas prêt d'en ressortir... Elle aurait surement plus de chance de voir un ours sortir d'hivernation après l'avoir vu y entrer...

Toute à ses pensées, Gwennyn sourit toute seule à l'image qu'elle venait d'avoir. Comparer Severus à un ours était assez ressemblant finalement, sans qu'elle ne le prenne à la moquerie méchante et gratuite, mais elle trouvait que ça lui allait bien... Grincheux, solitaire, mais apparemment aussi protecteur et intelligent. Elle ne savait pas ce que Lily Evans avait fait pour passer outre la carapace de Severus Rogue, mais en tout cas, ça n'avait surement pas été facile... Ou alors peut-être que si, parce qu'ils semblaient se connaître depuis avant le collège et étaient donc plus jeunes à l'époque... Allez savoir....

Elle, elle n'avait pas réellement d'amis d'enfance. Elle avait eut des amis à l'école moldue, mais pas de là à tout leur confier et à mettre tout son espoir dans la vie entre leurs mains... En plus, à l'école moldue, il y avait toujours eut une barrière entre elle et les autres, parce qu'elle était une sorcière et ne pouvait ni le montrer, ni le dire... Quand elle était arrivée à Poudlard, ça avait été presque comme une libération car elle n'avait plus à cacher ce qu'elle était réellement. Elle avait bien connu d'autres sorciers, mais les différences de castes étaient très présentes et même toute petite, elle le ressentait bien... Parfois, en grandissant, elle s'était dit que certains sang-pur la respectait à cause de son nom illustrement raccroché à la fabrication des baguettes, mais que sans ça, sang-pur ou pas, ils ne lui auraient même pas accordé un regard parce qu'elle ne faisait pas partit de l'aristocratie.

Pas que ça la blesse outre mesure, elle trouvait ça simplement idiot et sans fondement. Mais elle avait également conscience de ne pas pouvoir changer les mentalités à elle toute seule alors elle se contentait de vivre à côté des autres sans trop se soucier de leur façon de penser ou de voir les choses. Parfois, quand quelqu'un lui semblait abordable, elle engageait une conversation... Parfois il arrivait qu'il reparlent plus ou moins régulièrement à l'occasion d'une nouvelle rencontre fortuite, parfois ils se contentaient de passer l'un à côté de l'autre comme s'ils ne s'étaient jamais adressé la parole et en de rares occasions, on la fuyait même... Mais ça, ça n'était arrivé que deux fois et ça ne l'avait pas marqué plus que ça, parce qu'elle ne se souvenait même plus du nom des élèves en question.

Pour le moment donc, elle se trouvait en compagnie de Severus et puisque ce dernier lui avait bien fait comprendre qu'il aimait le silence, elle se taisait. Elle aurait simplement put partir et essayer d'occuper son temps de façon plus constructive, mais finalement elle était bien là et puis personne ne venait les embêter, ni elle, ni Severus... Alors autant profiter un peu de l'air frais extérieur avant de retourner se confiner dans leurs salles communes respectives. Naturellement, si elle se contentait de s'asseoir à côté de lui après lui en avoir demandé la permission, ils n'allaient pas apprendre à se connaître, mais était-ce réellement nécessaire dans le fond ? Elle pouvait aussi vivre en se contentant d'être à côté de quelqu'un et puis si Severus ne souhaitait pas se faire de nouvelles connaissance, elle ne voyait aucune raison de l'y obliger... En plus, ça ne pourrait que mal tourner.

Elle avait laissé son esprit vagabonder et irrémédiablement il était revenu de lui-même sur les paroles peu flatteuses de Severus à propos de sa propre personne. Il se qualifiait avec de drôles d'adjectifs et aucuns n'étaient en sa faveur, ce qui étonnait la rousse. On pouvait être assez ouvert d'esprit pour admettre ses défauts, mais il fallait tout de même se trouver quelques qualités et Severus semblait même transformer ses qualités en défaut... Comme sa soif de connaissance, alors que de vouloir savoir, c'était une bonne chose finalement, sauf si on s'incrustait dans les vies très privées des gens.... Ce qu'il ne semblait pas être le genre de garçon à faire ça.

Il se qualifiait de laid et de peu agréable à regarder sans parler de son caractère bien particulier et n'admettant pas grand chose... Mais là encore, Gwennyn n'était pas d'accord, bien qu'elle se garde de le faire savoir à voix haute. Severus n'était pas beau au sens propre du therme, mais il avait un certain charme.. Enfin il en aurait certainement plus s'il prenait la peine de prendre un peu plus soin de lui, mais d'un autre côté, elle pensait même comprendre pourquoi il ne le faisait pas... Quand on voulait rester seul, il n'y avait aucune bonne raison de vouloir faire des efforts vestimentaires ou physiques.... Sauf pour soi-même, mais si Severus n'était pas du genre à prendre garde à l'apparence, il n'en n'aurait donc rien à faire du tout de se trouver bien....

Soucieuse de ne pas faire peser son regard intrigué sur le Serpentard trop longtemps, Gwenynn, qui savait bien que lorsque les regards sont trop insistant, on pouvait les sentir peser sur votre nuque, se gardait bien d'observer réellement le Serpentard. Elle se contentait de légers coups d'oeil aussi discrets que possibles... Lorsqu'elle entendit le livre de Severus se fermer d'un coup sec et raisonner dans le silence relatif du parc, elle sursauta et l'observa ranger ses affaire à la hâte avant de se relever. Mais quelle mouche l'avait piqué ?!

« Comment tu fais ? Dis-moi comment c’est seulement possible d’avoir aussi peu d’esprit pour ne pas me trouver repoussant dit moi ? Je fais tout pour que personne n’essaie de sympathiser avec moi et toi… Toi t’es là à ne voir que mes bons côtés et à essayer quand même, qu’est-ce que j’ai loupé… »


Hein ?!

C'était la seule pensée cohérente qu'elle avait été capable de formuler après la diatribe du Serpentard qui semblait hors de lui sans qu'elle ne comprenne comment elle avait réussit l'exploit de le mettre en colère sans rien avoir dit ou fait pour ça.... Elle le regardait avec des yeux ronds comme des gallions, la bouche entre ouverte et surement l'air un peu idiote à ne pas comprendre ce qu'il se passait. D'ailleurs, c'est surement ce qui poussa le Serpentard à tenter d'expliquer le fond de sa pensée.

« J’ai suivi tes pensées… je suis désolé, je n’aurais pas dû, je le sais très bien. Je comprenais pas pourquoi tu ne parlais plus d’un coup et… ça été plus fort que moi. Pardon. »


Les sourcils de Gwennyn se levèrent si haut de surprise qu'ils disparurent presque entièrement sous sa frange. Elle n'était même pas en colère d'apprendre qu'il s'était permis d'écouter ses pensées sans lui demander son avis, non en fait elle était curieuse et un peu admirative aussi. Ça n'était pas tout le monde qui pouvait être legilimens, surtout à un si jeune âge. Elle referma la bouche, consciente d'avoir toujours l'air d'un poisson hors de l'eau puis elle répondit simplement.

- Je te pardonne... Mais ça n'est pas très poli tu sais....

Non effectivement, ça n'était pas très poli d'entrer ainsi dans la tête des gens sans y être invité... Pourtant, Gwennyn ne voyait aucune raison de se mettre en colère, après tout, Severus était conscient d'avoir mal agit et il s'était excusé de lui-même alors pourquoi insister....

- Ca fait longtemps que tu sais faire de la legilimencie ? C'est drôle, je ne pensais pas qu'on puisse atteindre un tel niveau à notre âge... Mais c'est peut-être simplement parce que tu es doué... En tout cas, si tu voulais savoir ce que je pensais, il ne fallait pas me demander de me taire... En général je parle sans trop réfléchir et il m'arrive souvent de penser tout haut... Ce qui m'apporte généralement des ennuis...

Mais elle en avait fait son partit et s'il y avait bien une chose qu'on ne pouvait pas lui reprocher, c'était de ne pas être sincère, autant dans ses pensées que dans ses paroles et ses actes. Elle savait bien qu'elle aurait dût être un peu plus manipulatrice pour sa propre santé physique et mentale, mais la sincérité et la droiture étaient, selon elle, d'excellentes qualités.

- Tu sais, si ça t'ennuis que je reste tu peux me le dire et je m'en irait... Je trouverais ça dommage, parce que je suis sur que tu peux être quelqu'un d'agréable ou au moins un interlocuteur intéressant... Mais je ne m'opposerai pas à ton choix... Par contre, ne me demande pas de t'expliquer comment ou pourquoi je ne fuit pas devant ton sale caractère...

Elle-même ne se l'expliquait pas et finalement, à bien y réfléchir, elle trouverait cocasse que les autres élèves finissent par venir lui demander comment elle pouvait survivre aux côtés de Severus sans finir en brochette pour sombrals ou bien par devenir folle.... Elle leur répondrait qu'elle ne sait pas et que ça n'est pas si dur que ça... Ils deviendraient chèvre à ne pas comprendre et elle se contenterait de sourire comme ceux qui savent mais ne donneraient surtout pas la réponse.... Peut-être parce qu'elle jugeait nécessaire d'apprendre par soi-même, peut-être aussi parce qu'elle se sentirait un peu spéciale qu'il lui adresse la parole sans lui envoyer des méchancetés, allez savoir....

- Ne te méprends pas... Je ne prétend pas que je ne me vexerai jamais de me prendre telle ou telle remarque plus ou moins justifiée... Mais je te pardonnerais si tu voulais revenir me parler par la suite... Pourquoi rester fâché ? Que ce soit avec toi ou un autre d'ailleurs... Sauf peut-être Sirius... Lui il faudrait d'abord qu'il mûrisse un peu et se sente un peu moins le centre du monde... Mais c'est une autre histoire... Conclu-t-elle en faisant un geste de la main comme si c'était insignifiant.

Pourtant, Sirius ne lui avait pas dit des choses très gentilles, mais elle essayait d'en tirer des leçons pour ne pas recommencer les mêmes erreurs, même si elle ne pensait pas qu'elle adresserait la parole à Sirius un jour prochain. Elle essayait de retirer le positif de cette désastreuse rencontre.... C'était peut-être de ça qu'il parlait dans le fond, il ne comprenait pas sa capacité à tirer le positif de toute chose.

- C'est à cause de moi qui tu es fâché ? Tu as claqué ton livre et tu semblais... Embarrassé... Qu'est-ce que j'ai pensé qui ait put t'énerver à ce point ?

Elle avait pensé des tas de choses durant ce petit temps de silence qu'elle s'efforçait de garder pour ne pas le gêner dans sa lecture, mais pour elle, aucune ne méritait qu'il se mette en colère alors elle ne comprenait pas.

_________________






 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 187
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Dim 12 Fév - 17:48

“Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ”
Gwennyn & Severus
Suivre les pensées de la jeune Poufsouffle n’avait certainement pas été l’idée la plus judicieuse que le Serpentard ai eu dans sa vie. C’était à se demander comment il n’avait pas pu prévoir que ce qu’il y lirait ne lui plairait pas spécialement. Que ce soit en rapport avec la façon dont la jeune rousse avait de se juger elle-même, ou de tenter de voir les bons côtés chez lui. Nonobstant, cela ne pouvait lui faire de tort, quoi qu’il en dise, d’entendre des choses à son propos qui n’était pas uniquement noires et sombres. Des pensées, des critiques plus constructives qu’un simple jugement sur son attitude et son physique basée sur ce qu’il voulait bien montrer. Tout dans l’esprit de Gwennyn se référait au fait qu’elle n’osait juger sans connaître, mais qu’elle formulait des hypothèses sur des choses somme toute correcte dans la plupart des cas à son sujet. Il ne pouvait argumenter en défaveur de cette « double personnalité » chez lui. Ce besoin de s’exprimer et d’être parfois aimable avec des personnes qui semblait mérité une attention plus agréable que ses sarcasmes habituels, mais également cette peur intestine qui le faisait fuir dans cette autre partie de sa personnalité, celle qu’il préférait montrer pour qu’on lui fiche la paix. Cela pouvait paraître lâche de sa part, peut-être que cela l’était après tout, de préféré fuir les autres par crainte de blessure, que de tenter de sortir de cette carapace de tortue pour affronter le monde. Notons toutefois que le courage n’est pas la principale qualité des Serpentards loin de là.

Apprendre en silence que la jeune femme n’avait pas eu la chance d’avoir d’ami d’enfance comme lui-même avait pu avoir miss Evans, provoqua en lui une réaction en demi-teinte. D’une part, il était surpris, car la jeune femme avait prouvé par bien des fois qu’elle était une incommensurable bavarde et qu’elle s’adresserait probablement même au premier chien à chapeau qu’elle verrait. D’une autre part, cela ne l’étonnait guère plus que cela, lui-même ayant vécu cette exclusion de la part des autres enfants. Une exclusion qu’il vivait d’autant plus mal à l’époque qu’il était lui-même à moitié moldu et que l’école représentait sa seule échappatoire à son quotidien violent. Pouvait-on toutefois considéré que Lily fût une amie d’enfance ? Ils ne s’étaient réellement adressé la parole qu’une petite année avant leur entrée à Poudlard après tout, mais elle demeurait somme toute celle qui en savait le plus sur lui, même si elle ne savait pas tout. Elle connaissait les choses évidentes, comme l’alcoolisme notoire de son père, l’incapacité de sa mère à s’occuper de lui dignement et la violence qu’il subissait au foyer. Les choses que toute la communauté de ce village ouvrier connaissait. Pour lui aussi, Poudlard avait d’abord été synonyme de la libération de son quotidien, avant de déchanté à nouveau.

Il retrouva à nouveau cette naïveté caractéristique de la jeune femme dans cette façon de penser qu’elle pouvait vivre à côté des gens sans plus se soucier d’eux que cela. Même lorsque vous essayez au final de vivre dans votre coin, il y a toujours bien quelqu’un qui se rappel à votre bon souvenir, ou mauvais en réalité. Cela d’ailleurs l’étonnait que la rousse ne l’ai pas encore compris, elle qui était victime des autres par son originalité. Pour le reste, il ne savait pas bien lui-même comment se positionné face à elle. Savoir s’il aurait encore des contacts avec elle après cet interlude ou pas. Toutefois, il n’irait pas jusqu’à la fuir, même si elle pouvait être casse-pied.

La partie la plus embarrassante et qui le fit sortir de ses gonds apparu au moment où il se rendit compte qu’elle trouvait vraiment les explications à tout, ou en partie du moins. Ce besoin de se conformer à ce qu’on disait et pensait de lui, afin de trouver la paix et la quiétude dans un monde qui l’avait bien trop blessé à ses yeux. Cette négligence à l’égard de son physique qui venait autant de ce besoin d’être désagréable que du fait qu’il n’avait jamais fait grand cas de cela à cause des négligences maternelle et encore d’avantage avec les sévices paternels. Des choses que personne ne pouvait prétendre connaître à part quelques rares et qui comprendrait somme tout mieux que personne que Severus ne veuille en aucun cas être attirant. Dans son esprit encore soumis à la torture, il n’avait pas encore réussi à comprendre que même ainsi son père aurait continué à le maltraité. Et puis, se soigner physiquement, chercher quelque part à plaire, induisait systématiquement un rapprochement physique qui au mieux l’effrayait et au pire le dégoutait profondément. Pas tant venant des autres, mais plus de lui-même. Cette sensation de saleté, de souillure, qui ne le quittait plus et qui finalement avait fini par se reflété physiquement dans ce manque total de soin physique autre qu’une douche journalière.

Alors oui, que Gwennyn malgré ces artifices mis en place dans le but de se protéger parvienne à lui trouver un charme quelconque l’avait pris au dépourvu, l’avait effrayé plus que cela ne l’avait mis en colère, bien qu’il le manifeste par cette dernière émotion en se levant, claquant son livre dans une tentative de fuite nouvelle. Pourtant, il était resté statique pour confesser son méfait et encore une fois la Poufsouffle le surpris en ne faisant pas plus grand cas de cela que s’il lui avait juste volé une friandise. Décidemment, la jeune rousse était plus surprenante qu’il ne le pensait jusque-là. Mieux encore, elle sembla presque admirative de ses capacités, ce qui dérouta complètement le Serpentard au point qu’il fronça les sourcils un air complètement déconfit flottant sur son visage d’ordinaire impassible. Il lui fallut d’ailleurs quelques secondes pour redescendre sur Terre, perdu dans le flot de parole que son interlocutrice déversait comme une marée montante. Est-ce qu’elle prenait au moins le temps de respirer ?

« J’ai commencé à m’y intéressé en troisième année… et l’occlumencie aussi. C’est une question de travail. Je ne pensais pas non plus que tu allais m’obéir… Je n’en doute pas, parfois il faut effectivement savoir se taire. »


En général, personne ne faisait grand cas des ordres que Severus pouvait donné, sauf peut-être Alycia Rosier, et cela le surprenait toujours qu’on lui obéisse de par le fait. D’autant plus venant de Gwennyn, l’intarissable pipelette. La suite de la tirade de la Pousouffle le fit soupirer et croiser ses bras trop maigres sur son torse en levant les yeux au ciel. Il ne comprendrait sans doute jamais rien à la nature de la rousse et il allait peut-être devoir se faire une raison. Ses yeux onyx se portèrent sur le lac en contre bas sans rien ajouter.

« Agréable ? C’est la première fois qu’on me la sort celle-là, même intéressant on ne me l’a jamais fait. Sauf quand quelqu’un a du mal avec son devoir en potion ou en alchimie… Je finirais par croire que c’est de l’inconscience, mais bon… Je suppose que l’avenir me dira si j’ai eu tort ou raison de ne pas te dire de me fiche la paix. »


Lui-même se surprenait à accepter que la jeune rousse s’immisce ainsi dans sa bulle, mais il trouvait une hypothétique explication dans le fait qu’il n’aimait pas l’idée qu’elle soit aussi seule qu’il ne l’était. Et puis, peut-être aussi que ça l’amusait un peu d’asticoté la jeune fille et d’avoir quelqu’un qui ne passe pas son temps à le rabaisser à tout bout de champs. Pour sûr, à vouloir le supporter elle risquait de se prendre des remarques bien senties à un moment ou un autre, mais ça il ne pouvait pas toujours prévoir à quel moment il explosait. La fin de sa phrase concernant Sirius réussi à lui tiré un vrai rire, un son qu’il n’avait plus émis depuis… il avait arrêté de compter en réalité. Trouvé quelqu’un qui n’aimait pas le golden boy de Gryffondor numéro deux, et qui n’était pas un Serpentard, tenait presque de l’exploit pour lui.

« Le jour où Black deviendra mature et moins égocentrique, je crois que je fêterais ça avec une bièrraubeurre… Bien que notre désamour soit sans doute éternel. Je ne peux pas jurer que je ne te vexerais pas à un moment… mais je continue à me demander pourquoi tu sembles vouloir être… ami je suppose… avec moi. Même si en réalité, nous ne sommes pas vraiment des connaissances. Je ne suis pas comme toi, je n’apprécie pas de parler de moi ou de parler tout court. Je suis tout sauf le genre d’ami qu’il te faudrait, je pense… Ou alors, c’est que tu es réellement plus dingue que je le pensais et que tu t’es fixé l’objectif d’arrivé à me supporter même si je suis insupportable. Après, peut-être que je ne suis pas clair non plus pour ne pas t’envoyer paître tout simplement. »


Gwenn tirait toujours le positif de tout, lui le négatif. Ils se complétaient somme tout parfaitement de ce point de vue-là, mais allez savoir combien de temps cette tranquillité apparente tiendrait. Est-ce qu’un blaireau peut réellement charmer un serpent ? Rien n’était moins sûr, même dans le sens inverse. Lorsque la noire et or mit sur le tapis le sujet de son embarras, Severus se braqua physiquement et se replia mentalement sur lui-même avant de faire un pas en arrière.

« Je n’étais pas en colère. »


L’affirmation était froide et dure, claquante comme un fouet dans l’air alors qu’il fuyait le regard de son interlocutrice. Le charme de l’éclat de rire d’un peu plus tôt venait de se rompre et l’être taciturne qui enfermait un garçon au final ordinaire venait de reprendre le dessus. L’embarras manifesté par la colère et cette incapacité à accepter que les gens le regardent autrement que la créature qu’il tâchait d’être. Les émotions qu’il faisait sortir n’était pas les bonnes. Oh, il aurait dû être flatté qu’une jeune femme aussi jolie et délicate en apparence que Gwennyn lui trouve du charme, pourtant cela le dégoutait quelque part au plus profond de lui.

« Tu ne peux pas comprendre… »


De nouveau, il s’enfonçait dans cette carapace, il se fermait un peu plus au monde extérieur et surtout à la jeune femme qu’il était prompt quelques minutes plutôt à considérer autrement qu’en parfaite naïve. Affirmant non pas qu’elle était idiote, mais qu’elle ne comprendrait pas, car elle ne savait pas. En même temps, il était conscient que s’il n’offrait pas les cartes pour se faire comprendre, personne n’y entendrait rien. Mais comment faire confiance à quelqu’un qu’on ne connaît pas pour se confier sur cet aspect de sa vie. Oui, il l’avait fait récemment, mais parce qu’il n’avait pas eu le choix. C’était ça ou se retrouver à Azkaban et quelque part, il était reconnaissant à son interlocuteur d’alors d’avoir fait en sorte qu’il n’y échoue pas.

« Et peut-être bien aussi, que je n’ai pas envie que tu le comprennes. Pas tout de suite… Fait comme si ça n’était pas arrivé… ça vaut mieux pour toi et pour moi. »


Ses yeux noirs se levèrent vers le ciel qui s’assombrissait doucement et il soupira avant de frissonner quelque peu sous l’assaut d’une brise plus fraîche dans sa nuque mal couverte. Il resserra son écharpe aux couleurs de sa maison et fourra ensuite ses mains dans les poches de sa robe de sorcier. Il était évident qu’ils devraient rentrer, surtout avant que le dîner ne commence et encore plus avant qu’ils n’attrapent tous deux une pneumonie. Toutefois, il venait de méchamment réagir à la question de la jeune femme, alors qu’elle ne faisait rien de mal, alors que faire…

« Nous devrions rentrer, j’ai des devoirs à finir et nous allons finir par gelé sur place. Je peux t’aider si tu as du mal sur certain truc… mais je pense que je vais passer par la cuisine avant demander un chocolat chaud… Enfin, tu fais ce que tu veux, je ne te force à rien. Je rentre en tout cas, je commence sérieusement à avoir froid et à être engourdi. »




Nymeria. ♕ gif de ICI ♕ 2017 mots.

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   Mar 14 Fév - 15:14

Gwennyn aurait surement dût être outrée à l'idée que Severus se soit permis de lire dans ses pensées sans lui demander son avis au préalable. Mais elle était plutôt impressionnée par les capacités magiques du Serpentard. Elle aurait peut-être été vexée si elle avait eut des pensées très intimes et un avis bien tranché et bien personnel sur lui, mais ça n'était pas le cas et à bien y réfléchir, elle aurait surement été capable de le dire à voix haute tout ça alors pourquoi s'offusquer ?! Elle n'en voyait pas l'utilité de toutes manières et la vie était bien assez compliquée comme ça pour qu'elle aille se prendre la tête pour des broutilles pareilles... En plus, elle n'avait pas envie de gâcher bêtement une potentielle nouvelle amitié... Même si cela était avec l'affreusement asocial Severus Rogue. Il semblait plutôt surpris qu'elle n'ait pas l'air fâchée par son impolitesse et même plutôt perturbé par sa propre curiosité.

« J’ai commencé à m’y intéressé en troisième année… et l’occlumencie aussi. C’est une question de travail. Je ne pensais pas non plus que tu allais m’obéir… Je n’en doute pas, parfois il faut effectivement savoir se taire. »


Lui obéir ? Et bien ma fois, elle songeait simplement qu'il aimait être tranquille quand il lisait et elle trouvait ça plutôt logique même. Elle-même aimait être entourée de silence lorsqu'elle se plongeait dans une lecture intéressante. De plus elle n'avait pas eut envie de partir tout de suite et elle avait donc choisit de se taire, ce qui avait apparemment perturbé le Serpentard, intimement persuadé qu'elle était incapable de fermer son caquet plus de quelques secondes.

Elle lui expliqua alors qu'il n'avait qu'à lui dire si elle le dérangeait et qu'elle partirait tout simplement. Elle n'avait pas envie de ne plus jamais lui adresser la parole à l'avenir car son comportement tentait à lui prouver qu'elle n'avait pas tors à son sujet, il pouvait être quelqu'un de bien malgré tout ce que les préjugés faisaient de lui. Elle lui avoua même à voix haute qu'elle trouvait qu'il était une personne agréable et avec une bonne discussion. Elle ne savait pas tellement comment le dire, elle le trouvait sympathique et intelligent, elle aurait bien voulu qu'ils deviennent des amis, voir même des connaissances agréables s'il ne souhaitait pas la considérer comme une amie, mais elle ne voulait pas qu'il se méprenne, elle n'avait aucune idée bizarre ou tordue derrière la tête. Elle n'avait d'ailleurs presque jamais d'arrière pensée, elle faisait les choses parce qu'elle en avait envie et pas à cause d'un quelconque objectif tordu en fin de course.  

« Agréable ? C’est la première fois qu’on me la sort celle-là, même intéressant on ne me l’a jamais fait. Sauf quand quelqu’un a du mal avec son devoir en potion ou en alchimie… Je finirais par croire que c’est de l’inconscience, mais bon… Je suppose que l’avenir me dira si j’ai eu tort ou raison de ne pas te dire de me fiche la paix. »


Comme elle l'avait pensé, il s'imaginait qu'elle avait forcément un objectif personnel derrière la tête et qu'elle n'agissait que pour servir ses propres intérêts. Cependant alors qu'elle s'apprêtait à le détromper et lui assurer qu'elle ne faisait pas ça pour en tirer un quelconque profit personnel, elle ne dit rien et sourit, l'air réellement ravi. Il lui avait dit "l'avenir me dira si j'ai eut tors ou raison de ne pas te dire de me fiche la paix." et cela lui faisait très plaisir, ça signifiait qu'il ne la repoussait pas... Même si rien n'était encore clair, elle n'allait pas être repoussée comme une pestiférée.

Cependant, consciente du côté pudique très présent de Severus, elle préféra ne pas en faire la remarque tout de suite et se contenta de préciser qu'elle n'était pas assez idiote pour ne jamais se fâcher si jamais il allait trop loin dans ses sarcasmes ou propos blessants. Mais elle précisa qu'elle ne resterait jamais fâchée longtemps car elle n'en voyait pas l'utilité. Elle termina sa phrase en faisant vaguement référence à Sirius Black avec qui sa  dernière et unique rencontre s'était mal passée. À sa grande surprise, Severus rit... Elle en était tellement étonnée qu'elle en perdit toute idée de continuer à parler. Elle l'observa bêtement, surprise de l'entendre rire d'amusement. Elle ne s'y était pas attendue et elle était plutôt fière d'elle-même bien qu'elle ne sache pas comment elle avait réussit un tel exploit.

« Le jour où Black deviendra mature et moins égocentrique, je crois que je fêterais ça avec une bièrraubeurre… Bien que notre désamour soit sans doute éternel. Je ne peux pas jurer que je ne te vexerais pas à un moment… mais je continue à me demander pourquoi tu sembles vouloir être… ami je suppose… avec moi. Même si en réalité, nous ne sommes pas vraiment des connaissances. Je ne suis pas comme toi, je n’apprécie pas de parler de moi ou de parler tout court. Je suis tout sauf le genre d’ami qu’il te faudrait, je pense… Ou alors, c’est que tu es réellement plus dingue que je le pensais et que tu t’es fixé l’objectif d’arrivé à me supporter même si je suis insupportable. Après, peut-être que je ne suis pas clair non plus pour ne pas t’envoyer paître tout simplement. »


Il commença par faire référence à Sirius et elle compris alors pour quelle raison il avait rit, il était logique qu'il ne porte pas Sirius dans son coeur et qu'il ait donc été amusé par la remarque de la Poufsouffle. Quand elle y pensait, elle avait été idiote de ne pas le comprendre plus tôt. Il tenta ensuite de s'expliquer sur son point de vue et elle sourit derrière sa main lorsqu'il fit référence au fait qu'elle était peut-être folle. Cela l'amusait, mais il la trouverait surement encore plus folle d'être amusée par de tels propos. Elle ne put s'empêcher de répondre, encore plus amusée.

- Il parait que les opposés s'attirent... C'est peut-être aussi vrai en amitié...

Après tout c'était surement un adage qui existait pour toutes choses et pas seulement en cas d'histoires d'amour... Peut-être était-elle ce petit grain de folie qui manquait dans la vie de Severus pour le moment, et peut-être était-il ce petit côté prudent et réfléchit qui faisait cruellement défaut à la Poufsouffle... Elle savait qu'elle avait tendance à être trop optimiste, mais elle voulait croire qu'ils s'entendraient bien... Même si ça ne serait pas facile, même si c'était loin d'être gagné et que ça ne serait sans doute jamais totalement acquis... Elle était certaine qu'ils pourraient être amis au final. Cependant, elle ne dit rien encore une fois, de crainte d'effrayer le Serpentard. Elle préféra plutôt satisfaire sa curiosité et lui demander ce qui l'avait fâché dans ce qu'elle avait pensé. Il avait eut l'air tellement surpris et en colère en claquant son livre et en se levant comme si un hérisson s'était soudainement glissé sous ses fesses pour lui piquer sa place.

« Je n’étais pas en colère. »


Bien sur et elle c'était la reine d'Angleterre... C'était d'ailleurs pour ça qu'il semblait se refermer comme une coquille d’huître... Mais elle n'eut pas le temps de répondre comme il reprenait avec un air étrange mais convaincu.

« Tu ne peux pas comprendre… »


- D'accord, si tu veux. Accepta-t-elle dans un murmure.

Elle aurait juste voulu savoir ce qui l'avait mis en colère dans tout ce qu'elle avait pensé, car elle ne pensait pas avoir eut de pensées si mauvaises que ça... Elle ne comprenait pas ce qui l'avait fâché et elle aurait simplement voulu le savoir pour ne pas recommencer à avoir de telles pensées si elles devaient vexer une personne dont elle tentait de devenir l'amie.

« Et peut-être bien aussi, que je n’ai pas envie que tu le comprennes. Pas tout de suite… Fait comme si ça n’était pas arrivé… ça vaut mieux pour toi et pour moi. »


Bah oui mais enfin ça n'était pas comme ça qu'elle n'allait plus faire la gaffe par la suite... Enfin peut-être que de son côté, Severus ne s'inviterait plus dans son esprit sans en avoir la permission au préalable... Allez savoir... En tout cas la réponse n'était pas tout à fait fermée, il trouvait simplement que, quoi qu'elle contienne, ils ne se connaissaient décidément pas depuis assez longtemps pour qu'elle le sache également. Aussi, elle savait que la meilleure solution, c'était de lui donner raison.

- D'accord... Ne t'inquiètes pas je ne te demanderais plus... Tu me diras quand tu voudras et si jamais ça n'arrive jamais et bien c'est pas grave ça ne m'empêchera pas de dormir la nuit je te rassure...

Elle souriait légèrement bien qu'elle resta un peu sur sa faim. Elle était trop curieuse, elle le savait, mais pourtant cette fois-ci elle voulait savoir des choses qui la concernaient elle puisqu'il s'agissait de ses propres pensées... Peut-être que par la suite, elle y repenserait et se souviendrait alors de tout ce qu'elle avait songé et qu'elle comprendrait la réaction épidermique de Severus.

« Nous devrions rentrer, j’ai des devoirs à finir et nous allons finir par gelé sur place. Je peux t’aider si tu as du mal sur certain truc… mais je pense que je vais passer par la cuisine avant demander un chocolat chaud… Enfin, tu fais ce que tu veux, je ne te force à rien. Je rentre en tout cas, je commence sérieusement à avoir froid et à être engourdi. »


Elle confirma d'un signe de tête absent lorsqu'il parla de rentrer dans le collège. Après tout la nuit tombait déjà et il commençait à faire très froid. Alors le mieux était de rentrer dans le château qui n'était certes pas excessivement chauffé mais qui avait le mérite de protéger du vent. Il lui parla une fois de plus de lui fournir de l'aide si jamais elle en avait besoin et il enchaîna sur la possibilité qu'il ailles jusque dans les cuisines pour prendre un chocolat chaud. Ce qu'elle trouvait un peu amusant dans le fond.

- Oh et bien si tu n'y vois pas d'inconvéniant, je trouverais agréable de me réchauffer un peu avec un bon chocolat chaud.

Après tout, elle ne pensait pas se tromper en pensant qu'il l'invitait à mi-mot lorsqu'il avait sciemment fait référence à ses projets immédiats. S'il avait voulu être seul, il ne l'aurait pas raconté comme ça... Elle, elle l'aurait surement fait, mais pas un garçon aussi prudent que Severus. Elle commença à avancer vers le château et préféra mettre un thermes aux éventuelles arrières pensées que lui prêtait le Serpentard.

- Tu sais c'est très gentil de ta part de me proposer ton aide, mais je tien à préciser que ça n'est pas pour ça que je reste te parler... Je suis surement un brin folle comme tu le dis... Et puis ça m'amuses de penser à ce que les autres élèves pourraient bien s'imaginer ensuite en me voyant revenir vivante d'un interlude en ta compagnie... Sourit-elle un brin sarcastique.

Bien sur, elle espérait que les élèves n'iraient pas leur prêter une folle histoire romanesque qui n'existait pas, mais elle ne pensait pas qu'ils auraient de telles idées... De son point de vue, il était tellement établi dans leurs têtes que Severus Rogue n'aimait qu'une seule personne au monde : Lily Evans, sa seule amie depuis le début, que jamais ils n'iraient imaginer qu'il puisse y avoir quoi que ce soit entre eux... Et ce même si Gwennyn était également rousse aux yeux verts...

- Bien sur, je ferais taire les fausses rumeurs qui m'arriveraient aux oreilles... Même si je doute que j'en serais jamais informée... Enfin il y a peut-être plus de chances pour qu'on vienne me les répéter...

Oui elle parlait avec beaucoup de monde et elle voyait déjà certains de ses amis venir lui dire de ne plus traîner avec un type comme Severus si elle voulait éviter les ennuis ou alors simplement une mauvaise réputation où des choses dans ce genre là.

- Tu vas souvent dans les cuisines ? Demanda-t-elle pour repartir sur un sujet plus léger. Enfin elle l'espérait.

_________________






 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: “Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus   

Revenir en haut Aller en bas
 
“Pour la moquerie et la méchanceté, les oreilles ne manquent pas ” ø Gwennyn & Severus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour bien saigner des yeux et des oreilles !
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Parc-
Sauter vers: